Archives de Catégorie: Lire en…

Half Bad, Tome 2 : Nuit Rouge, de Sally Green

Lire en… Anglais #10

Ce livre sort aujourd’hui en français (le 20 mai) et je l’ai lu en anglais fin avril.

« a crossbill calls »
Première phrase de l’édition anglaise

Couverture de mon édition

Le livre

Titre original : Half Wild
Auteur : Sally Green
Nationalité : Anglaise

Mon édition

Edition : Penguin Book
Langue : Anglais
Nombre de pages : 400
Épaisseur : 2,3 cm
Prix : £7.99

Résumé 

Nathan apprend à dompter son nouveau pouvoir. Il se retrouve face à un choix impossible : pour ne pas perdre Annalise, son amour secret, il doit tuer Marcus, son père.

Avis

3 étoiles

_J’attendais ce tome 2 avec impatience, ayant adoré le tome 1. J’ai donc pas trop trop tardé à le lire et avait prévu de vous faire une petite critique pour lorsque le tome 2 sortirais.
_Pour ceux qui n’aurais pas encore lu le tome 1 : foncez ! Je sais qu’on entend beaucoup d’avis mitigé sur la blogosphère, mais je pense que si vous aimez les histoires de magie, le côté intime avec les personnages, et les écritures originales, je vois pas ce qu’il y a à perdre… L’anglais est peut-être un peu plus dur à lire que d’autres, je ne recommanderais pas de commencer la VO avec, mais l’histoire est géniale, publiée en français et le tome 3 sort dans un an…

_Alors, ce tome 2 ? Côté personnage, on retrouve bien évidemment notre Nathan qui doit apprendre à gérer son pouvoir. Comme dans le tome 1, j’ai adoré ce personnage qui commence à s’ouvrir un peu plus aux autres. J’ai parfois l’impression que sa vision du monde, de sa magie, offre une petite métaphore de l’adolescence…
_On retrouve aussi pas mal d’autres personnages comme Mercury ou Gabriel ainsi que bien d’autres mais je ne voudrais pas spoiler. Il y a bien évidemment aussi de nouveaux personnages; et le fait que Nathan s’ouvre plus, face un peu plus confiance nous offre plus de proximité avec les autres personnages auxquels on s’attache (ou non) bien plus que dans le premier : on apprend à en apprécié certain, à douter d’autres…

_Pour l’histoire, je vais en parler en deux parties. D’abord le triangle amoureux (ceux qui ont lu le tome 1 voit de quoi je parles) et ensuite l’histoire en générale avec son action et touti touti.
_Donc côté amour d’abord. Vous le savez peut-être, ou peut-être pas, mais je ne suis pas particulièrement fane des triangles amoureux. Surtout que j’ai le don pour toujours préféré le couple qui ne sera pas choisi à la fin (Un petit exemple ? Je haîs Peeta. C’est pas ma faute, mais je peux pas le voir en peinture…). Du coup, on peut se dire : « bah, elle aime pas… » et justement, j’adore ce triangle. Parce qu’il y a un petit côté « amour impossible » (un peu à la Roméo et Juliette) d’un côté (certains diront aussi de l’autre) et un côté LGBT+ (bon, ok, juste GB mais déjà qu’avec le terme complet je suis pas sûre que tout le monde comprenne alors avec GB… J’ai pas envie qu’on me demande pourquoi il y a un petit côté Grande-Bretagne dans un des couple possibles…) de l’autre. Donc bon, vous imaginez bien que je préfère l’un des deux couples potentiels de ce triangle et je vous dirais pas lequel. Mais, sachez que au niveau de triangle (et comme à tous les autres niveaux) j’ai adoré ce tome. Je vous laisse le lire et devinez.
_Et pour la partie « action » de ce tome maintenant : la aussi, j’ai adoré. On a un bon mélange de temps pleins et de temps plus lents. Et surtout pas mal de retournements de situation auxquels je ne m’attendais absolument pas. (Voir la fin par exemple, ou même le « début » avec Mercury… Ou encore plein d’autres…). Je me suis fait surprendre plusieurs fois, et ça fait du bien ! De plus, le côté manichéen reste toujours aussi flou que dans le tome 1 : il n’y a pas vraiment de gentils ni de méchants même si on peut mettre certains personnages dans une case « gentil » et d’autres dans une case « méchant ». Néanmoins, quand on essaye de voir les choses du point de vue de tout et chacun, bah on se rend compte que c’est comme dans la vraie vie : les méchants et les gentils… bah, c’est les même en fait… Je résumerais en « tuer pour le bien » (soit le mal pour le bien et le bien pour le mal).

_Pour ce qui est de la plume de l’auteur, j’ai été un peu déçue de ne pas retrouver plus de passage à la deuxième personne du singulier mais j’apprécie tout de même beaucoup la plume de l’auteur (que je trouve toujours aussi dure à lire en anglais…). Elle utilise pas mal de vocabulaire que je ne comprends pas, mais bon, ça passe ! (Merci la contexte !) Et pour ceux qui voudrez, to dive = plonger.

_Bilan ? Le tome 2 est au moins aussi excellent que le tome 1 ! J’adore complètement cette série et je surveille déjà la sortie du tome 3 (pour mars 2016… trop long…) : j’adore l’univers que l’auteur à créer, les personnages, les idées de pouvoirs et la façon de les recevoir… Les avantages et les inconvénients de chaque camps, le fait que Nathan nous soit pas « parfait »…. Mais surtout, j’ai hâte de voir quelles possibilités offertes par ce tome 2 vont être utilisées dans le troisième et dernier tome. J’ai fini ce deuxième tome sur un « merde, mais ça peut pas s’arrêter là !! » ce qui m’arrive rarement et je crois que je suis vraiment accro à cette série.
_Qu’une seule chose à vous dire : lisez cette série, elle en vaut la peine ! A l’heure d’aujourd’hui, j’aurais du mal à dire qu’elle est mon histoire de sorciers favorite. Deux sagas se disputent la première place, et je pense qque je n’ai pas besoin de vous indiquer les deux quelles. (Un sorcier à lunette avec une cicatrice en éclair / Un sorcier avec des tatouages B0.5 un peut partout)

18/20
Chocolat noir Supplément orange !

Will Grayson Will Grayson, de John Green et David Levithan

Lecture VO anglais #6
Lire en… Anglais #9

Will Grayson Will Grayson

David Levithan
John Green

Langue : Anglais
Titre FR : Will & Will
Nmb pages : 308
Éditeur : Penguin books
Épaisseur : 2cm

Je voulais découvrir David Levithan depuis longtemps mais absolument en anglais (une de mes lubies…). Bon, comme peu de ces romans sont traduits, ce n’était pas trop dur…
Je voulais aussi redécouvrir John Green, mais en anglais.
J’avais entendu que ces deux auteurs étaient plutôt simple à lire dans la langue de Shakespeare (ce qui est la pure vérité !)
Ce livre me faisait de l’œil pour la simple et unique raison (complètement superficiel) que la première fois que j’en avais entendu parler, il était en rupture de stock partout et plus publié.

Bilan ? Co-écrit par deux auteurs que je voulais découvrir en anglais, couverture d’un violet sublime, livre dans ma wish depuis longtemps… Quand il est arrivé le temps de ma commande de lectures VO anglais, je n’ai pas beaucoup hésité : je l’ai pris. Puis dévoré. Juste après l’avoir reçu…

Quand je l’ai reçu…

Bon, du coup, j’en ai pensé quoi ?
Et bien, je suis tombée complètement amoureuse de ce bouquin…

Les personnages sont géniaux, je les ai adorés et tout particulièrement Tiny Cooper qui est extraordinaire.

Tiny Cooper is not the world’s gayest person, and he is not the world’s largest person, but I believe he may be the world’s largest person who is really, really gay, and also the world’s gayest person who is really, really large.

Tiny Cooper est de ces personnages remplis de défauts mais qui sont aussi à mourir de gentillesse et qu’on ne peut qu’adorer. Il monte une comédie musicale sur lui-même et ça magnifique vie amoureuse (avec dix-huits ex…). Même s’il n’a pas sont nom dans le titre, c’est l’un des trois personnages principaux (avec les deux Will) et il lie ces deux derniers.

Et même si je n’imagines pas vraiment les deux Will comme cela, je trouve que ça les résume assez bien…

En ce qui concerne l’histoire, je veux bien avouer que c’est légèrement tirer par les cheveux… Mais c’est tellement drôle, émouvant et beau ! L’histoire parle d’adolescence et de s’assumer avec un humour ! On a peut-être le droit à des personnages un peu extrêmes (surtout Tiny Cooper) mais dans l’histoire ils font réalistes et on s’attache à eux.

J’ai juste complètement adoré l’histoire. Oui, l’histoire d’amour est visible à mille kilomètres, mais pour une fois, ça ne me dérange pas. Parce que ce n’était pas le fin mot de l’histoire, ou peut-être parce qu’ils sont justes trop mignons… Ou peut-être parce que la rencontre est hilarante… J’en sais rien, mais j’ai l’impression que tout passe dans ce roman… En fait, on ouvre le livre, on passe un bon moment en souriant, riant et ayant son petit coeur qui se sert : pas parce que c’est particulièrement triste, mais parce que c’est mignon, et que parfois, on a juste envie de tuer certains personnages… Jusqu’à ce que Tiny arrive !

En réalité, je crois que c’est mon John Green préféré… Je ne sais pas… Ce livre n’a pas une originalité du tonnerre, il n’a rien de véritablement extraordinaire… mais, mais  je l’adore ! Je suis tombée complètement sous le charme des personnages, leur histoire est mignonne, drôle, simple, belle et complètement emportante (j’invente des mots…), et puis le style des deux auteurs est hyper plaisant à lire. C’est simple et fluide.

Il faut juste lire ce roman qui amène avec fraîcheur le sujet de l’homosexualité dans la littérature adolescente. Tout vas bien, ou presque, et la bonne humeur de Tiny est communicative alors autant en profiter !

Un roman dont on ressort avec le sourire ! Pour moi, ce sera un 18/20 !

3 étoiles

Oh, et juste un détail : All is about falling !

Half Bad : Not mind is the trick, de Green

Lecture VO #4
Lire en… Anglais #8

« There’s these two kids boys, sitting close together, squished in by the big arms of an old chair. » Sally Green, première phrase de Half Life, book 1 : Half Bad

Bannière

Enrobage : Half Bad, Tome 1 : Traque blanche, de Sally Green
Fève : Angleterre / Half Life, Tome 1 : Half Bad
Ecadossage : You can’t read, you can’t write, but you heal fast, even for a witch
You get sick if you stay indoors after dark
You hate White Witches but love Annalise who is one
You’ve been kept in a cage since you were fourteen
All you’ve got to do is escape and find Mercury, the Black Witch who eats boys
And do that before your seventeenth birthday
Easy
Ganache : Roman / Fantasy, Young-adult05
Tempérage :  380 pages /3,8 cm / Penguin Books / 7.99£

« That’s the problem. It’s impossible to prove. » He dabs at his mouth with his fingertips. « Someone once said that the best way to find out if you can trust somebody is to trust them. » He carries on dabbing his mouth. But he’s smiling a little.
« Do you trust me? » I ask.
« Now I do. »

3 étoiles

Je veux la suite. Oui, la tout de suite, maintenant. Je ne peux pas attendre le 24 mars qu’il sorte !! Ha !!!

Ceci n’est qu’une toute petite crise passagère, ne vous inquiétez pas… C’est juste que j’ai vraiment envie de lire le tome 2, mais pas de panique, je vais essayer de tenir jusqu’à fin mars. C’est encore loin, beaucoup trop loin…

Bon, pour passer plus sérieusement à la critique, je vais commencer par vous signaler que j’ai lu ce livre en VO (en anglais!) au départ, surtout à cause d’une erreur, puisqu’on me l’a offert en anglais alors que je le voulais plutôt en français. Mais comme je voulais trop lire ce livre, je l’ai lu en anglais.
Pour le niveau d’anglais, même si c’est plus dur à lire que mes précédentes lectures en anglais, ça reste tout à fait accessible. Il est vrai qu’il y a pas mal de détails et/ou phrases que je n’ai pas vraiment compris mais j’avais toujours le sens général. En gros, je dirais que je ne serais pas capable de le traduire, mais j’ai compris l’histoire (et adoré). Les passages les plus complexes à comprendre, pour moi, étaient les passages au « tu ».
Car oui, il y a des passages à la deuxième personne du singulier. Et c’est génial, hyper original. Parce que même si ça a déjà été fait, c’est fait si rarement que ça apporte beaucoup au livre. Ça donne un côté hyper original et super sympa à lire.

Côte histoire, même si on sent que c’est un premier tome et que le rythme prend donc quelques pauses pour présenter le monde mis en place, c’est quand même hyper prenant et super sympa à découvrir. J’ai juste adoré l’histoire et j’attends avec plus qu’impatience la suite.
L’histoire ne tombe pas dans la simplicité et de ne définie pas clairement les bons et les mauvais. Il y a une sorte de réalité avec cette idée que le bien et le mal est très morale et dépend surtout du point de vue. Une même action peut être vu comme un acte de bien et de mal en même temps. Et l’auteur ne prend pas clairement position, même si on sent une légère tendance à nous poussez plus vers un personnage qu’un autre, ce qui est tout à fait normal, notamment pour créer un personnage principal appréciable.

Les personnages justement sont eux aussi géniaux. En fait je crois que tout est génial dans ce livre (non, ce n’est absolument pas un coup de cœur…).
Pour en revenir aux personnages, et plus précisément Nathan, personnage principal, on le sent vraiment à la recherche de lui, dans cette quête pour savoir à quel groupe on appartiens et dans la course à s’intégrer. On sent qu’il veut prouver qu’il n’est pas différent, qu’il bon mais qu’en même temps il veut faire de sa différence un point fort. Ça donne un personnage principal très vivant, surtout que c’est aussi le narrateur, sauf dans les passages au « tu »…
Ces passages justement, nous rapproche beaucoup du personnage de Nathan, amenant presque une complicité entre Nathan et nous. Surtout que le roman fait plutôt bien passé les émotions, on est très facilement proche de Nathan.
Pour les autres personnages, ils ne sont pas vraiment hyper développer, quoique chacun est un « soi-même ». Je pense qu’on peut l’expliquer par ses deux citations : « Trust no one. » et « the best way to find if you can trust somebody is to trust them » qui veulent respectivement dire « Ne fais confiance à personne » et « Le meilleur moyen de savoir si tu peux faire confiance à quelqu’un est de le lui faire. » (Traduction de moi, je ne sais pas vraiment ce qu’il est écrit dans la version française…). Autrement dit, Nathan ne sait jamais s’il doit réellement faire confiance ou non aux autres, ce qui fait qu’on n’en sait pas trop sur eux. Surtout que Nathan a aussi un petit côté solitaire.

Enfin, de ce livre, avant de fermer cette critique, je dirais que c’est un excellent premier roman, qui est ouvertement à découvrir. C’est pour moi une excellente lecture, l’auteure nous offre une histoire géniale, plutôt originale et surtout très abouti. Le personnage principal est un excellent personnage, et les autres sont sont très attachants, ou au contraire plutôt détestable.
Très franchement, je crois que je l’ai déjà dit plusieurs fois, mais ce roman est une tuerie et je suis quasi-sûre de lire le tome 2 dès que je l’aurais. De plus les couvertures VO sont magnifiques. Finalement, le seul problème, c’est que je ne sais pas comment je vais faire pour attendre jusqu’à la sortie du tome 2… J’adore Nathan, je veux trop savoir comment il va s’en sortir et puis juste en savoir plus sur les autres personnages et l’univers.

Franchement, et encore une fois, une excellente lecture. Et même un coup de cœur…

PS : Ca n’a aucun rapport avec cette critique, mais pour une fois, j’écoute de la musique en la tapant, et j’ai envie de le partager avec vous : Skip the use – Ghost.

Half Bad, Tome 1 de Sally Green. Couverture de Tim Green.

Couverture : 1,9/2 => Elle est trop belle. C’est une tuerie, comme le roman en fait… En plus, celle du tome 2 est encore plus belle !
Ecriture : 2,8/3 => L’idée de la deuxième personne est géniale. Excellent. L’écriture en elle-même reste fluide et compréhensible, même si j’avoue avoir eu quelques difficultés de temps à autres…
Personnages : 4,2/5 => Nathan est excellent. Les autres un peu moins développés mais tout de même suffisamment car finalement on ne les connait que des yeux de Nathan.
Histoire : 5/5 => L’histoire est excellente, il n’y a pas de méchants ni de gentils bien définis, il y a des idées excellentes (les tatouages mais franchement, il fallait y penser ! Et il y a plein d’autres trucs…), et putain qu’est-ce que c’est prenant !
Ma note : 5/5 => Coup de coeur !

Bilan :  18,9/20=> Chocolat noir Supplément orange ! C’est excellent, que voulez vous que je vous dise ?!

¿ Et vous, vous en avez pensé quoi ?

Lire en… Anglais #7

Hi !

Je me rends compte que je ne vous ai pas fait de bilan spécialement pour la VO… Du coup, je vous en fait un en trois étapes : Passé, Présent et Futur !

Passé…

Pour le passé, je vous propose un petit Top de mes lectures VO de 2014. En sachant que toutes ces lectures ont été géniales !

  1. The Perks of being a Wallflower, de Stephen Chbosky
    J’ai complètement adoré ce livre qui a été un énorme coup de coeur, donc je ne vois pas trop comment j’aurais pu vous mettre autre chose…
  2. Harry Potter and the Goblet of Fire, de J.K. Rowling
    Premier livre en anglais lu, j’adore cette saga mais j’avoue que j’ai quand même hésiter entre lui et le suivant pour cette place…
  3. The Giver, de Lois Lowry
    Un livre que j’ai aussi adoré mais voilà, j’ai adoré tous mes VO’s… C’est une superbe dystopie que je vous recommande fortement !

Au passage, en janvier 2015, j’ai lu Half Bad (Half Life, Tome 1) de Sally Green que j’ai complètement adoré. C’est un gros coup de coeur et j’attends avec impatience la sortie du tome 2…

Présent…

Pour le présent, je vous propose de découvrir les livres en anglais présent dans ma P.A.L. Cela vous donnera une petite idée de mes prochaines lectures VO’s…

Love Letters to the Dead, d’Ava Dellaira

Là depuis pas mal de temps maintenant, je me demande souvent comment il peut encore être dans ma P.A.L. : au moment de son achat, il était le numéro 1 sur ma wish-list… Néanmoins, j’ai prévu de le lire en février…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Eleanor & Park, de Rainbow Rowell

Cadeau de Noël reçu courant janvier, j’ai hâte de le lire car c’est un livre qui me faisait très envie et j’étais trop contente de le recevoir !!!

 

 

 

 

 

 

 

Futur…

Vous vous en doutez sûrement, mais j’ai une wish-list de livres pour la VO. Certains sont sortis en français, d’autres non mais j’ai l’intention de les lire en anglais, pour une raison a, x ou y.

1. Half Life, Tome 2 : Half Wild, de Sally Green
2. Forbidden, de Tabitha Suzuma
3. Will Grayson, Will Grayson, de John Green & David Levithan
4. The Kane Chronicales, de Rick Riordan
5. Someone like you, de Sarah Dessen
6. Aristotle and Dante Discover the Secrets of the Universe, de Benjamin Alire Saenz
7. Every Day, de David Levithan
8. The Shock of the Fall , de Nathan Filer
9. Two boys kissing, de David Levithan
10. Heroic, de Phil Earle
11. The School for Good and Evil, de Soman Chainani
12. Legend, de Marie Lu
13. Magisterium, Tome 1 : The Iron Trial, de Holly Black & Cassandre Clare
14. Lemony Snicket: The Unauthorized Autobiography, de Lemony Snicket
15. Anna dressed in blood, de Kendare Black
16. Syrena Legacy, Tome 1 : Of Poseidon, de Anna Banks
17. To all the boys I’ve loves before, de Jenny Han
18. Who Could That be at This Hour?, de Lemony Snicket
19. Wreck this journal, de Keri Smith

Voilà, voilà !

Sinon, qu’avez vous aimé comme livres en anglais l’en dernier ? Qu’avez vous encore à lire ? Quels livres vous font de l’œil ? Dites -le dans les commentaires !!!

Kisses !

Lire en… Anglais #6 : Liste au Papa Noël

Hi !

Comme vous le savez sûrement, Noël approche maintenant à grand pas. Et pour Noël, j’ai l’intention de repasser une commande pour des livres en VO. Je vous propose donc de m’aider en votant pour les livres que je dois le plus absolument commander. Vous pouvez aussi me faire des propositions de romans jeunesses ou young adult.

Avant de commencer, quelques petites consignes :

  • Pour les propositions :
    • Que des livres jeunesses et young adult (mais tous les genres confondus).
    • Pas de livres de plus de 350 pages.
    • Que des livres sortis en paperback.
  • Pour voter :
    • Pas de limite de vote mais essayez de ne pas voter pour tous les livres.
    • Vous pouvez donner jusqu’à 3 points à un livre, 2 point à 2 livres et 1 point aux autres.
    • Vous avez le droit de voter une fois par semaine.

L’article sera régulièrement mis à jour, il risque donc d’y avoir des changements de titres de temps à autre…

Six des livres pour lesquels voter.

Livres pour lesquels voter.

Les livres non traduits en français ont le droit à un point bonus ainsi que les trois livres qui me font le plus envie. Les livres faisant plus de 350 pages ont eux un point malus contre un autre point bonus pour ceux de moins de 300 pages.
Titres en français :

  1. 0.4, de Mike Lancaster => 2
    Moins de 300 pages / Me fait très envie
  2. La Face cachée de Margo, de John Green => 1
    Me fait très envie
  3. Forbidden, de Tabitha Suzuma (Pas de traduction française) => 1
    Pas de traduction française / Me fait très envie / Plus de 350 pages
  4. Legend, Tome 1, de Marie Lu => 0
  5. Boy meets boy, de David Levithan => 2
    Moins de 300 pages / Pas de traduction française
  6. Graffiti Moon, de Cath Crowley => 1
    Moins de 300 pages
Autres livres pour lesquels voter.

Autres livres pour lesquels voter.

Et voilà !
So, Kisses !


Merci à :

  • Personne…

Pour avoir voter et ainsi m’avoir aider à choisir mes livres.

 

Vlog : Vidéo en espagnol

Hola !

Même si je ne comprends pas encore superbement bien l’espagnol et que je le baragouine qu’un tout petit peu, j’aime bien rendre au youtube espagnol de temps à autre. Surtout quand ils font des pub pour la lecture juste superbes !  Je suis tombée sur quelques vidéos, ces derniers temps, et j’ai eu envie de les partager avec vous. Je serais bien incapable de les traduire, excusez-moi… Si vous comprenez ne serais ce que quelques mots d’espagnol, essayez de les regarder, certaines sont très très sympas !

J’aime  lire
Vidéo en espagnol, texte en espagnol

Livres et lectures
Pas de paroles

Nouvelle technologie : le BOOK
Vidéo en espagnol, sous-titre anglais

La Magie de Lire !
Pas de paroles

L’enfant qui mangeais des livres
Vidéo en espagnol

Et voilà !

Je pense vous refaire ce type d’articles un jour mais cela dépendras très franchement des vidéos que je regarde. Donc, peut-être pas demain !

Et sur ce, Besos !

 

 

 

 

The Perks of being a Wallflower : Danse, de Chbosky

Lire en… Anglais #5
Lecture VO Anglais !

« I am writing you because she said you listen and understand and didn’t try to sleep with that person at that party even though you could have. » Stephen Chbosky, première phrase de The Perks of being a Wallflower

Bannière

Enrobage : Le monde de Charlie, de Stephen Chbosky
Fève : Etats-Unis / The Perks of being a Wallflower
Ecadossage : Charlie’s not the biggest geek in high school, but he’s by no means popular. Shy, introspective, intelligent, yet socially awkward, Charlie is a wallflower, standing on the threshold of his life whilst watching everyone else live theirs.
As Charlie tries to navigate his way through uncharted territory – the world of first dates and mix tapes, family dramas and new friends – he realises that he can’t stay on the sidelines forver. There comes a time when you have to see what life looks like from the dance floor.
Ganache : Roman / Épistolaire, Contemporain
Tempérage :  231 pages / 1,4 cm / Simons and Schuster / 6£99 (prix conseillé)

3 étoiles

C’est vieux, ça a été écrit il y a des années (publié en 1999 mais l’histoire ce déroule en 1991), mais ça reste criard de vérité : je me suis ressentie dans ses lettres. Parce que, merde, les mots sont justes, les sentiments sont là et ses problèmes sont ceux que l’on peut tous avoir. Alors oui, c’est peut être pas écrit dans la plus belle prose du monde. Oui, il y du vocabulaire fleuri, pour ne pas dire grossier. Oui, il fait des conneries. Mais putain, est-ce qu’on est pas tous comme ça ? C’est ça qui fait que c’est vrai. On a tous déjà eu envie de se plaindre, de raconter sa vie. On a tous déjà fait des conneries. On a tous déjà utiliser un vocabulaire qui n’est pas celui que nos parents préfèrent. Et surtout, on a tous déjà écrit comme on parle. Et alors ?

Il y a ces citations, tout au long du bouquin. Ces citations où l’on se dit : « mais oui, c’est vrai ». Et ça commence par la première page :

I want you to know that I am both happy and sad and I’m still trying to figure out how that could be.

Qui n’a jamais était à la fois heureux et triste lève la main.

And I thought that all those little kids are going to grow up someday. And all of those little kids are going to do the things that we do. And they will all kiss someone someday. But for now, sledding is enough. I think it would be great if sledding were always enough, but it isn’t.

Mais surtout, celle que je préfères, celle que je veux retenir à tout jamais :

So, I guess we are who we are for a lot of reasons. And maybe we’ll never know most of them. But even if we don’t have the power to choose where we come from, we can still chose where we go from there. We can still do things. And we can try to feel okay about them.

Pour moi, ce livre fait parti de ces livres qui vous captivent, que vous ne voulez pas lâcher mais dont vous ne vous doutez pas qu’ils vont être un coup de coeur. Parce que, jusqu’à la dernière phrase, jusqu’à la dernière ligne, vous croyez qu’il est trop simple. Puis, quand vous le refermez, quand vous comprenez qu’il n’y a plus de pages supplémentaires, ni de paragraphes supplémentaires, ni même de phrases, ou encore seulement de mots, vous vous rendez compte qu’il n’était pas simple. Il était vrai. Il était de ceux qui ne peuvent que ce terminer en coup de coeur. Et je vais dire quelque chose que je ne pensais jamais dire, du moins pas avant un bon bout de temps : « Je crois que ce livre est mon plus gros coup de coeur de l’année. Oui, je le place au dessus de Nos étoiles contraires. Le temps fera le reste, mais je crois, je suis intimement persuadée, que ce livre aura une meilleure place dans le top de l’année que Nos étoiles contraires.

Ce livre m’a fait rire. Ce livre m’a ému au larme. Ce livre m’a rendu mélancolique. Ce livre m’a donné des envies de solitudes comme des envies de sorties entre amis. Ce livre m’a fait passer par un panel d’émotions que je ne serais décrire. Alors il n’y a pas grand chose que je puisse ajouter sauf « Lisez ce livre ». Même si je ne pense pas qu’il sera aussi puissant que pour moi pour beaucoup d’entre vous. Pour la bonne raison que ce roman a eu ce quelque chose qui a fait que j’y ai vraiment cru, que j’ai vraiment compris Charlie. Je crois aussi que je lui ressemble un peu et que je l’ai lu au bon moment, au moment où moi aussi, j’ai ces questions en tête.
Je crois sincèrement que ce livre est arrivé au bon moment pour qu’il devienne un coup de coeur, mais que cela ne change rien au fait que pour moi, ce roman est la pépite qui ratatine toutes les autres.

Alors oui, cette chronique ne vous aura rien dit sur les personnages, sur l’histoire ou sur je-ne-sais-quoi d’autre. Oui, elle n’a fait que donné mon avis. Mais c’est la critique qui est sorti de mon esprit en fermant ce livre, et c’est celle qui est ouvertement la plus vraie que je pouvais vous faire.
Et j’espère sincèrement donner envie de lire The Perks of being a Wallflower a au moins une personne, juste une seule.

Couverture de l’édition Simon and Schuster.

Bilan :  19,75/20=> Chocolat noir Supplément orange !

Je sais que je n’ai pas l’habitude de mettre les notes ainsi mais c’est la note la plus juste que j’ai trouvé pour ce roman. S’il n’a pas 20, la seule raison est que l’on m’a toujours appris que rien ne pouvais être parfait et qu’il faut toujours laissé un marge pour l’éventuel…

¿ Et vous, vous en avez pensé quoi ?

Et pour la petite info, juste comme ça en passant :
To be a wallflower : Faire tapisserie
Et si, comme moi avant, vous ne savez absolument pas ce que veux dire cette expression, en gros cela veut dire que lorsque tout le monde danse vous reste assis ou debout à côté de la piste sans danser, sans agir. Comme ça on pourrait ce dire que ce titre (littéralement en français : « Les petits avantages à faire tapisserie ») n’a aucun rapport avec le livre, mais quand on le finit, on comprend. Et je peux vous dire que je préfère dix mille fois ce titre que le titre français.

The Giver : Un monde noir et blanc, de Lowry

Lire en… Anglais #4
Lecture VO Anglais !

« It was almost December, and Jonas was beginning to be frightened. » Lois Lowry, première phrase de The Giver

Bannière

Enrobage : Le passeur, Tome 1, de Lois Lowry
Fève : Etats-Unis / The Giver
Ecadossage : It is the future. There is no war, no hunger, no pain. No one in the community wants for anything. Everything needed is provided. And at twelve years old, each member of the community has their profession carefully chosen for them by the Committee of Elders. Twelve-year old Jonas has never thought there was anything wrong with his world. But from the moment he is selected as the Receiver of Memory, Jonas discovers that their community is not as perfect as it seems. It is only with the help of the Giver, that Jonas can find what has been lost. And it is only through his personal courage that Jonas finds the strength to do what is right…
Ganache : Roman / Dystopie, Jeunesse
Tempérage : 224 pages /1,6 cm / Harper Collins / 6£99 (prix conseillé)
Le P’tit + : Le film sort en France le 29 octobre 2014 !

Attention, de mon point de vue, les bandes-annonces spoilent le livre. A vous de voir si vous souhaitez les regarder ou non !

Juste, avant de commencer la critique, je voudrais dire qu’au vu du trailer, je m’attend plus ou moins a être légèrement déçue par le film. On va dire que ce trailer ne m’inspire pas confiance, mais j’irais quand même voir le film au cinéma, c’est sûr à onze mille pour cent !
La bande annonce française est pire : elle ne se prive pas pour spoiler le livre et j’ai l’impression qu’il vont plus loin que seulement le tome 1…

« Do you love me ? »
There was an awkward silence for a moment. Then Father gave a little chuckle. « Jonas. You, of all people. Precision of language, please! […] you used a very generalised word, so meaningless that it’s become almost obsolete, »

3 étoiles

The Giver n’était pas le livre que j’avais prévu de lire en premier sur les trois VO que je m’était acheté. Pourtant, c’est avec celui là que j’ai commencé. Et j’ai vraiment bien aimé ma lecture.

Je n’avais absolument pas l’intention de lire ce livre, je n’en connaissais même pas l’existence avant de tomber sur un message qui conseiller ce livre pour débuter la VO sur BookNode. Je ne serais pas citer l’auteur, je n’ai absolument pas garder le message. Du coup, je l’ai commander d’abord parce qu’on le disait simple à lire, et deuxièmement parce que le résumé m’attirait. Et franchement, je n’ai pas été déçue.

Même si je ne dit pas que je ne le relirais pas en français pour être sûre de bien comprendre, je pense avoir compris le gros de l’histoire, ou du moins suffisamment pour ne pas me sentir perdue et pour passer un très bon moment. L’histoire fait réfléchir tout en apportant un certaine dose d’action et de suspens plutôt sympa.
Si l’on ne sait rien sur le communauté au départ, on apprend, au même rythme que Jonas ce qui est plutôt un bon point, énormément de chose dont des découvertes qui m’ont laissé sur le cul quand je les ai lues… Par contre, si vous voulez vraiment l’effet de surprise ne regardez pas les bandes annonces : elles spoilent un max ! Surtout la française.
Cette communauté justement nous pose une question plutôt intéressante : que sommes-nous prêts à perdre pour vivre dans un monde sans malheur, sans douleur ?

Si l’on devait parler des personnages, j’ai bien apprécié Jonas ainsi que le Passeur. J’ai par contre moins aimé ses parents (à Jonas) et sa sœur ainsi que tous les autres personnages secondaires que j’ai trouvé trop « pareil ». Je sais que c’est la faute à la communauté, mais j’ai trouvé qu’ils acceptaient trop et qu’aucun n’était indispensable. Enfin, pas pour l’histoire ! Je veux dire, l’auteur a créé des personnages qui collent à l’image des gens que l’on pourrait trouver dans une telle communauté mais ce sont aussi exactement le type de gens qui m’énervent…

Pour la langue, je ne le recommande peut-être pas si vous avez un faible niveau d’anglais, même si ce n’est pas très dur à lire. Il y a un petit peu de vocabulaire mais tout est plus ou moins compréhensible grâce au contexte. Si vous voulez savoir, sur les deux cents pages que compte ce livre, il n’y a qu’un seul mot que malgré le contexte je n’arrivais pas à comprendre et que j’ai donc cherché pendant ma lecture : « fist« , qui signifie « poing« .
Je l’ai lu en une semaine, sans forcément avoir énormément de temps pour lire et je n’ai absolument pas eu l’impression d’être perdue ou de ne rien comprendre. Pour mon niveau, je le placerais dans les environ du niveau B1.

Couverture de l’édition Harper Collins.

Couverture : 2,5/3 => Je croyais que c’était l’affiche du film mais finalement non, d’après ce qu j’ai compris. Mais n’empêche qu’elle est super belle.
Ecriture : 4,5/6 => C’est tout a fait compréhensible et accessible sans forcément être bilingue !
Personnages : 4/6 => Jonas et le Giver sont plutôt sympa mais les autres se ressemblent un peu…
Histoire : 4,5/5 => De ce que j’en ai compris, l’histoire est vraiment super sympa ! Je recommande !

Bilan :  15,5/20=> Chocolat noir !

¿ Et vous, vous en avez pensé quoi ?

Attention, de mon point de vue, les bandes-annonces spoilent le livre. A vous de voir si vous souhaitez les regarder ou non !

Lire en… Anglais #3 : to dico or not to dico

Hi !

Je ne sais pas si vous avez compris ou non le jeu de mot pourri du titre mais en gros, aujourd’hui, on va parler du dictionnaire lorsqu’on lit en anglais.

Bon, donc maintenant que vous avez dû comprendre m’a blague nulle, on démarre !

Donc, dictionnaire ou pas dictionnaire ?

J’ai donc lu The Giver de Louis Lowry en anglais. Pour le niveau, on me l’avais dit simple mais je le mettrais dans le catégorie intermédiaire : il y a un peu de vocabulaires complexes mais dans l’ensemble, ça va.

Avant de commencer ma lecture, j’étais contre. Vous allez vous dire, « dit comme ça, maintenant elle dois être pour ». Et bien non. En réalité, j’ai trouver une « technique » qui pour l’instant serais celle que je conseille quoi qu’il manque la confirmation de plus de lectures. Cette technique est la suivante.

  1. Lire sans s’arrêter un chapitre, une page… Un petit morceau de livre.
  2. Revenir sur les mots que l’on n’a pas compris, ou qui sont nouveau (mot compris grâce au contexte mais que l’on ne connaissait pas avant).
  3. Ecrire ces mots sur un feuille.
  4. Continuer sa lecture
  5. Refaire les trois premières étapes sur d’autres morceaux du livre.
  6. Chercher, une fois la lecture terminée, les mots dans un dictionnaire.

Cette technique est, je pense, utile si l’on souhaite apprendre du vocabulaire et que l’on arrive à lire sans forcément comprendre tous les mots. Il y a des passages que je n’ai pas compris mais je n’ai pas fais un fixation dessus, et je pense que c’est pour ça que la technique me convient.

En gros, pour l’instant c’est ma technique : une utilisation du dictionnaire après coup, une fois la lecture terminée. Je pense bien sûr, qu’elle va évoluer allant sûrement vers la disparition du dictionnaire pour la plupart des lectures même s’il y a de grandes chances qu’il reste à porter de main le jour où je me lancerais dans des lectures plus complexes.

Avec mes deux lectures VO au compteur (Harry Potter and the Goblet of fire / The Giver), je dirais donc que le dictionnaire est un plus négligeable. J’attend tout de même votre avis sur la question et vos techniques d’utilisation. N’hésitez pas à me dire si vous pensez que j’ai tort : j’ai conscience qu’en deux lectures mon avis ne peut pas être excellent.

Juste, avant de terminer cet article, on pourrais penser que je m’y mets un peu tôt pour donner des conseils, mais mon but n’est pas de donner les meilleurs conseils du monde, juste de partager mes lectures et mes « tests », mes techniques qui ont fonctionné ou non chez moi et de voir l’évolution qui pourrait arriver. Peut-être que dans quelques temps j’aurais complètement changé d’avis sur le dictionnaire, mais c’est aujourdh’ui ce que j’en pense.

Voilà, Kisses !

Lire en… Anglais #2

Hi !

Je vous avez dit que je vous publierais le bilan de la commande en version photo pour que vous ayez enfin les titres commandés. Le voici !

Commande sur The Book Depository.

Commande sur The Book Depository.

Les photos ont été prises au moment du déballage, désolé pour la qualité…

Il m’a fallu entre 8 et 12 jours pour recevoir mon colis qui m’a coûté un total de 20€19 pour les intéressés…. Au lieu de 38€45 si je les avais acheté en français. Quand je vous disais que ça revenait moins cher !

Pour la qualité du colis, je suis super contente, comme je vous l’ai déjà dit. Le seul petit accro est sur Love letters to the dead, qui est arrivé par lettre…

C

Le livre s’est pris un petit coup…

Les livres commandés sont donc (pour ceux qui n’arrivent pas à lire sur les images) :

  • Love letters to the dead (Hot Key Books), de Ava Dellaira
  • The Giver (Harper Collins), de Lois Lowry
  • The Perks of being a Wallflower (Simon and Schuster), de Stephen Chbosky

Pour les titres en version française, c’est :

  • La Vie, la Mort, l’Amour ou Love letters to the dead (Michel Lafon), de Ava Dellaira.
  • Le monde de Charlie ou Pas raccord (Sarbacane), de Stephen Chbosky.
  • Le passeur (Ecole des loisirs), de Lois Lowry

Voilà ! Alors, content ou pas ? C’était les livres que vous aviez devinés ?

Kisses !