Archives du blog

Toxicité maximale : Virus mortel, de Puard

« Ils se côtoyaient depuis six mois maintenant, sans faire attention les uns aux autres. » Bertrand Puard, première phrase de Toxicité maximale

Bannière

Enrobage : Les Effacés, Tome 1 : Toxicité maximale, de Bertrand Puard
Fève : France / Toxicité maximale
Ecadossage : Ilsa, Mathilde, Émile et Zacharie. Leurs parents respectifs ont été assassinés parce qu’ils en savaient trop. Eux ont échappé à la mort et n’ont plus d’existence légale. Ils ont un ange gardien : Nicolas Mandragore, ancien directeur de l’Institut médico-légal de Paris. Un personnage bien mystérieux dont on ne sait rien.Ils sont quatre, et vont tous lutter contre une société où seule la loi du plus puissant compte. Leur mission : rétablir la vérité sur des affaires trop vite classées par les autorités. Pour que les coupables soient châtiés. Et pour que jamais plus personnes ne soit « traité » au nom d’intérêts très controversés.
Ils sont les EFFACÈS.
Ganache : Roman / Jeunesse, Aventure
Tempérage :  360 pages /2,8 cm / Hachette / 14€50

Ce fut donc Neil qui rompit le silence.
-Je ne sais pas si vous êtes au courant, mais ma situation craint. Je suis retenu prisonnier dans une villa paumée.
Zacharie, seul, sourit.
-J’ai bien tenté de m’évader sous l’orage tout à l’heure, mais je me suis évanoui d’un coup. C’était étrange. D’autant qu’à mon réveil, j’étais paisiblement allongé sur un canapé, les vêtements secs et, quelques minutes plus tard, mes geôliers m’invitent à partager leur petit-déjeuner… Alors, qu’est-ce que vous dites de ça ?

2 étoiles

Au moment où j’ai eu ce livre entre les mains, je m’attendais réellement à quelque chose semblable à CHERUB de Robert Muchamore. Ça n’a pas était le cas. Oui, les « héros » sont des orphelins engagés par une société secrète pour faire des missions, mais les ressemblances s’arrêtent là.
Si dans CHERUB ils obéissent au gouvernement britannique, ici ils ne dépendent de personnes d’autres que de Mandragore, le médecin qui les a « embauchés ». Je mets des guillemets car ils n’ont pas réellement eu le choix. On a aussi organisé leurs morts, et on parle donc régulièrement de leurs enterrements. Mais je n’en dirais pas plus pour éviter le spoil.

Mon avis sur ce roman, et premier tome au passage, est plutôt mitigé : si certains points m’ont beaucoup plu, d’autres m’ont gênés, voir parus complètement irréalistes, déplacés.
Avant de réellement parler du roman et de l’histoire en eux-même, je voudrais aborder la plume de l’auteur : je l’ai d’abord trouvé simpliste et assez étrange avant de m’y habituer et de bien l’apprécier. Oui, elle n’a rien d’extraordinaire mais se lis bien et nous permet d’entrer facilement dans l’histoire.
Pour ce qui est de l’histoire, certains points m’ont pas mal dérangés, points que je ne citerais pas pour ne pas spoiler, même si je dirais que ce sont surtout des sortes de « petits crimes » qui ne passent pas pour une organisation qui œuvre pour le bien. J’ai par contre bien aimé son déroulement avec ces multiples retournements de situations même si la plupart sont devinables d’avance.
Le rythme est quand à lui bon et plaisant et l’action presque omniprésente : il y a peu de repos mais ce n’est absolument pas déplaisant.

Les personnages sont par contre un point plutôt faible de cette série. J’ai trouvé Neil trop présent, on se centre un peu trop sur lui, au dépend des quatre autres Effacés… Ils sont aussi peu vivants : je ne me suis pas vraiment capable de décrire mentalement ni physiquement la plupart d’entre eux en sortant de ce roman.
Si Amandieu est plutôt bien présenter pour un méchant et qu’on arrive à le « cerner » pour ce qu’il est cernable, les autres personnages secondaires sont plutôt absent, voir inexistant.
Par contre, Mandragore m’a vraiment plu. On ne sais que le strict minimum sur lui, même un peu moins, et l’auteur a vraiment créé un personnage très mystérieux au point que l’on peut se demander qui il est vraiment… Si je devais lire le tome 2, ce serait seulement pour lui.

La fin est, quant à elle, excellente. Cela termine très bien le tome : déjà, elle est prenante et ensuite, sa fin (la fin de la fin, la dernière page au final) clôture génialement le tome : elle peut donner envie d’en lire plus, d’ouvrir le tome 2 comme elle peut être une fin en soi. Un très bon point, il faut le dire !

En bilan, je dirais que malgré un tome qui a ses défauts, ce livre a su presque me charmer, mais pas me convaincre de lire la suite…

Couverture de mon édition de Les Effacés, Tome 1 : Toxicité maximale

Couverture : 2,5/3 => La couverture est magnifique : un peu doré, bronzé, elle brille ! C’est trop beau !
Ecriture : 4/6 => L’écriture est simple mais plutôt sympa.
Personnages : 3/6 => J’ai eu pas mal de mal avec les personnages principaux mais j’ai adoré Amandieu et Mandragore.
Histoire : 4/5 => L’histoire est plutôt sympa malgré des points faibles mais avec de bonnes idées.

Bilan :  13,5/20=> Chocolat au lait !

¿ Et vous, vous en avez pensé quoi ?

Publicités

CHERUB A la dérive (Tome 7) : Plus de mission, par Muchamore

/!\ Attention, cette chronique peut comporter des spoilers sur les tomes précédents ! Vous êtes prévenus ! /!\
Les spoilers des tomes précédents ne sont pas indiqués.

« La Ford Focus s’immobilisa sur le parking désert, face à la mer déchaînée. » Robert Muchamore, première phrase de A la dérive

Bannière

Enrobage : A la dérive (CHERUB Tome 7), de Robert Muchamore
Fève : Angleterre / The fall
Ecadossage : Lors de la chute de l’empire soviétique, Denis Obidin a fait main basse sur l’industrie aéronautique russe. Aujourd’hui confronté à des difficultés financières, il s’apprête à vendre son arsenal à des groupes terroristes. La veille de son quinzième anniversaire, l’agent James Adams est envoyé en Russie pour infiltrer le clan Obidin. Il ignore encore que cette mission va le conduire au bord de l’abîme…
Ganache : Roman / Jeunesse, Aventure
Tempérage :  358 pages /1,5 cm / Casterman / 6€

– Qu’est-ce qui te fait marrer ?
– Je viens de tomber sur ton carnet de santé. Cette note date d’il y a sept ans:  » Enfant vif et intelligent. Eprouve des difficultés à contrôler son tempérament. Problème d’énurésie nocturne persistant provoquant les moqueries de sa petite soeur, qui l’appelle Mr Pampers. Sans déconner, tu as pissé au lit jusqu’à l’âge de huit ans ?
– Bordel, je suis sur le point d’être viré de CHERUB et toi, tu tu te fous de ma gueule.

J’ai adoré ce tome !

Pas de mission pour James cette fois-ci. Enfin, si mais il est rapatrié d’urgence et du coup il passe la quasi-totalité du roman au campus. Et j’ai adoré, parce qu’on découvre un autre James /!\ Spoiler /!\ Même si je me serais bien passé de sa tromperie envers Kerry, qui n’a pas l’air d’avoir apprécié… /!\
Eh puis Lauren est envoyé dans une mission, pas trop importante et sans le piston de son frère cette fois, je la supporte peut être un tout petit peu plus… Ça rattrape un peu son odieux chantage du tome précédant…

J’ai pas vraiment envie de m’éterniser sur cette chronique, je risque juste de vous spoiler, parce que, finalement, on retrouve plus ou moins les même choses dans tous les CHERUB.
L’écriture est encore bonne, fluide… C’est simple et rapide à lire. Efficace.

Dana est beaucoup plus présente dans ce tome, et on découvre en elle bien plus que les « on dit que » des autres tomes. On découvre aussi une autre Kerry, violente d’une autre façon, sans le karaté. Je me rends compte maintenant que, par contre, Kyle est absent ou presque. Comme souvent.

Plusieurs passages donnent aussi au campus une « normalité » qu’on s’empresse de retirer et puis, on découvre un nouveau directeur, et donc un nouveau souffle pour CHERUB.

Couverture de mon édition de A la dérive

Couverture : 1,75/3 => J’ai moins aimé cette couverture…
Ecriture : 4,5/6 => Toujours aussi bien écrit.
Personnages : 4/6 => Il faut avouer qu’Anna est émouvante et Lauren moins ch***** qu’à l’habituel… (Et puis on ne se rend pas compte de son T-shirt noir, et ça, c’est bien !)
Histoire : 4,25/5 => Encore une bonne histoire ! J’adore l’idée de « rester au campus ».

Bilan :  14,5/20=> Chocolat au lait !

¿ Et vous, vous en avez pensé quoi ?

CHERUB Les Survivants (Tome 5) : Mourir pour survivre, par Muchamore

« Il était sept heure trente. » Robert Muchamore, première phrase de Les Survivants

Carré CHERUB tome 5

Bannière

Enrobage : Les Survivants (CHERUB Tome 5), de Robert Muchamore
Fève : Angleterre / Divine Madness
Ecadossage : Le milliardaire Joel Regan règne sur la secte des Survivants. Et derrière les prophéties fantaisistes du gourou se cache une menace bien réelle…
L’agent James Adams, 14 ans, reçoit l’ordre d’infiltrer le quartier général du culte.
Saura-t-il résister aux méthodes de manipulation mentale des adeptes ?
Ganache : Roman / Jeunesse, Aventure
Tempérage :  383 pages /1,6 cm / Casterman / 6€

Carré CHERUB tome 5

– Y a-t-il un officier de l’ASIS près de vous ?
Le chef du commando, soulagé de se débarrasser de Chloé, tendit l’émetteur à son voisin, un responsable des services secrets australiens.
– Vous êtes qui exactement ? demanda l’homme.
– Chloé Blake, du MI5. Mes deux agents infiltrés à l’intérieur de l’Arche m’ont informé qu’Eleanor Regan avait distribué des armes à tous les adeptes en âge de se battre. Si vous vous posez à l’intérieur de l’enceinte, vous allez devoir faire face à une riposte significativement – je dis bien significativement – plus importante que vous ne l’imaginez.
– Mademoiselle Blake, on ne m’a même pas tenu informé de cette mission d’infiltration et il nous est impossible d’annuler l’assaut à ce stade de son déroulement. Si vous êtes toujours en contact avec vos agents, suggérez-leur de se mettre à l’abri. Si vous estimez que notre comportement est inapproprié, je vous invite à rédiger une plainte officielle dès que l’opération sera achevée.
– Faudrait encore que vous soyez en vie pour la lire, espèce de connard !

Carré CHERUB tome 5

Toujours aussi bon, aussi exaltant et fascinant ! Ce tome, cinquième de la série rattrape ardemment le précédant qui m’avais légèrement déçu.
On se demande jusqu’où vont aller les Survivants, quelle seras la prochaine débilité, comment vont-ils se sortir de là…

Le gros plus de ce tome est qu’on commence par retrouver Kyle et Kerry, dans une mission certes, mais on les retrouve et ça m’a fait très plaisir de les revoir plus d’une page.
De plus, le début est extrêmement drôle avec James qui s’est pris une cuite mémorable ! Ces paroles et actions débiles sont à mourir de rire. La suite reprend en sérieux : on ne rigole pas avec les missions, surtout quand elles se déroulent dans une secte qui pratique les châtiments corporels…

Cette mission est extrêmement prenante même si je ne me suis absolument pas attachée à la plupart des personnages. James est toujours là et le seul personnage que j’ai bien aimé (à part lui) est Rat; Son côté gentil délinquant pervers est assez sympathique.
Mais le vrai problème, c’est Lauren ! Encore une fois, c’est grâce à son frère qu’elle est là mais c’est elle qui obtient tous les mérites. Déjà que je la détestais, mais là… /!\ Spoiler /!\ Et c’est pas son T-shirt noir qui va faire que je vais l’aimer plus, surtout que maintenant elle va se croire trop importante… /!\ Spoiler /!\.
La fin m’a donc légèrement déçue, pas qu’elle soit mauvaise, elle est excellente mais juste qu’elle favorise Lauren. Et j’aime pas cette fille, c’est pas ma faute, je peux pas la blairer. On verra si les tomes suivants seront mieux sur ce point là.
Malgré tout, c’est un excellent tome dont je vais garder un superbe souvenir !

Couverture de mon édition de Les Survivants

Couverture de mon édition de Les Survivants

Couverture : 2,5/3 => Toujours aussi belle, celle-là m’a fait penser à Poudlard…
Ecriture : 5/6 => Encore très bien écrit de manière à le rendre totalement addictif !
Personnages : 4/6 => Lauren ne soûle, c’est plus possible ! Mais les autres sont bien et Rat est attachant…
Histoire : 4/5 => L’histoire est bonne et très entraînante !

Bilan :  15,5/20=> Chocolat noir !

¿ Et vous, vous en avez pensé quoi ?

CHERUB Chute libre (Tome 4) : Ces agents n’existent toujours pas, signé Muchamore

« Depuis trois ans, George Stein exerce les fonctions de professeur d’économie au collége privé de Trinity Day, à Cambridge. » Robert Muchamore, première phrase de Chute libre

Carré CHERUB tome 4

Bannière

Enrobage : Chute libre (CHERUB Tome 4), de Robert Muchamore
Fève : Angleterre / The Killing
Ecadossage : En difficulté avec la direction de CHERUB, l’agent James Adams, 13 ans, est envoyé dans un quartier défavorisé de Londres pour enquêter sur les activités obscures d’un petit truand local.
Mais cette mission sans envergure va bientôt mettre au jour un complot criminel d’une ampleur inattendue…
Ganache : Roman / Aventure, Jeunesse
Tempérage :  332 pages /1,6 cm / Casterman / 6€50

Carré CHERUB tome 4

– Vous savez quoi ? J’ai tellement soif que je pourrais boire n’importe quoi.
Sur ces mots, il ôta son T -shirt trempé, le tint au-dessus de sa tête, ouvrit la bouche et l’essora. Un filet de sueur dégoulina sur son visage et sur sa langue. Bethany se figea, épouvantée.
– James, arrête ça immédiatement, gronda Lauren. C’est le truc le plus immonde que j’aie jamais vu.
– T’en veux une petite goutte ? gloussa le garçon en lançant le T -shirt à sa sœur.

Carré CHERUB tome 4

Un tome un poil en-dessous des précédents : j’ai un peu moins apprécier cette mission… Non pas parce qu’il est moins bien écrit que les autres ou je ne sais quoi, mais c’est la mission qui m’a moins branché… J’ai aussi trouvé que l’on ne passé toujours pas assez de temps au campus…

On retrouve tout de même James mais pas ses amis (ou très brièvement, ce qui est un peu dommage à mon avis…) mais Lauren est très peu présente, ce qui est, pour moi, une superbe point ! Je la supporte toujours pas, je sais pas, elle profite trop de son frère… Non, pas vraiment…
Surtout, on retrouve Dave, que j’aime bien, plus actif que dans le précédant, on en apprend encore plus sur lui (comme que c’est le pire petit ami qu’il existe sur cette Terre !!!). Il est encore le grand frère de James !

En ce qui concerne la mission, elle est, pour moi, trop basique, trop prévisible, et c’est bien dommage. Certains éléments chamboulent tout de même tout mais ça manque un peu de suspense, James et Dave trouvent toutes les réponses un peu trop rapidement et la fin est un peu bâclées… Dommage…
C’est tout de même un très bon tome, un poil en dessous des anciens, mais déjà, la quatrième de couverture mis préparer, je n’ai donc pas été trop déçue. Il manque juste ce petit truc que les trois autres tomes avaient; mais ça ne va pas m’arrêter, j’ai bien l’intention de lire les suivants ! Et ce, malgré ce tome, car la série est tout de même à lire : un excellent rythme, de l’action en quantité, des personnages attachants… Tout ce qu’il faut !

Couverture de mon édition de Chute libre

Couverture : 2,5/3 => Les couvertures de l’édition poche sont juste magnifique !
Ecriture : 5/6 => Toujours une aussi bonne qualité d’écriture : un excellent rythme, un très bon style, une bonne rapidité… Super bien !
Personnages : 4,5/6 => Nos petits personnages adorés sont toujours là ! Même si la plupart ne sont pas très présents…
Histoire : 2,5/5 => Cette mission m’a un peu déplu… Moins excitante que les précédentes…

Bilan :  14,5/20=> Chocolat au lait !

¿ Et vous, vous en avez pensé quoi ?

CHERUB Arizona Max (Tome 3) : Pour raison d’état, ces agents n’existent pas, par Muchamore

« Le grand jour est arrivé : vous allez participer au programme d’entraînement initial de CHERUB. » Robert Muchamore, première phrase de Arizona Max

Bannière

Enrobage : Arizona Max ( CHERUB Tome 3), de Robert Muchamore
Fève : Angleterre / Maximum Security
Ecadossage : Plongé dans l’univers impitoyable d’un pénitencier de haute sécurité, James s’apprête à vivre les instants les plus périlleux de sa carrière d’agent CHERUB. Il a pour mission de se lier d’amitié avec l’un de ses codétenues et de l’aider à s’évader d’Arizona Max…
CHERUB est un département ultrasecret des services de renseignement britanniques composé d’agents âgés de 10 à 17 ans.
Ganache : Roman / Aventure, Jeunesse
Tempérage : 315 pages /1,5 cm / Casterman / 6€50

– Il a raison, dit-il d’une voix haut perchée avant de poser une main sur les fesses de James. Moi, je le trouve supersexy.
James poussa un cri perçant et fit un bond de cinquante centimètres.
– Joue pas à ça avec moi, Kyle, gronda-t-il.
Il repoussa violemment son ami, un rictus haineux sur le visage. Bruce et les autres garçons se tordaient de rire. James, désireux de sauver la face, saisit Kyle par la nuque et lui planta un baiser mouillé sur la joue.
– Espèce de sale petit…
– Ben quoi, qu’est-ce qui te prend? Embrasse-moi, mon amour.

Encore un tome plein d’action et rapide à lire. Avec une vitesse d’action prenante et sans temps mort, ce tome nous transporte, encore une fois. Robert Muchamore a, encore, signé un excellent tome.

On retrouve James et Lauren pour une nouvelle mission, toujours plus palpitante. Même si Kyle, Kerry, Bruce et tous les autres ne sont pas du tout présent, tous punis, on a pas le temps de penser à eux. J’aurais tout de même préféré qu’ils soient un peu plus présent…

Pour ce tome, Lauren passe son programme d’entraînement initial de CHERUB et accompagne, grâce à lui, son frère dans un terrain dangereux : la pire prison pour jeune de tous les Etats-Unis !
Ce point ne m’a pas trop plus, n’étant pas fane de Lauren, c’est un des personnages que j’aime le moins, j’aurais préféré que quelqu’un d’autre accompagne James, mais c’est surtout l’issu de la mission, trop prévisible, que j’aurais voulu changé…

On obtient tout de même un superbe tome, plein d’action et de jolis rebondissements avec toutes ces questions et ces stress ! Ce qu’il faut de suspense (malgré la fin) et d’action sans repos car sans temps morts !
Un tome à lire, à dévorer et (peut être) à relire !

Couverture de mon édition de Arizona Max

Couverture : 2/3 => J’adore les couvertures des poches de cette série… Par contre les grands formats sont moins beau, à mon goût…
Ecriture : 5/6 => Toujours une aussi bonne qualité d’écriture : fluide, rapide, on ne s’ennuie pas !
Personnages : 5/6 => James est toujours là, je ne supporte toujours pas Lauren et j’adore Curtis, un gentil fils de méchant, un peu schizophréne…
Histoire : 4/5 =>Une mission très sympathique, sans tant mort et avec encore plus d’action que les précédentes !

Bilan : 16/20=> Chocolat noir !

¿ Et vous, vous en avez pensé quoi ?