Archives du blog

Un cadavre dans la bibliothèque : Miss Marple enquête, de Christie

« Mrs. Bantry rêvait : » Agatha Christie, première phrase de Un cadavre dans la biblitohèque

Bannière

Enrobage : Un cadavre dans la bibliothèque, de Agatha Christie
Fève : Angleterre/ The body in the library
Ecadossage : Le colonel Bantry est contrarié : une jeune femme, vêtue d’une toilette tape-à-l’œil, a été retrouvée étranglée dans sa bibliothèque. Cruelle énigme pour la police. Heureusement, le manoir des Bantry est situé non loin du village de miss Marple. Cette sympathique vieille dame pleine de bon sens permettra-t-elle, une fois de plus, de dénouer toute l’affaire ?
Ganache : Roman / Policier
Tempérage :  185 pages /1,1 cm / Librairie des Champs-Elysées / 5€50

Le téléphone de Miss Marple sonna tandis qu’elle s’habillait. Ce qui, vu l’heure inhabituelle, la mit en émoi. Sa vie rangée de vieille demoiselle était tellement réglée que les appels téléphoniques inattendus étaient source de vives conjectures.
– Ça, par exemple, fit-elle en lorgnant d’un œil perplexe l’appareil qui insistait. Qui cela peut-il bien être?
De 9h à 9h30 du matin: tel était le créneau généralement admis au village pour les appels amicaux entre voisins. Les projets de la journée, les invitations, tout se discutait à ce moment-là. On savait qu’il était arrivé au boucher de téléphoner juste avant 9h lors d’exceptionnelles difficultés d’approvisionnement.Un coup de fil accidentel pouvait survenir pendant la journée, mais il était toujours mal vu d’appeler après 9h30 du soir. Il est vrai que le neveu de Miss Marple -écrivain, donc farfelu- s’était déjà manifesté aux heures les plus aberrantes, une fois même à 23h50!

2 étoiles

Book-Jar du mois de novembre, je vous l’avoue, je m’y suis encore mis plus ou moins à la dernière minute. Et du coup, pendant tout le roman je me suis questionnée : mais pourquoi diantre ne l’ai-je pas fait sortir de ma P.A.L. Plus tôt ? Ce livre est magnifique !

Bon, ce livre n’a pas non plus été un coup de cœur : si j’ai adoré le style, la plume d’Agatha Christie qui est fluide et ce lit toute seule, j’ai par contre confondu tous les personnages. A part Miss Marple, Josie et Mrs. Bantry (au passage, ma quatrième de couverture comporte une faute dans son nom : mais c’est génial !) que j’arrivais a peu près à reconnaître, les autres, j’étais perdu. Le pire, c’était les gens qui bossaient sur l’enquête : ils étaient beaucoup trop nombreux pour moi et j’étais tout le temps en train de me dire « mais attend, tu lui a déjà dit ça… ah non, c’était peut être l’autre en fait.. mais quel autre !? »

Pour ce qui est de l’histoire, ce serait mentir que de dire que je n’ai pas apprécié l’enquête : elle est prenante, pleine de retournements et j’ai soupçonné tour à tour tout le monde avant d’abandonner l’idée de trouver le meurtrier avant la fin… Fin qui s’est révélée est un énorme retournement de situation et que je ne pense pas avoir pu y penser ne serais-ce qu’une micro-seconde…

Ainsi, ce petit roman fait passer un plutôt bon moment : l’enquête est très bien ficelée, la plume de l’auteur est fluide, et il n’y a rien à redire sur la fin ! Franchement, ça me donne envie de lire plus de livres de cette auteure…

Couverture de mon édition d’Un cadavre dans la bibliothèque

Couverture : 1/3 => Mouais…
Ecriture : 5/6 => Une écriture très sympa : fluide et plaisante à lire !
Personnages : 4/6 => Si on retire le fait que je les ai tous confondus, ils sont plutôt bons…
Histoire : 4/5 => Une enquête plutôt sympa.

Bilan :  14/20=> Chocolat au lait !

¿ Et vous, vous en avez pensé quoi ?

Publicités

La régate du Saint-Philibert : Skerlock Bretonne, de Failler

« Mary Lester arrêta la Twingo devant une adorable petite maison basse tapie derrière un muret de pierres sèches couvert de plantes de rocailles. » Jean Failler, première phrase de La régate du Saint-Philibert

Bannière

Enrobage : La régate du Saint-Philibert (Une aventure de Mary Lester, Tome 17), de Jean Failler
Fève : France / La régate du Saint-Philibert
Ecadossage : Un week-end prolongé amène Mary Lester à la Trinité-sur-Mer. Elle est invitée par des amis navigateurs à participer aux régates d’hiver où s’affrontent les meilleurs skippers de l’hexagone.
Sa première sortie en mer, sous un temps difficile, est marquée par la disparition de Mose Stein, un riche navigateur, mal aimé des autres compétiteurs.
Puis un second cadavre est découvert, un décès qui paraîtrait accidentel si la victime n’avai reçu, la veille de sa mort, des menaces précises.
Mary Lester est chargée d’enquêter sur cette seconde mort lorsqu’un troisième drame se produit. Il ne semble pas y avoir de liens entre ces trois décès, et pourtant…
Alors qu’elle commence à entrevoir la vérité, elle est dessaisie de l’enquête. Lorsque la politique s’en mêle, les flics honnêtes ont bien du mal à faire leur devoir…
Ganache : Roman / Enquête
Tempérage :  267 pages /2 cm / Editions du Palémon / 9€

-Salut, l’Ana, tu vas voir ce qu’on va te mettre ce week-end ! J’ai un spi neuf qui tire comme un cheval !
Sa voix était forte comme celle d’un camelot qui veut que tout le monde l’entende.
Patrick le regarda en souriant et dit dans un silence :
-Pas grave, Beau Linge, tant que tu barres comme un âne…

Tout d’abord, ce livre nous offre une magnifique visite de la région natale de l’auteur : la Bretagne. On découvre une petite ville, la Trinité-sur-Mer : la précision des descriptions et l’excellente plume de l’auteur donne l’impression d’être sur place, de découvrir ce magnifique petit port en compagnie de Mary Lester.
J’ai envie de dire qu’un film serait inutile : le livre fourmille de détails donnant des images précises de la beauté de ce coin de Bretagne.

Si l’arriver de l’enquête est un peu longue, ce n’est pas du tout déplaisant car cela nous permet de découvrir le petit coin de pardis où ce déroule ce livre et les personnages : très sympathique, leurs descriptions sont précises, fournis permettant de s’imaginer au mieux ces gentilles (ou moins gentilles) personnes.
On découvre (ou redécouvre pour ceux qui auraient lu les tomes précédents, ce qui n’est pas mon cas) Mary Lester, une inspectrice perspicace et amical que je me plait à appeler la «Sherlock Holmes bretonne».

L’enquête est bien menée, avec un bon rythme, ce qu’il faut de suspens, d’aventure et de retournements de situations, le tout mêlé à des descriptions très précises mais pas trop.

C’est une lecture rapide malgré la précision des termes : le vocabulaire reste compréhensible car l’auteur a ce talent d’expliquer ce que c’est sans être redondant, en le faisant passer pour une description qui va plus loin.
Finalement, c’est une lecture rapide car on n’a pas envie de lâcher cette petite pépite !

C’est donc une lecture très plaisante, on passe un très bon moment, avec beaucoup d’allusions à d’autres œuvres très connus.

En bilan, je dirais que le vocabulaire est précis mais compréhensible ce qui donne un roman abouti et accessible, que l’enquête offre un suspens appréciable et que l’auteur nous propose une magnifique visite de sa région.
C’est donc un livre à lire pour tout ses aspects !

Couverture de mon édition de La régate du Saint-Philibert

Couverture : 1,5/3 => La couverture n’est pas des plus belle mais simple et représentative du livre.
Ecriture : 5/6 => Jean Failler a une façon d’être précis sans être ennuyeux : exceptionnel !
Personnages : 5/6 => Des personnages très sympas et facilement imaginables.
Histoire : 4/5 => Une enquête sympa et un voyage magnifique !

Bilan :  15,5/20=> Chocolat noir !

¿ Et vous, vous en avez pensé quoi ?