Archives du blog

D’un monde à l’autre (La Quête d’Ewilan, Tome 1) : Monde fantastique, de Lylian & Baldetti

« Camille avait séché les cours ce jour-là. » Lylian & Baldetti, première phrase de D’un monde à l’autre

Bannière

Enrobage : La Quête d’Ewilan, Tome 1 : D’un monde à l’autre, de Lylian & Baldetti
Fève : France / La Quête d’Ewilan, Tome 1 : D’un monde à l’autre
Ecadossage : La vie de Camille, adolescente surdouée, bascule quand elle pénètre par accident dans l’univers de Gwendalavir avec son ami Salim. Là, des créatures menaçantes, les Ts’liches, la reconnaissent sous le nom d’Ewilan et tentent de la tuer. Originaire de ce monde, elle est l’héritière d’un don prodigieux, le Dessin, qui peut s’avérer une arme décisive dans la lutte de son peuple pour reconquérir pouvoir, liberté et dignité.
Ganache : BD / Fantasy, Jeunesse
Tempérage :  68 pages /1,1 cm / Glénat / 14€95

2 étoiles

Avant que des fans hystériques ne me hurle dessus en me découpant en morceau pour me faire comprendre que je me suis trompée d’auteur, rendons à César ce qui appartient à César : je parle d’une BD qui a bien été faite par Lylian et Baldetti mais j’avoue qu’elle a été adapté du premier tome de la saga La Quête d’Ewilan écrite par Pierre Botero. J’en profite au passage pour dire que je n’ai jamais accroché à cette série malgré le fait que j’ai débuté le tome 1 une dizaine de fois. Vous comprendrez donc que je l’ai aussi abandonné une dizaine de fois…
Et là, je sens venir de loin: mais pourquoi t’as lu la BD si t’aimes pas le bouquin ? C’est simple: vu le nombre de fans, je voulais quand même lui laisser une chance à cet univers, cette histoire et ses personnages. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que je n’ai pas été déçue.

D’abord, je voudrais dire, avant même de parler réellement de la BD, que je comprends parfaitement qu’il y ai des fans : l’univers est superbe et l’histoire hyper entraînante. Je pense vraiment lire la suite. En BD, sûrement, mais tout de même on ne peut pas nier qu’il y a d’excellentes idées et franchement de quoi passer un super moment.

Maintenant, passons à la BD.
Tout d’abord, les dessins : ils sont superbes. Peut-être un peu simple dirons certains mais ils nous emmènent vraiment dans un monde imaginaire et sont pleins de couleurs. De plus les traits sont plaisants à regarder et même quand on veut nous faire ressentir de la vitesse, je n’ai pas trouver l’effet brouillon que je reprochais à Les Gouttes de Dieu (ils n’ont aucun lien, j’en suis consciente).
Ensuite, je n’ai pas lu le roman oui, mais j’ai trouvé qu’on avait ce qu’il fallait pour comprendre même si la BD aurait peut-être gagner à nous expliquer un petit peu plus certains événements et à avoir une dizaine de planches en plus.

Pour les personnages, je les ai trouvé plutôt sympas, suffisamment expressifs même si ce n’est peut être pas le must du must et surtout j’ai beaucoup aimé l’ami de Camille (aussi dit Ewilan), dont je n’ai pas retenue le nom. Vous savez, celui qui vient du monde « normal »… Je les trouvé assez drôle et c’est exactement le type de personnages qui vous donne la pêche pour toute la journée !

Les dialogues sont eux aussi, bien sympa : juste ce qu’il faut, bien écrit et avec la dose d’humour qu’on peut attendre d’une BD qui ne se dit pas humoristique.
Oui, car cette BD, n’est absolument pas humoristique, elle nous donne l’impression d’une saga bourrée d’action tout en restant ouvertement un premier tome de mise en place : il ne se passe pas grand chose à part la découverte du monde « imaginaire » et de la qualité de dessinatrice de Camille.

C’était donc plutôt une bonne découverte, quoique je n’irais pas lire le tome 1 maintenant. Peut-être le deux, qui sait ?

Couverture de mon édition de La Quête d’Ewilan, tome 1 : D’un monde à l’autre

Couverture : 2/3 => Une couverture plutôt jolie, comme les dessins !
Dessin : 5/7 => Les dessins sont vraiment sympas, même s’ils n’ont rien de particulièrement artistiques ou poétiques. Mais ils sont tout de même colorés et bien plaisants à regarder !
Texte : 1,75/2 => Un texte simple sans mot de trop.
Histoire : 5/8 => L’histoire promet quelques choses de sympa dans la suite mais il ne se passe vraiment pas grand chose dans ce tome…

Bilan :  13,75/20=> Chocolat au lait !

¿ Et vous, vous en avez pensé quoi ?

Publicités

Pause Movie : La voleuse de livres

Alors, voilà, la première Pause Movie. Elle n’a pas été publiée plus tôt, et je m’en excuse, mais je voulais vous parler du film La voleuse de livres que j’ai vu hier à 22h.

Ce film est un film magnifique que je conseille à tous. Même s’il manque deux ou trois scènes plus que secondaires, comme les vols de pommes par exemple, il représente parfaitement le livre. Les acteurs jouent bien, même s’il y a quelques scènes un peu bizarre, un peu pas naturelles.
On retrouve tout de même l’ambiance du livre, et seule la fin m’a déçu : on ne comprend pas assez ce qu’il se passe à mon gout. Le ciel chocolat du début n’était pas là mais on retrouve quand même l’idée et les rares interventions de la mort sont parfaitement bien placées.
Une petite chose qui m’a fait bizarre, c’est la rue Himmel qui veut dire « rue du ciel » et qu’ils ont traduit par « rue du Paradis ».

A ceci près, le film est excellent, allez le voir !

PS : Ce film a été adapté du livre La voleuse de livres, de Markus Zusak dont je vous ai fait une critique !

Livre 1 : Le Rouge et le Noir

¿ Qu’est-ce-que c’est ?

Le Rouge et le Noir est un roman romantique et réaliste de Stendhal paru en 1830 chez Levasseur. Ce roman compte une grosse cinq-centaine de pages et nous propose l’histoire de Julien Sorel.

¿ Qui est l’auteur ?

Stendhal est un auteur français du XIXéme siècle connu pour être un des premiers auteurs réalistes français.

¿ Ça raconte quoi ?

Fils de charpentier, Julien Sorel est trop sensible et trop ambitieux pour suivre la carrière familiale dans la scierie d’une petite ville de province. En secret, il nourrit une fascination pour Bonaparte et ses mémoires compilés dans Mémorial de Saint-Hélène de Las Cases. Il rêve d’une ascension similaire à celle de l’empereur. Julien trouve une place de précepteur dans la maison du maire, Monsieur de Rênal, et noue une relation interdite avec son épouse. Chassé lorsque cette idylle est découverte, il rentre au séminaire de Besançon. Avant peu, il monte à Paris et devient le secrétaire du Marquis de la Mole, dont il séduira la fille Mathilde.

¿ Un petit extrait ?

Ses regards le lendemain, quand il revit madame de Rênal, étaient singuliers ; il l’observait comme un ennemi avec lequel il va falloir se battre. Ces regards si différents de ceux de la veille, firent perdre la tête à madame de Rênal : elle avait été bonne pour lui, et il paraissait fâché. Elle ne pouvait détacher ses regards des siens.

La présence de madame de Derville permettait à Julien de moins parler et de s’occuper davantage de ce qu’il avait dans la tête. Son unique affaire, toute cette journée, fut de se fortifier par la lecture du livre inspiré qui retrempait son âme.

¿ Et mon avis dans tout ça ?

J’en ressorts un avis très mitigé : l’histoire en elle-même est bien, il ne faut pas ce le cacher, mais ce n’est pas du tout mon type de livre. Il a été très dur à lire, pour moi, car l’action et le suspense se font lent et petit par rapport à mes lectures précédentes. Je l’ai tout de même fini, et ai même adoré la fin, elle est inattendue, et sort du commun des livres. Je n’en dirais pas plus, de peur de gâcher votre lecture.

On ne peut pas nier que c’est un chez-d’oeuvre de la littérature française mais il faut quand même voir qu’il est de son temps, plus vraiment du nôtre…

¿ Quelle musique ? ¿ Quel film ?

Bon, pour le film c’est simple, je vous propose tout simplement le film tiré du livre, que je n’ai pas vu, mais dont j’ai entendu des éloges. Peu connu, du moins, moins que le livre, ce film permet de savoir les grandes lignes du livre en trois heures (car il dure tout de même trois heures, oui). Je n’ai pas vraiment trouvé de bande annonce, mais cette petite vidéo d’une minute et quelques : ceci

Pour la musique, c’est un peu plus dure, je pencherais plus pour du classique, un peu romantique mais je suis tombée sur une musique nommée « Le Rouge et le Noir » de Claude Nougaro (artiste que je ne connais pas du tout), le premier couplet me fait un peu penser à un scène du livre, alors je vous la propose là, en lien youtube : Le Rouge et le Noir

¿ Au final ?

Le Rouge et le Noir est donc un roman romantique à lire mais long et qui ne plaira pas à tous. A réserver aux plus grands !