L’école des mauvais méchants : Être gentil par méchanceté, de Sanders

« N’oubliez pas : même les meilleurs rayons de la mort ne sont pas toujours synonyme de succès… » Stephanie S. Sanders, première phrase de L’école des mauvais méchants, Complot 1

Bannière

Enrobage : L’école des mauvais méchants, Complot 1, de Stephanie S. Sanders
Fève : Villain School: Good Curses Evil / Etats-Unis
Ecadossage : Etre méchants ça s’apprend !
Complot
Élève : Rune Drexler
Niveau : Fourbe

Vous devrez exécuter les tâches ci-dessous en une semaine, soit sept jours, à partir de la nuit de la pleine lune:
1. Kidnapper une princesse.
2. Voler un bébé.
3. Trouver un homme de main et en faire votre esclave.
4. Renverser un royaume et placer sur le trône le souverain de votre choix.

Si vous étiez amené à échouer, ne serait-ce que dans une de ces missions, vous vous verriez aussitôt exclu du Centre de Redressement pour Méchants Récalcitrants. Si vous réussissez, vous accéderez au grade de Félon.

Vous avez le droit de choisir deux conspirateurs pour comploter avec vous.
Ganache : Roman / Aventure, Comique
Tempérage :  253 pages /1,7 cm / Nathan / 12€90

Seulement voilà, je ne suis pas dans une école ordinaire, mais au centre de Redressement pour Méchants Récalcitrants de Drexler. Un peu comme une école militaire pour les enfants de Méchants. D’Horribles. D’Affreux. Vous vous demandez comment on atterrit dans ce genre d’endroit ? Rien de plus simple : il suffit d’une bonne action.

Je prends aussi un chausse-pieds – si vous ne le savez pas, il s’agit d’un morceau de corne (ou de bois, ou de métal) incurvé qui sert à faire entrer un gros pied dans un petit soulier. Les Méchants doivent se montrer parés à toute éventualité, leçon que l’on tire de la biographie des terribles belles-sœurs de Cendrillon, intitulée Grands pieds (à ne pas confondre avec la biographie de Berthe au Grand pied).
Je suis sûr qu’on vous a servi la version édulcorée du conte : les belles-sœurs ne rentrent pas leurs grands pieds dans la pantoufle de verre, Cendrillon repart avec le prince, fin de l’histoire. Dans la version d’origine, les horribles belles-sœurs se coupent les orteils pour enfiler la chaussure. Morale de l’histoire : toujours avoir un chausse-pied sous la main.

Rappelez-vous de tous les méchants de vos contes de fées. Maintenant, imaginez leurs enfants. Ajoutez une école, une once de magie, quelques grammes d’amitié et vous obtenez L’école des mauvais méchants.
Dit comme cela, l’histoire peut paraître simpliste. Mais elle est vraiment sympathique à lire et les personnages amicaux.

Ce livre est relativement court et se lit assez vite : l’histoire est plutôt prenante malgré quelques passages lents. Ces passages viennent sûrement de l’écriture assez enfantine qui ne permet pas d’être vraiment à fond dans l’histoire.
C’est tout de même une histoire fort sympathique, ce style permet une lecture très rapide et s’accommode parfaitement à l’histoire, qui est un peu une parodie des contes.

Pour les personnages, même s’ils sont tout à fait correct, j’ai trouvé qu’il leur manqué un petit quelque chose. Ils sont tout de même plaisants même si ce ne sont pas les principaux qui m’ont le plus plu mais plutôt les « principaux secondaires » comme Nono et Ileana ou encore le général.
J’ai pas contre trouvé que les anti-héros n’étaient pas assez travaillé. Si les « héros » (si on peut parler d’héros, vu qu’ils sont sensés être méchants…) passent et on tout de même une sorte de caractère (comme le côté naïf de Rune), les anti-héros ne sont absolument pas décrit, on ne sais pas qui ils sont… C’est un peu dommage.

En bilan, je dirais que mon avis est très court car il y a peu à dire sur ce livre. Si mon avis est plutôt positif (l’idée est bonne, l’histoire sympas, les personnages amicaux et l’humour suffisamment présent), il est tout de même mitigé car quelques points négatifs (une écriture un peu enfantine, des personnages peu attachants) ternissent le tableau. C’est tout de même un bon livre, qui m’a fait passé un bon moment, même si je ne pense pas lire le tome 2. Qui me tente beaucoup moins.
Au passage, je voudrais juste signaler que je n’ai lu aucun avis sur ce livre avant de le mettre dans ma wish-list. La quatrième de couverture m’avait vraiment donné envie de lire ce livre qui ne m’a pas déçu.

Couverture de mon édition de L’école des mauvais méchants, Complot 1.

Couverture : 2/3 => J’aime bien la couverture : vous ne trouvez pas que le vieux à un petit air de ressemblance avec Albus Dumbledor et son voisin avec Severus Rogue  ? Non ?
Ecriture : 4/6 => L’écriture est assez enfantine (mais ce n’est pas trop dérangeant), n’espérez pas apprendre du vocabulaire avec !
Personnages : 3/6 => Si ils sont plaisants, ils ne sont tout de même pas vraiment vivants, on a un peu de mal à s’attacher à eux…
Histoire : 3/5 => C’est une histoire simple et quelques peu originale !

Bilan :  12/20=> Chocolat au lait !

¿ Et vous, vous en avez pensé quoi ?

Publicités

À propos de liresansfrontiere

Aïe Aïe Aïe ! Allez voir la page "Si je ne suis pas moi" du blog LireSansFrontière

Publié le 4 juin 2014, dans Choco, Chocolat au lait, Critique Littéraire, Non classé, Roman, et tagué , , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Devenez un auteur de talent !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :