Archives du blog

Le samedi, ça me dit ! #6

Coucou !

Il y a deux semaines, je parlais d’un livre qu’on voit partout sur la blogo; cette semaine c’est l’inverse : on le voit nul part… Alors, c’est parti pour découvrir ce livre allemand qui me fait tant envie !

samedi

Le principe du « Le samedi, ça me dit ! » est de parler d’un ou deux livres faisant partis de sa wish-list et de dire pourquoi.

Et aujourd’hui, c’est…

Krabat, de Otfried Preussler.

Synopsis :

Krabat, quatorze ans, mendie sur les routes de Saxe avec deux compagnons d’infortune. Une nuit, il rêve de onze mystérieux corbeaux, et une voix lui ordonne de se rendre au moulin de Koselbruch. Irrésistiblement attiré, il s’y présente. Malgré l’accueil étrange que lui réserve le maître, il commence son apprentissage avec onze autres garçons-meuniers, parmi lesquels Tonda, l’aîné, qui le prend sous son aile, Juro, le benêt, et le perfide Lyschko. Krabat comprend bientôt qu’il a mis les pieds dans un terrible engrenage. Pour échapper à ce piège, le garçon aidé de ses plus proches amis et d’une jeune fille dont il est tombé amoureux, va défier ce maître cruel et tyrannique. Un récit envoûtant, à la mécanique implacable, destiné aussi bien aux jeunes lecteurs qu’aux adultes. Un hymne à la valeur inestimable de la liberté et de l’amitié, reconnu en Allemagne comme un chef-d’oeuvre.

Alors, pourquoi ce livre ? Pour une fois que je peux vous faire un vrai paragraphe sur le pourquoi du comment ce livre est dans ma wish, je vais pas me priver !

Pour le café littéraire auquel je participe, je dois lire du fantastique / fantasy (au choix), sauf que dans ma P.A.L., bah, il n’y en a pas. Alors, j’ai lancé un appel à l’aide et je n’ai reçu que des titres de saga. Sauf que les sagas de douze tomes, j’en ai par dessus le bulbe ! Du coup, j’ai demandé à une amie fane de thriller (oui, c’est extrêmement logique) si elle ne connaissais pas un bon roman one-shot de fantasy. Et là, le miracle est arrivé : Krabat !
Sauf que, pourquoi je n’ai pas choisi autre chose alors que d’après le monde (pas la magazine) c’est de la jeunesse qui a pour public les garçons de dix ans ? Et bien, 1) j’aime lire les livres dont on ne parle jamais 2) la couverture est franchement magnifique 3) le livre coûte peu cher (une douzaine d’euro en grand format) 4) j’ai beaucoup aimé CHERUB destiné, au départ, à un public masculin de douze ans 5) j’ai encore une âme d’enfant, j’aime bien lire de la jeunesse de temps à autre 6) l’histoire parle d’un meunier (ce qui est un argument absolument parfaitement bancal) et de MAGIE ! Faite par des moldus en plus, d’après ce que j’ai compris !!! (Et non, je ne suis absolument pas dans ma période Harry Potter…)

Et donc voilà, ce livre ne devrait plus tarder à arriver dans ma P.A.L. et devrait être lu et chroniqué courant décembre !

Kisses !

PS : Je sais que la saga Harry Potter aurait pu rentrer mais quelqu’un présente déjà cette saga.

Tag : Le tag qui parle de musique & Les 10 livres qui m’ont le plus marquée… #1

Hi !

Une serial-tagueuse m’a taguée. Deux fois. Sur deux tags super durs… Et comme le week-end prochain je risque de faire le week-end à mille et qu’après ça fera un bout de temps que j’aurais été taguée, je me lance. Mais je ne promets rien.

Tag 1 : Le tag qui parle de musique.

Bon, tout d’abord les règles, ensuite, je fuie très loin de la blogo avant de me faire trucider car je risque de superbement bien les modifier…

  • Ne réflechissez pas trop et répondez vraiment ce qui vous vient à l’esprit le plus rapidement possible.
  • Faites une liste des 15 albums dont vous vous souvenez et dont vous gardez un précieux souvenir, qui vous a marqué particulièrement dans votre vie et ceci dans un maximum de 20 minutes !
  • N’hésitez pas à taguer d’autres amis pour leur soumettre votre liste ainsi que la personne qui vous a taguée

Et je me rends compte que je n’ai pas dit qui été la serial-tagueuse… Qui s’est fait serial-taguée avant de me serial-taguer… Ça commence à faire pas mal de serial-tagué… Bon, cette personne est Blue Edel.

Et maintenant, le tag !
Sauf que, comme la musique et moi, ça fait cent quatre-vingt-douze mille (et ceci est un euphémisme), j’ai la joie de vous annoncer que je ne connais qu’un seul album ! Applaudissez-moi ! Mais tout de même, pour éviter de réduire quinze à un, je vais essayer de me creuser le cerveau pour trouver au moins des chanteurs et au pire seulement des titres (qui pourquoi pas, avec une chance que je n’ai plus, pourrait être des singles et rentrer dans la catégorie album… Dieu de la musique, sois avec moi !)

Donc, commençons.

Et tout d’abord le seul album que je connaisse !

Je deviens moi, de Grégory Lemarchal

Album qu’on m’a offert il y a maintenant bien six voir sept ans et j’adore toujours autant le chanteur même si j’écoute l’album de moins en moins souvent…

Ensuite, pour partir loin loin loin de la France, chez notre voisine l’Allemagne (mais oui, c’est loin, extrêmement loin de la France, l’autre bout du monde je vous dit !) je vous présenterais bien un chanteur allemend : Tim Bendzko et pour parler album, merci Wikipédia, je vous cite son premier album :

Wenn Worte meine Sprache wären, de Tim Bendzko.

Bon, je vous traduirais pas le titre, je parle pas allemand mais ce chanteur est plus ou moins mon chanteur du moment. En même temps, je suis dans ma période musique en allemand (pour peu qu’on puisse dire que j’ai des périodes en musique…).

Ensuite, pour rester dans l’allemand, voici ma musique du moment, sorti en single ! Yes ! (Du moins, je crois)

Lieder, d’Adel Tawil

J’adore cette musique ! D’après ce que j’ai compris (c’est à dire pas grand chose), elle parle de pierres qui roulent et de poupées vaudou ainsi que, de Michael Jackson mais c’est pas grave. Moi, j’aime bien !

Ensuite, dernier album, parce qu’il vient s’incruster dans mon esprit, là, pendant ma grande réflexion. On part dons en Belgique, et je pense qu’avec ça vous aurez compris de qui je parle :

Racine carrée, de Stromae

Je sais qu’avec ce chanteur c’est souvent soit on aime, soit on déteste mais moi je l’aime bien.

Bon, juste pour vous faire plaisir, voici un dernier album, et ensuite on passe au tag numéro deux, même si je n’aurais cité que cinq « album » au lieu de quinze…

We love Disney, de Collectif.

Je pourrais pas vous dire qui chantent (je sais tout de même qu’il y a plusieurs personnes) mais je l’ai écouté à Noël vu que, je ne sais pas trop pourquoi, il faisait parti du seul album synchronisé de mon compte Deezer. Le pire, c’est que je suis pas très Disney, et que je ne l’ai jamais été…

Bon, et juste parce que ma soeur est en train d’écouter ce groupe un peu trop fort et que du coup, l’album me revient en tête :

L’école des points vitaux, de Sexion d’assaut.

Bon, j’avoue, j’ai eu une période Sexion d’assaut et je suis même allée à un de leur concert. Et j’avoue j’ai adoré le concert… Mais je haïs les chansons qu’ils sont capables de faire en solo maintenant…

Bon, voilà. Maintenant, c’est fini pour de vrai. Je suis quand même super fière de moi, je ne pensais pas citer autant d’album !! Trop heureuse !!

Sinon, je ne tague personne, ou plutôt tous ceux qui voudrait le faire.

Et maintenant,

Tag 2 : Les dix livres qui m’ont le plus marquée…

Pour celui-là, c’est ici, sinon l’article était trop long…

Sur ce, Kisses !

Juillet, Qu’as-tu-fait ?

Comment vous dire que ce mois de juillet a été un mois mort ? Presque pas de lecture, quoique pas mal de film, et une présence archi-faible sur mon cher petit blog….  Et la faute à qui ? A personne. A quoi ? A un magnifique voyage en Allemagne.

Ce bilan du mois va prendre une forme atypique, trop peu d’achat et de lecture… Le voici donc :

Achat

La régate du Saint-Philibert, de Jean Failler

Coeur Vanille, de Cathy Cassidy

Troisième humanité, de Bernard Werber

Lecture

  • La régate du Saint-Philibert, de Jean Failler
  • Miss Peregrine et les enfants particuliers, de Ransom Riggs

  • Et Coeur Vanille, de Cathy Cassidy
  • Et La Troisième humanité, de Bernard Werber

    Films

    Pas mal de films en allemands sous-titrés français ou anglais ou en anglais sous-titrés anglais ou allemand. Au final aucun titre retenu car tous en allemands… Et comme je parle pas un mot de cette langue….

Voilà pour le mois de juillet !

Kisses !

 

C’est lundi, que lisez-vous ? #12

Coucou tout le monde !

Je reviens enfin d’Allemagne ! Avec une grande dose de fatigue… Pardonnez tous les oublis… SUrtout que les deux prochaines semaines risquent d’en connaitre…

cestlundiquelisezvous

Créé par le blog anglophone One Person’s Journey Through a World of Books sous le nom de It’s Monday, What are you reading ?, Mallou a d’abord reprit ce rendez-vous avant que Gaellane ne prenne la relève.

Je pense que vous connaissez ce rendez-vous mais bon… Le but est de répondre, chaque Lundi, aux trois mêmes questions :

  • Qu’ai-je lu la semaine dernière ?
  • Que suis-je en train de lire ?
  • Que vais-je lire cette semaine ?

Et voici donc ces petites lectures !

lecturedelasemaine

Mes deux belles semaines allemandes ont été rythmées par la lecture d’Harry Potter and the Gobelet of Fire (Tome 4; VO) de J.K. Rowling.

lectureavenir

 

En lecture a venir, il y a la deuxième parti de Troisième humanité, de Bernard Werber, Coeur Vanille de Cathy Cassady et enfin, un livre en espagnol No soy un serial killer.

Voilà pour cette semaine, ce rendez-vous devrais retrouver sa forme initial d’ici quelques semaines…

Kisses !

C’est lundi, que lisez-vous ? #11

Hallo !

Premier lundi en Allemagne…

cestlundiquelisezvous

Créé par le blog anglophone One Person’s Journey Through a World of Books sous le nom de It’s Monday, What are you reading ?, Mallou a d’abord reprit ce rendez-vous avant que Gaellane ne prenne la relève.

Je pense que vous connaissez ce rendez-vous mais bon… Le but est de répondre, chaque Lundi, aux trois mêmes questions :

  • Qu’ai-je lu la semaine dernière ?
  • Que suis-je en train de lire ?
  • Que vais-je lire cette semaine ?

 

C’est quelques jours sont un peu spéciaux, je mets donc en lectures en cours les livres que j’ai emmené en Allemagne avec moi !

lectureencours

&

Kisses !

Absence…

Hallo ! Ich bin in Deutschland.
©LIreSansFrontiere / Photo personnelle de mon premier voyage en Allamagne / Place de la mairie, Groß-Umstadt

©LIreSansFrontiere / Photo personnelle de mon premier voyage en Allamagne : Groß-Umstadt, Place de la mairie.

Coucou tout le monde !

Non, je ne me suis pas mise à l’allemand. Trop dur. Je préfère toujours l’anglais et l’espagnol. Seulement, pour améliorer mon anglais, je fais un voyage linguistique de deux semaines en Allemagne, chez des allemands. Ne cherchez pas la logique, il n’y en pas.

Tout ça pour dire, que je serais absente du mercredi 9 juillet (aujourd’hui, quoi !) au vendredi 25 juillet. Pour les articles, ne vous inquiétez pas, un dénommé je-ne-sais-comment a créé les articles automatiques il y a je-ne-sais-combien-de-temps ! Ils seront donc tous publiés (critiques, top ten tuesday, le jeudi c’est jeu livresque, pauses…) sauf les C’est Lundi, que lisez-vous ? (car je suis incapable de prévoir ce que je vais lire à la page près).
Si j’ai l’occasion de me connecter, les commentaires seront validés. Sinon, ils attendront le 25 juillet. C’est à peu près la seule raison du pourquoi je vous préviens : pour les commentaires vu qu’il n’y aura aucun autre changement notable.

Voili voilou !

Kisses !

(Au passage, faudra-t-il que je vous fasse un résumé de ce voyage ? Dites-le dans les commentaires, si vous voulez quelques jolies photos !)

La voleuse de livre : Ne jamais sous-estimer la puissance des mots, par Zusak

« D’abord les couleurs. Ensuite les humains. c’est comme ça que je vois les choses, d’habitude. Ou que j’essai, du moins. » Markus Zusak, début de La voleuse de livres

Bannière

Enrobage : La voleuse de livres, de Markus Zusak
Fève : Australie / The Book Thief
Ecadossage : C’est la Mort elle-même qui raconte cette histoire. Dotée d’un humour noir, sarcastique, mais compatissant, elle est témoin de la folie des hommes. Parmi eux, une rencontre va éveiller sa curiosité, celle de Liesel Meminger.
Trois fois cette fillette a croisé la Mort et trois fois la Mort s’est arrêtée.
Est-ce son destin d’orpheline dans l’Allemagne nazie qui lui a valu cet intérêt inhabituel ? Ou bien sa force extraordinaire face aux événements ? A moins que ce ne soit son secret… Celui qui l’a aidé à survivre. Celui qui a même inspiré à la Mort un bien joli surnom :  » la voleuse de livres »…
Ganache : Roman historique / Réaliste, Dramatique
Tempérage : 558 pages / 3,3 cm / Pocket Jeunesse / 19€90
P’tit + : Le film est sorti depuis le 5 février 2013 en France !

Que s’était-il passé au cours des quatre ou cinq mois précédant pour susciter un tel sentiment ?

Pour faire court, la réponse part de la rue Himmel et y revient en passant par le Führer et l’endroit introuvable où était sa vraie mère.

Comme beaucoup de malheurs, cela commença par l’apparence du bonheur.

Un livre juste, simple et tellement puissant. On sait tout à l’avance, mais on ne devine rien. On hurle de bonheur, on laisse couler quelques larmes. Jamais, ce livre ne laisse pas indifférant.

On découvre une bataille contre l’empire allemand, contre le Fürher avec, comme chef de guerre, Liesel, une jeune allemande naïve qui s’est armée de mots. Et l’originalité de l’histoire est là : raconté par la Mort, on ne suit pas l’histoire d’un juif mais d’une jeune allemande qui apprend peu à peu que c’est la guerre.

Dès le début, la Mort nous raconte tout, il n’y a pas vraiment de suspens mais quand les événements arrivent vraiment, on pleure, on laisse couler une larme… tout doucement… En fait, c’est un livre sans suspens mais tellement surprenant. La Mort revient souvent sur ses mots, au point qu’on ne veut plus croire les éléments tristes, même quand ils sont irréfutables.
Et pourtant, parmi ces refus, ces larmes, on trouve la force d’esquisser un sourire, signe d’un petit fait drôle, d’un petit mot comique. La Mort a beau être la narratrice, tout n’est pas noir, et comme elle dit, le ciel est beau quand il est chocolat.

C’est un livre tout en couleur, un tableau triste, sombre, avec des touches roses, bleus ciels, verts, jaunes. Un tableau avec un soleil jaune dégoulinant, un long nuage comme un fil et deux personnages qui marchent dessus.

Couverture de mon édition de La voleuse de livres

Couverture de mon édition de La voleuse de livres

Couverture : 2.5/3 => J’adore cette couverture. C’est l’affiche du film, mais je trouve qu’elle représente parfaitement le livre. Elle représente le second vol de livre, le premier acte de « rébellion » avers cette Allemagne aux conditions si étranges.
Ecriture : 5/6 => L’idée que ce soit la Mort qui raconte et elle qui écrit… excellente. Les petits « pauses » pour traduire, expliquer, détailler… Vraiment, un très bon style.
Personnages : 5/6 => Des personnages vivants auxquels on s’attache sans mal, à notre grand dam. Ils nous arrachent des émotions.
Histoire : 4.5/5 => Une très belle histoire, écrit d’un point de vue inattendue : celui de l’allemande et non du juif.

Bilan : 17/20 => Chocolat noir Supplément orange !

¿ Et vous, vous en avez  pensé quoi ?