Le chuchoteur : Dieu se tait, de Carrisi

« Le grand papillon l’emportait, se fiant à sa mémoire pour se déplacer dans la nuit. » Donato Carrisi, première phrase de Le Chuchoteur

Bannière

Enrobage : Le Chuchoteur, de Donato Carrisi
Fève : Italie / Il Suggeritore
Ecadossage : Cinq petites filles ont disparu.
Cinq petites fosses ont été creusées dans la clairière.
Au fond de chacune, un petit bras, le gauche.
Depuis qu’ils enquêtent sur les rapts des fillettes, le criminologue Goran Gavila et son équipe d’agents spéciaux ont l’impression d’être manipulés.
Chaque découverte macabre, chaque indice les mènent à des assassins différents.
La découverte d’un sixième bras, dans la clairière, appartenant à une victime inconnue, les convainc d’appeler en renfort Mila Vasquez, experte dans les affaires d’enlèvement.
Dans le huis clos d’un appartement spartiate converti en QG, Gavila et ses agents vont échafauder une théorie à laquelle nul ne veut croire : tous les meurtres sont liés, le vrai coupable est ailleurs.
Quand on tue des enfants, Dieu se tait, et le diable murmure…
Ganache : Roman / Thriller
Tempérage :  433 pages /2,6 cm / Calmann-Lévy / 21€90

Nous les appelons « monstres » parce que nous les sentons loin de nous, et donc nous les voulons « différents », disait Goran dans ses séminaires. Au contraire, ils nous ressemblent en tout et pour tout. Mais nous préférons balayer l’idée qu’un de nos semblables est capable de telles atrocités. En partie pour absoudre notre nature. Les anthropologues appellent ça la « dépersonnalisation du coupable », et cela constitue souvent le principal obstacle à l’identification d’un tueur en série. Car un homme a des points faibles et peut être capturé. Pas un monstre.

Un thriller palpitant.

A chaque page, le doute s’installe un peu plus : et si, finalement c’était lui ? Ah non ! Mais, attend et si… Et puis ce doute ne reste pas seul, la peur (un peu) vous entraîne tout au fond.

Comment décrire ce livre ? Ce thriller ? C’est excellent. S’en détacher est un vrai calvaire, le continuer est dure; parce qu’on a peur de ce qui peut arriver, peur que ce soit pire. Toujours pire.
Jusqu’au bout, le mystère est complet. Et de multiple revirement de situation modifie tout : qui est réellement Albert ? Et la petite fille numéro six ?

Tout le long du roman, « nous fréquentons des gens dont nous pensons tout connaitre, mais en fait nous ne savons rien d’eux« . Chaque personnage a son secret qui modifie, change tout !

Et puis, l’horreur ! Certains passages sont vraiment dur, presque gore. Il faut parfois être bien accroché. Ce qui est fait n’est pas un simple crime. Tout est organisé. Parfaitement organisé. Pour être complètement indevinable. Tout est prévu.
La tension est palpable. L’enquête est un défi. Rien n’est comme on le veut.
Et c’est excellent.

Dès le début, la saveur est donné : c’est un sextuple crime est les détails ne nous seront pas épargné. Il faut savoir.

Quand on finit, on découvre le pire, cette petite phrase : « Un époustouflent thriller littéraire, inspiré de faits réels. » Parce que, finalement, « quand on tue des enfants, Dieu se tait, et le diable murmure… »

Couverture de mon édition de Le Chuchoteur

Couverture : 2,75/3 => Sombre et simple mais représentative.
Ecriture : 5,5/6 => Whaou ! C’est vraiment bien écrit, la plume de Donato Carrisi est excellente !
Personnages : 5/6 => On croit les avoir cernés. On croit les connaitre. Mais finalement…
Histoire : 5/5 => L’histoire est juste excellente : suspense et action ! On est tenu en haleine jusqu’à la fin !

Bilan :  18,25/20=> Chocolat noir Supplément orange !

¿ Et vous, vous en avez pensé quoi ?

Publicités

À propos de liresansfrontiere

Aïe Aïe Aïe ! Allez voir la page "Si je ne suis pas moi" du blog LireSansFrontière

Publié le 16 juillet 2014, dans Chocolat noir, Chocovore, Coup de cœur, Critique Littéraire, Roman, Supplément orange, et tagué , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

Devenez un auteur de talent !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :