Si je reste : Vivre ou non, de Forman

« S’il n’avait pas neigé, sans doute ne serait-il rien arrivé. » Gayle Forman, première phrase de Si je reste

Bannière

Enrobage : Si je reste, de Gayle Forman
Fève : Etats-Unis / If I stay
Ecadossage : Mia a 17 ans, un petit ami que toutes ses copines lui envient, des parents un peu excentriques mais sympas, un petit frère craquant, et la musique occupe le reste de sa vie. Et puis… Et puis vient l’accident de voiture. Désormais seule au monde, Mia a sombré dans un profond coma. Où elle découvre deux choses stupéfiantes : d’abord, elle entend tout ce qu’on dit autour de son lit d’hôpital. Ensuite, elle a une journée seulement pour choisir entre vivre et mourir. C’est à elle de décider. Un choix terrible quand on a 17 ans.
Ganache : Roman / Jeunesse, Drame
Tempérage :  183 pages /1,1 cm / Pocket / 6€20

Je me rends compte maintenant que c’est facile de mourir. C’est vivre qui est difficile.

Ce livre faisait parti de ma wish-list depuis maintenant pas mal de temps et de ma wish-list urgente depuis la sortie du film (dont l’affiche est, au passage, superbe !). Du coup, quand l’occasion de le lire est venue, je ne lui ai pas crachée dessus.
Le long temps d’attente avait été rempli par pas mal d’avis, certains très positifs et d’autres beaucoup plus mitigés. Je ne mettais donc pas forger des attentes énormes, du moins je n’en avais pas l’impression.

Cette lecture s’est déroulée en lecture commune avec une amie (qui n’a ni blog, ni chaîne youtube, ni rien du tout). Pour elle, la lecture a été très bonne avec un petit bémol pour la fin qu’elle a trouvé trop abrupte.
Pour moi, cela a été une lecture très « oui, mais… » : il manquais ouvertement quelque chose tout au long du roman; pour tout vous dire, je m’obligeais même à le lire pour être dans les temps. Alors, vous imaginez bien que ça n’a pas été une lecture coup de coeur…

La réalité, c’est que tout le long du roman, je me suis ennuyée : je me doutais déjà très fortement de la fin (quel abruti écrit un tome 2 à un tel livre ?) et j’ai trouvé que le questionnement « je reste ou non » était très peu présent jusqu’à la fin. C’est vraiment le plus gros bémol pour moi.
De plus, je n’ai pas vraiment accroché à la plume de l’auteur. Sûrement peut-on la trouver simple et efficace, mais je n’ai pas accroché…
Et ce ne sont pas les sentiments, émotions, qui vont rattraper le roman : je m’attendais à un roman plein d’émotions, de réflexions et on obtient finalement le récit des « grands » événements de la vie de Mia. Etant donné que ce ne sont que des souvenirs, le roman fait aussi de sacrées élipses, mais ce n’est absolument pas dérangeant.
Pour en revenir aux sentiments, j’ai trouvé que Mia ne ressentait vraiment pas grand chose à la mort de ses parents (même si d’après certains c’est dû au choc…) /!\ Spoiler /!\ et quand elle découvre l’état de son petit frère, on comprend bien que cela lui fait un choc car c’est écrit mais c’est tout : on a l’impression que ça lui fait ni chaud, ni froid, qu’elle s’en fout plutôt pas mal… /!\

Au final, il n’y a que la fin que j’ai apprécié avec les discours du grand-père et de Adam qui regorgaient d’émotios et ont presque réussi à me tirer une petite larme.
La fin est, j’avoue, légèrement abrupte mais on la comprend (du moins je trouve) et est ouvertement le passage que j’ai préféré même si je lui reprocherais bien d’être trop rapide…

Donc, je ne vous conseille pas trop cette lecture mais si vous voulez le lire…

Couverture de l’édition Pocket.

Couverture : 1,5/3 => J’ai vu mieux, j’ai vu pire.
Ecriture : 2,5/6 => Je vous l’ai dit, je n’ai pas vraiment accroché…
Personnages : 3/6 => J’ai trouvé les personnages peu développés… Il y a bien pire, oui, mais je m’attendais à une Mia plus développé : elle aime le violoncelle, et ?
Histoire : 2,5/5 => Il y a de l’idée, une fin excellente mais le reste… du « racontage de vie »…

Bilan :  9,5/20=> Chocolat blanc !

¿ Et vous, vous en avez pensé quoi ?

Publicités

À propos de liresansfrontiere

Aïe Aïe Aïe ! Allez voir la page "Si je ne suis pas moi" du blog LireSansFrontière

Publié le 6 décembre 2014, dans Choco, Chocolat blanc, Critique Littéraire, Non classé, Roman, et tagué , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. Pas vraiment emballée au départ et ta critique me conforte ! Jai bien fait de le laisser à sa place ;-)

Devenez un auteur de talent !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :