De la part de Staline : Trotski a sa chance, de Wagner

« Il baissa la tête en entendant les coups de feu. » Roalnd C. Wagner, première phrase de De la part de Staline

Bannière

Enrobage : De la part de Staline, de Roland C. Wagner
Fève : France / De la part de Staline
Ecadossage : La nouvelle se situe dans une Europe où Staline est décédé durant la Révolution d’Octobre, où sa tyrannie n’a jamais existé, où Trotski est devenu le chef suprême de l’URSS et où le Pacte germano-soviétique de 1939 n’a jamais été signé. Les Soviétiques ont attaqué par surprise les Allemands en 1940 alors que toutes les forces de ces derniers étaient tournées vers la Grande-Bretagne. La Wehrmacht a été battue en six mois. L’Armée rouge a envahi l’Allemagne, mais aussi les Pays-Bas, la Belgique, la moitié Nord de la France.
Ganache : Nouvelle / Uchronie
Tempérage :  26 pages /Extrait de 10 façons de bouleverser le monde

Un seul coup de feu. Comme pour une exécution.
Il se rendit soudain compte qu’il avait très, très froid.

Cette nouvelle, courte comme toutes les nouvelles, est sympathique et rapide à lire. Pour une deuxième lecture du genre uchronie, je la trouve très bonne.
Comme dit juste au-dessus, ce n’est que la deuxième fois que je lisais une uchronie, la première étant une autre nouvelle de la même anthologie qui m’avait déplu.

Cet nouvelle prend comme point de divergence la succession de Lénine : Staline, tué pendant les révolutions russes, ne lui succède pas et laisse sa place à Trotski. Les conséquences pour notre pays sont dramatiques !

Si la lecture est très plaisante, je pointe tout de même un gros point noir : l’histoire n’est, de mon point de vue, pas du tout original ! C’est une sorte de copier-coller de Berlin Ouest/Est de la Guerre Froide appliquée à la France. La fin est trop simpliste, trop prévisible.
Ainsi, même si j’ai passé un bon moment, c’est plus le style de l’auteur que l’histoire que j’ai apprécié.

J’oubliais ! Il peut être difficile de comprendre le déroulement de l’histoire car on fait sans cesse des flash-backs mais moi, j’ai adoré. On comprend tout de même suffisamment et ça laisse un voile de doute jusqu’à la fin !

Roland C. Wagner, écrivain français de science-fiction.

Ecriture : 3,5/4 => Le style de l’auteur est excellent, on est pris dans le livre. J’ai vraiment adoré ce style et je pense lire d’autres œuvres de Wagner.
Personnages : 1,5/2 => Pour une nouvelle, les personnages sont bons, ils ne sont pas oubliés, un travail est tout de même fait sur eux.
Histoire : 1/4 => Déçu par cette histoire, trop simple, pas assez originale pour moi, dommage…

Bilan :  12/20=> Chocolat au lait !

¿ Et vous, vous en avez pensé quoi ?

Publicités

À propos de liresansfrontiere

Aïe Aïe Aïe ! Allez voir la page "Si je ne suis pas moi" du blog LireSansFrontière

Publié le 23 avril 2014, dans Choco, Chocolat au lait, Critique Littéraire, Nouvelle, et tagué , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

Devenez un auteur de talent !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :