Archives du blog

C’est Vendredi, donnez votre avis ! #3 Semaine C

Hi !

Tout à l’heure débute le week-end à mille ! Trop hâte je vais pouvoir lire Harry Potter !!! En attendant, cette semaine je devais lire Le Horla de Guy de Maupassant sous forme d’album. Alors, place à mon avis !

c'est vendredi

Chaque vendredi, plusieurs livres vous sont proposés. Vous pouvez alors voter pour celui que vous voulez que je lise et dont je fasse une critique. D’après une idée originale de Iris.


  • Semaine A : Je vous propose deux à cinq lectures (livres, bd, manga, album) et, parfois, là dedans, viendras ce greffer un film. Parce que la vie est faite de film aussi.
  • Semaine B : Bilan des votes, remerciements (parce que je remercierais tous ceux qui auront voter !) et petit blabla sur la lecture à faire, parce que j’aime bien blablater.
  • Semaine C : Bilan de lecture et critique. En gros, la semaine C vous aurez deux articles pour le prix d’un : une critique, tous ce qu’il y a de plus vrai, de ma lecture (ou du film) et un « résumé de critique » avec un peu de blabla qui serviras de « vrai » C’est vendredi, donnez votre avis !, si on peut parler de vrai et de faux dans ce cas là…

Cette semaine, pas de « vraie » critique, seulement un avis : je n’ai pas vraiment grand chose à dire à propos de cet album…

Titre : Le Horla
Auteur : Guy de Maupassant
Genre :
Adaptation d’une nouvelle sous forme d’album
Illustrateur :
Anna et Elena Balbusso
Quatrième de couverture :
Un jeune homme solitaire tombe sous l’emprise d’une force inconnue. Une présence menaçante sans forme ni consistance.
Songe ou réalité ? Phénomène surnaturel ? Hallucination ?… Jour après jour, une vie paisible comme la Seine qui coule en bas du jardin, se change en cauchemar…
Un des plus beaux récits de Maupassant présenté ici dans sa version originale.
Nombre de pages :
59 pages / pas de chapitres
Éditeur :
Milan Jeunesse
Prix :
16€50

Couverture de Le Horla.

Un album juste magnifique : les dessins sont très beaux et révèle avec douceur et simplicité l’ambiance angoissante régnant dans la nouvelle de Maupassant. Nouvelle que je ne connaissais pas, justement, et qui est un véritable plaisir à découvrir (il me reste encore une petite dizaine de pages à lire…) même si je ne suis pas rentrée dedans dès le début.
Je conseille à tous ceux qui éloignent autant que possible le classique de leur bibliothèque : avec les illustrations (je vous ai dit qu’elles sont magnifiques ?), la nouvelle est très digeste. De plus, ça fait de la culture ! Le Horla est tout de même un classique !

Bilan ? J’aime vraiment bien; vous avez fait un très bon choix ! Un, ma lecture me fait découvrir cette nouvelle (et un bon point pour ma culture, un !) ce qui ne peut absolument pas être mauvais. Deux, la nouvelle est assez sympa même si j’avoue que sans les illustrations j’en aurais peut être pas lu autant d’un coup. Trois, les illustrations sont magnifiques ! On retrouve deux styles différents, quoique assez semblables, sûrement dû aux deux illustratrices, mais deux styles très sympas.
A découvrir !

Note : 4/5 : Un bon album.

Voilà ! En tout cas, merci pour vos votes, votre choix s’est révélé plutôt bon !

Kisses !

Publicités

Les étoiles de Noss Head, Tome 1 : Amour de loup-garous, de Jomain

« Sissi, on est coincés dans les bouchons, sur l’A1. » Sophie Jomain, première phrase de Vertige

Bannière

Enrobage : Les étoiles de Noss Head, Tome 1 : Vertige, de Sophie Jomain
Fève : France / Vertige
Ecadossage : Hannah, bientôt dix-huit ans, était loin d’imaginer que sa vie prendrait un tel tournant. Ses vacances tant redoutées à Wick vont finalement se transformer en véritable conte de fée… puis en cauchemar. Sa petite vie tranquille, ses idées bien arrêtées, ses projets… tout va changer, brutalement. Elle devra affronter l’inimaginable, faire face à ce qu’elle n’aurait jamais pensé croire un jour, car les légendes n’en sont pas toujours… Leith ne s’attendait pas non plus à Hannah. Il tombe de haut, l’Esprit a choisi: c’est elle, son âme sœur. Pourra-t-il lui cacher sa vraie nature encore longtemps ? Osera-t-il lui avouer qu’il n est pas tout à fait humain ? Il n’a pas le choix, leur rencontre l’a mise en danger. Lui seul peut lui venir en aide.
Ganache : Roman / Romance, Fantasy
Tempérage :  489 pages /3 cm / France Loisirs / 19€00

Au lycée, j’avais vu des couples se faire et se défaire, des amours éphémères qui mettaient les filles dans tous leurs états. Des pleurs, des portes qui claquent, des « Je ne pourrai jamais m’en remettre ! ». Ces situations me paraissaient tellement tortueuses. Au début, on se jure de s’aimer toujours, ça se termine, on pleure un bon coup et la semaine suivante, on oublie « l’amour de sa vie » en craquant pour les yeux d’un ou d’une autre. Pff… pathétique. Heureusement, je n’étais encore jamais tombée dans ce piège.

2 étoiles

A peine acheté, déjà en cours de lecture.
Ce livre me faisait plutôt envie, pas tant par l’histoire dont je n’avais aucune idée que par les critiques positives que j’avais lu. La seule chose qui faisait que ce livre n’avait pas encore été acheté était sa comparaison avec Twilight (série à laquelle je n’ai pas accroché du tout)… J’ai pourtant fini par l’acheter et le débuter dans les heures qui suivirent.

Pour parler plus du roman, en lisant la quatrième de couverture, je m’attendais à quelque chose avec plus d’action, une intrigue… Enfin, je ne pensais pas que le roman ferait passer au premier plan la romance entre Hannah et Leith. C’est vraiment une romance. Et il est vrai que je ne suis pas fane de se genre. Mais j’ai tout de même apprécié cette lecture.
Ce n’est pas un excellent tome. Il ne m’a pas donné envie de lire la suite. Mais il rempli son boulot de premier tome, de tome de mise en place : on a une mise en place du lieu, de la romance et une présentation des personnages. On n’a pas réellement d’intrigue ou de gros problème. C’est vraiment la romance qui est mise en avant, mais pas une romance trop simple où tout est parfait.
Cette romance a tout de même de gros problèmes. Si l’on exclu le fait que Leith, le mec est encore une fois « parfait », le plus gros problème est la façon dont ils tombent amoureux : Hannah nous avoue au début du roman n’être jamais tombée amoureuse et surtout n’avoir jamais trouvé un garçon mignon : alors je veux bien que se soit le coup de foudre, mais pas au premier regard… S’il vous plait, pas ça !
La jalousie maladive (ou presque) d’Hannah puis de Leith est aussi difficilement supportable.

Pour parler des personnages, j’ai trouvé Hannah réfléchi et intelligente au début puis extrêmement naïve. De plus, elle connait une évolution difficilement croyable. Ce qui m’a le plus choqué c’est qu’elle n’est pas le moins malheureuse de ne plus jamais revoir ces amies…
Quand à Leith, il est trop décrit comme « parfait » même si on lui colle quelques défauts. Il m’a aussi parut extrêmement arrogant et il y avait des moments où c’étais exaspérant….

Vu m’a critique, on peut penser que ce bouquin est un flop, mais pas du tout ! J’ai trouvé beaucoup de point négatif mais j’ai quand même bien apprécié ma lecture. Il y a des personnages secondaires pas assez développés mais bons, de très bonnes et plaisantes idées et un rythme prenant malgré des scènes qui m’ont exaspéré car trop « romantiques » pour être possible de mon point de vue. Mais réellement, je pense que si l’on cherche une romance, celle-ci est plutôt bonne (dans la limite d’un young-adult). Oui, elle n’est pas plus recherchée que ça et est un peu tirée par les cheveux par moment mais d’autres passages sont excellents !
De plus, même si l’histoire se base surtout sur la romance, il se passe tout de même des petites actions de-ci, de-là qui permette de ne pas s’ennuyer.

Il y a aussi une plume correcte même si j’ai eu beaucoup de mal à mis faire car l’auteure utilise énormément l’imparfait contrairement à moi qui préfère le passé simple quand les deux sont grammaticalement correctes. Mais ceci est complètement personnel et je pense que sa plume est très simple à lire offrant un roman sans prise de tête.

C’est donc plutôt un bilan positif que j’aimerais en ressortir malgré plusieurs bémols. Je pense donc qu’il est à lire si l’on cherche une romance même s’il n’est pas révolutionnaire dans son genre. C’est du déjà vu mais cela marche très bien et l’auteur à tout de même su apporter quelque chose en plus.

Couverture de mon édition de Les étoiles de Noss Head, Tome 1 : Vertige.

Couverture : 2,5/3 => La couverture est juste sublime, elle m’a bien aidé à craquer…
Ecriture : 3/6 => Même si la plume est plutôt bonne, j’ai eu un petit problème avec l’imparfait…
Personnages : 4/6 => Des personnages principaux passables mais de bonnes (voir très bonnes) idées de personnages secondaires ! Dommage qu’ils ne soient pas plus travaillés…
Histoire : 3/5 => C’est réellement une romance qui tire sur le triangle amoureux sans jamais l’atteindre.

Bilan :  12,5/20=> Chocolat au lait !

¿ Et vous, vous en avez pensé quoi ?

Complètement cramé : Tout peut changer, de Legardinier

« Il faisait nuit, un peu froid. » Gilles Legardinier, première phrase de Complètement cramé !

Bannière

Enrobage : Complètement cramé !, de Gilles Legardinier
Fève : France / Complètement cramé !
Ecadossage : Lassé d’un monde dans lequel il ne trouve plus sa place, privé de ceux qu’il aime et qui disparaissent un à un, Andrew Blake décide de quitter la direction de sa petite entreprise pour se faire engager comme majordome en France, le pays où il avait rencontré sa femme.
En débarquant au domaine de Beauvillier, où personne ne sait qui il est réellement, il espère marcher sur les traces de son passé. Pourtant, rencontres et situations hors de contrôle vont en décider autrement… Entre Nathalie, sa patronne veuve aux étranges emplois du temps, Odile, la cuisinière et ses problèmes explosifs, Manon, jeune femme de ménage perdue et Philippe, le régisseur bien frappé qui vit au fond du parc, Andrew ne va plus avoir le choix. Lui qui cherchait un moyen d’en finir va être obligé de tout recommencer…
Ganache : Roman / Comique
Tempérage :  419 pages /1,9 cm / Pocket / 7€70

3 étoiles

-Moi, si un jour tu te retrouves dans le coma, je ne te laisserai pas tomber, infâme crapule. Je serai là dès le lendemain. Je te mettrai une perruque, je te maquillerai et je te ferai poser des implants mammaires. Quand tu te réveilleras, comme moi tu ne te souviendras de rien et là, je te raconterai que tu es Angelina Jolie. Je pourrai même te montrer tes films.

-En France, vous faites moins cuire la viande qu’en Angleterre. Chez vous, tout est servi rouge, saignant à l’intérieur.
– Et chez vous, c’est de la semelle. C’est vous qui avez un problème avec la viande. Vous la faites toujours trop cuire. C’est un défaut historique. Regardez ce que vous avez fait à notre Jeanne d’Arc. Vous l’avez tellement cuite que vous l’avez brûlée!

Un petit peu déçue.
Cela reste une excellente lecture, mais je suis un petit peu déçue.
Pas par le livre en lui même, seulement, je m’attendais à rire plus…

Je ne vais pas m’étaler sur les personnages, qui sont doucement attachant, surtout Andrew Blacke et Manon, ainsi que Odile, Magnier, Yanis et Nathalie. Oui, quasiment tous, en fait… parce que je n’en ai pas envie.
La plume de l’auteur est, comme dans le précédant livre, sympa et simple à lire mais teintée de jeu de mots mélangeant anglais et français cette fois-ci ! Un vrai moment de plaisir !

Pour l’humour, il est toujours présent mais plus subtil et moins pliant.
On sourit joyeusement aux jeux de mots et aux quiproquos mais les situations sont moins cocasses… Malgré certaines qui sont vraiment très drôles !

Finalement, c’est un bon bouquin, un très bon livre mais un peu en dessous, niveau humour, de ce à quoi on pourrait s’attendre en finissant le premier. Mais il est tout de même à lire !

Couverture de mon édition de Complètement cramé !

Couverture : 2,5/3 => Un chat !!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Ecriture : 4,5/6 => Cette plume simple et appréciable teinté d’une légère touche d’humour…
Personnages : 5/6 => Des personnages attachants et un chat adorable ! (Oui, je suis de plus en plus accro aux chats…)
Histoire : 4/5 => Une histoire plus « profonde » mais moins drôle que dans son précédant livre.

Bilan : 16/20=> Chocolat noir !

¿ Et vous, vous en avez pensé quoi ?

Pause Movie du 28/05/2014

Hi !

Et me revoilà pour vous parler d’un film que j’ai vu il y a quelques temps, c’est à dire le 28 avril : Mais qu’est qu’on a fait au bon dieu ?

Cette comédie est superbe ! Très très drôle, on passe vraiment un excellent moment et je vous la conseille d’urgence ! C’est à mourir de rire car chacun y va de sa petite réflexion…

A voir d’urgence !

Edit : Cet article a été écrit le 28 avril, lorsque je suis allé voir ce film. Le hasard à a voulu que je retourne le voir ce 28 mai, une amie m’a emmené pour me changer les idées. Il est toujours drôle…

Le Petit Prince : Dessine-moi un mouton, de Saint-Exupéry

« Lorsque j’avais six ans j’ai vu, une fois, une magnifique image, dans un livre sur la forêt vierge qui s’appelait Histoires vécues. » Antoine de Saint-Exupéry, première phrase de Le Petit Prince

Bannière

Enrobage : Le Petit Prince, de Antoine de Saint-Exupéry
Fève : France / Le Petit Prince
Ecadossage : Rencontre avec la poésie de l’enfance…
Ganache : Conte / Poésie, Philosophie
Tempérage :  97 pages /0,6 cm / folio / 6€80

Et si je connais, moi, une fleur unique au monde, qui n’existe nulle part sauf dans ma planète, et qu’un petit mouton peut l’anéantir d’un seul coup, comme ça, un matin, sans se rendre compte de ce qu’il fait, ce n’est pas important ça !

Les grandes personnes aiment les chiffres. Quand vous leur parlez d’un nouvel ami, elles ne vous questionnent jamais sur l’essentiel. Elles ne vous disent jamais : « Quel est le son de sa voix ? Quels sont les jeux qu’il préfère ? Est-ce qu’il collectionne les papillons ? » Elles vous demandent : « Quel âge a-t-il ? Combien a-t-il de frères ? Combien pèse-t-il ? Combien gagne son père ? » Alors seulement elles croient le connaître. 

Quand la poésie rencontre le désert.

Je ne vous apprends rien en vous disant que ce livre est magnifique. Quand on le lit, on se rend compte qu’on est devenu une grande personne. Ces gens incompréhensible, qui ne comprennent rien à la poésie du monde.

Je ne sais même pas pourquoi je fais une critique de ce livre, parce qu’il est incriticable. Il a une âme d’enfant si mignonne, une puissance, une poésie… Ce livre c’est un peu un rêve. Et on ne critique pas les rêves… Alors je vais vous laissez le lire, sans rien en dire.

petit prince

Couverture de mon édition de Le Petit Prince

Couverture : 2/3 => Comme tout le livre : simple, beau et poétique.

Ecriture : 5/6 => C’est super bien écrit; une poésie de prose !
Personnages : 5/6 => Le petit prince est très attachant et le narrateur bien sympathique…
Histoire : 4/5 => Une jolie histoire simple, mais qui fait réfléchir, et qui me rappelle mon beau voyage au désert !

Bilan :  16/20=> Chocolat noir Supplément orange ! (Comme le gâteau que j’ai fait hier…)

¿ Et vous, vous en avez pensé quoi ?

Et si c’était vrai… : Coma profond, de Levy

« Le petit réveil posé sur la table de nuit en bois clair venait de sonner. » Marc Levy, première phrase de Et si c’était vrai…

Bannière

Enrobage : Et si c’était vrai…, de Marc Levy
Fève : France / Et si c’était vrai…
Ecadossage : Que penser d’une femme qui choisit le placard de votre salle de bain pour y passer ses journées ? Qui s’étonne que vous puissiez la voir ? Qui disparaît et reparaît à sa guise et qui prétend être plongée dans un profond coma à l’autre bout de la ville ? Faut-il lui faire consulter un psychiatre ? En consulter un soi-même ? Ou, tout au contraire, se laisser emporter par cette extravagante aventure ? 
Et si c’était vrai ?…
Ganache : Roman / Comédie, Fantastique
Tempérage :  253 pages /1 cm / Pocket / 6€80

Rien n’est impossible, seules les limites de nos esprits définissent certaines choses comme inconcevables. Il faut souvent résoudre plusieurs équations pour admettre un nouveau raisonnement. C’est une question de temps et des limites de nos cerveaux. Greffer un coeur, faire voler un avion de trois cent cinquante tonnes, marcher sur la Lune a dû demander beaucoup de travail, mais surtout de l’imagination. Alors quand nos savants si savants déclarent impossible de greffer un cerveau, de voyager à la vitesse de la lumière, de cloner un être humain, je me dis que finalement ils n’ont rien appris de leurs propres limites, celles d’envisager que tout est possible et que c’est une question de temps, le temps de comprendre comment c’est possible.

On m’avait beaucoup parlé de Marc Levy. J’ai décidé de me lancer, de lire son premier roman quand j’ai pu l’obtenir pour une modique somme. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que je n’ai pas été déçue : il est drôle, beau et émouvant !

Ce roman est très rapide à lire et au moins tout aussi sympas ! Dès le début, on rit des quiproquos, des incompréhensions…
D’une écriture fluide et simple à lire, Marc Levy nous dresse une magnifique intrigue aux Etats-Unis dans laquelle on s’attache (trop ?) rapidement aux deux personnages principaux : Lauren et Arthur.
Lauren est une jeune interne en médecine. Victime d’un accident de voiture, elle tombe dans un coma profond qui l’amène à se retrouver sous une forme plus ou moins fantomatique dans le placard d’un jeune homme.
Ce jeune homme, c’est Arthur. Architecte (et complètement sain d’esprit), il loue l’appartement de Lauren et est la seul personne à pouvoir la voir et l’entendre.
Ces deux personnages sont terriblement attachants. Déjà parce que l’on a l’impression d’être les seuls à pouvoir les comprendre, les autres personnages ne voulant (et pouvant) pas croire à cette aventure très cocasse.

L’histoire est drôle et pleine de rebondissements. Elle ne se termine pas vraiment comme on pourrais si attendre, et c’est un peu triste : c’est une excellente fin, mais on risque d’être triste pour un personnage… (Je n’en dirais pas plus, j’ai déjà assez commencer à spoiler…)

Si je devais trouver un petit bémol, je pointerais le passage du trajet en voiture : long et difficile à lire, je l’ai sauté… Je l’ai trouvé ennuyeux et lent, peu instructif. Mais peut-être, un jour, le lirais-je en entier…

J’ai donc découvert un premier roman tout en douceur et très appréciable que je recommande ouvertement : lisons tous Marc Levy ! (D’ailleurs, je m’en vais lire un autre livre de cet auteur…)

Couverture de mon édition de Et si c’était vrai…

Couverture : 1,75/3 => Une couverture qui représente plutôt bien la base du roman même si je ne l’aime pas plus que ça.
Ecriture : 4/6 => Une belle écriture, fluide et simple. Toute en douceur malgré le petit bémol de la scène du trajet en voiture…
Personnages : 4,5/6 => Des personnages attachants, déterminés et émouvants.
Histoire : 4/5 => Une histoire drôle et original, très belle et émouvante.

Bilan :  14,25/20=> Chocolat au lait !

¿ Et vous, vous en avez pensé quoi ?

Pause Movie du 02/04/2014

« Encore une Pause ! criiez-vous,
-Et oui, encore une…
-Et tu n’as rien à nous dire, comme d’habitude ?
-Si, si ! Aujourd’hui, je vous parle de Fiston que j’ai vu Samedi !
-Bravo !!!

Un jeune homme de vingt ans est amoureux d’une même fille depuis l’âge de 5 ans. Il demande à l’homme qui avait séduit la mère de l’aider à séduire la fille.

Ce film est court (1h30 environ) mais très bien joué et très drôle. Il est vivant, on ne s’ennuie pas, il n’y a pas de temps morts ou de scènes inutiles. C’est un condensé drôle et efficace.
Ce n’est pas du grand art mais on passe tout de même un excellent moment.

(Oui, j’ai réussi à « parler » de ce film sans parler de tout le monde c’est qui (non, non, c’est pas Voldemort…) )

Demain j’arrête : Ou comment se coincer la main dans une boîte aux lettres, par Legardinier

« Vous avez déjà rencontrer des gens qui font une fête pour leur divorce ? » Gilles Legardinier, première phrase de Demain j’arrête

Bannière

Enrobage : Demain j’arrête, de Gilles Legardinier
Fève : France / Demain j’arrête
Ecadossage : Et vous, quel est le truc le plus idiot que vous ayez fait de votre vie ?
Au début, c’est à cause de son nom rigolo que Julie s’est intéressée à son nouveau voisin. Mais très vite, il y a eu tout le reste : son charme, son regard, et tout ce qu’il semble cacher… Parce qu’elle veut tout savoir de Ric, Julie va prendre des risques de plus en plus délirants…
Ganache : Roman / Comique
Tempérage : 398 pages / 1,8 cm / Pocket / 7  € 60

– Je t’ai mis une couverture, au cas où il s’approcherait. Au moindre doute, tu te caches dessous et tu fais la morte.
-Génial. Comme ça, les flics qui cherchent déjà l’ovni pourront se lancer à la poursuite de la Péruvienne qui trimbale un cadavre.

Super drôle, on rit du début à la fin. Julie enchaîne les conneries, à croire que c’est « pire c’est, mieux c’est » ! On est entraîné dans une histoire prenante, simple à lire et si drôle, on a plus envie de lâcher ce livre.

On rencontre Julie, ses parents qui veulent ABSOLUMENT des petits enfants, son voisin trop mignon, sa boulangère si gentille, son chiant de patron, sa voisine au potager… Les personnages ont des petits trucs, même si certain sont …
Julie est donc une petite folle dingue, qui ne trouve rien de mieux que se bloquer la main dans la boite au lettre de son voisin, pour le rencontrer. Elle tombe, bien sûr, amoureuse mais ce n’est pas de ces histoires niais-niais, elle a une façon de draguer si particulière…

Comme dit plus haut, le livre est super drôle, et j’ai vraiment passé un excellent moment. Les phrases sont pleine d’humour, les personnages sont drôle et attachant et les situations… assez embarrassantes… On obtient un livre drôle mais pas lourd du tout et qui donne envie de lire d’autres livres du même auteur !

Et puis, surtout, « ne laissez pas les chats vous convaincre que les bonnets péruviens vous vont bien. »

Couverture de mon édition de Demain j’arrête !

Couverture : 2/3 => Au début, on ce dit : « Mais c’est quoi cette couverture ? Ça n’a aucun rapport avec le livre !? » Puis, on finit le livre, on écrit un article dessus et on comprend ! la couverture représente parfaitement bien le livre : le chat, c’est la bataille de tous les jours de Julie, persuadée qu’ils vont exterminer la race humaine, et le bonnet péruvien représente l’une des pitreries de Julie et Sophie, son amie.
Ecriture : 4,5/6 => Une bonne qualité d’écriture entraînant une additivité très satisfaisante.
Personnages : 4,5/6 => Si Julie est à mourir de rire, d’autres personnages sont beaucoup plus plats, et on se demande vraiment qu’es-ce qu’ils sont…
Histoire : 4/5 => L’histoire est drôle et pleine de rebondissement.

Bilan : 15/20 => Chocolat noir Supplément orange !

¿ Et vous, vous en avez  pensé quoi ?

Thérèse Raquin : Un roman noir puissant et prenant, signé Zola.

« Au bout de la rue Guénégaud, lorsqu’on vient des quais, on trouve le passage du Pont-Neuf, une sorte de corridor étroit et sombre qui va de la rue Mazarine à la rue de la Seine. » Emile Zola, première phrase de Thérèse Raquin

Bannière

Enrobage : Thérèse Raquin, de Emile Zola
Fève : France / Thérèse Raquin
Ecadossage : Par la volonté de sa tante, Thérèse épouse son cousin. Bientôt, elle ne supporte plus sa vie de cloîtrée, ni cette ruelle noire du Pont-Neuf où madame Raquin a installé sa mercerie. Toute sa sensualité refoulée va alors s’éveiller au contact de Laurent, peintre dont elle devient la maîtresse. Et les amants décide de noyer les mari…
Ganache : Roman / Naturaliste
Tempérage : 252 pages / 1,6 cm / Pocket / 4€50

– Les gens meurent quelquefois, murmura-t-elle enfin. Seulement, c’est dangereux pour ceux qui survivent.

Laurent ne répondit pas.

-Vois-tu, continua-t-elle, tous les moyens connus sont mauvais.

Thérèse est un personnage que l’on aime et haït à la fois. Laurent est tellement faible qu’il est fort. Madame Raquin tue la mort. Camille est chétif, maladif mais aimable. François a des yeux ronds. Grivet, Michaud et Olivier sont-ils aveuglent. Suzanne est naïvement sympathique…
Ces personnages doucement attachants, si complexe, si réel…

Dans ce roman rien est simple et pourtant, on est pris, emporter bien loin de nos petites vies bien rangées pour les gros tracas des personnages. Après tout, un crime ça pose toujours quelques problèmes ?
L’un des premiers romans de Zola, et on comprend pourquoi il est si connu. Un livre noir, puissant et prenant où se mélange l’âpreté, la sexualité et le crime. Rien n’est laissé au hasard, chaque goutte de bonheur est payé. Et les personnages ne se plaignent pas, ils vivent leurs horreurs, surveillés par François : « Dis, ce serait drôle, s’il se mettait à parler dans la boutique, un de ces jours ».

On fini ce roman et on se dit « ouah », il y a tellement de chose, on vit ce roman, on ne se contente plus de lire. On est là, on les épie… Et si c’était nous qui les dénoncions ?

Au final, un roman magnifique et à lire ! Pour votre culture générale, pour avoir lu au moins une fois dans votre vie du naturalisme, pour (re)découvrir Zola… Pour toutes les raisons du monde !

Couverture de mon édition de Thérèse Raquin

Couverture de mon édition de Thérèse Raquin

Couverture : 1/3 => Cela ne me fait pas vraiment penser au livre. J’y vois seulement un résumé de la société féminine du XIXéme siècle, trop simpliste pour un livre de cette trempe.
Ecriture : 4.5/6 => Ce n’est plus l’écriture d’aujourd’hui mais la qualité est 
excellente sans être pour autant trop soutenu. 
Personnages : 5/6 => Des personnages complexes et complets qui ont « des tempéraments et non des caractères. Là est le livre tout entier » comme dit Zola en 1868 à propos de son livre.
Histoire : 3/5 => Est-ce vraiment vraisemblable ? Après tout, là est tout le charme de cette histoire.

Bilan : 13.5/20 => Chocolat au lait !

¿ Et vous, vous en avez  pensé quoi ?

Film 1 : La vraie vie des profs

¿ Qu’est-ce-que c’est ?

La vraie vie des profs est une comédie française réalisée par Emmanuel Klotz et Albert Pereira Lazaro sortie en 2013. Il dure 1h40.

¿ Qui est le réalisateur ?

Emmanuel Klotz et Albert Pereira Lazaro sont deux réalisateurs et acteurs français ayant collaborés dans deux films : Lascars et La vraie vie des profs.

¿ Ça raconte quoi ?

Albert et JM, deux « lascars » de 5ème, sont contraints par le directeur de rejoindre le journal de l’école avec de bons élèves – les « boloss ». C’est l’humiliation suprême !
Passé le choc des cultures, tous s’accordent sur une « pure idée » qui va faire l’effet d’une bombe : transformer le journal en un site internet consacré à la vie privée de leurs profs, un « Closer » du collège !
Avide de succès, leur chef de bande Albert est prêt à tout pour percer les secrets des adultes. Et même à fouiller leurs poubelles !
Avec JM, la jolie Sissi, Juju la fille de prof coincée et le petit Mousse, un génie de l’informatique, ils vont se lancer dans des enquêtes insolites et ébouriffantes, et plonger dans l’intimité de leurs profs !
L’invraisemblable sera sur leur chemin : bikers poilus, poursuites à vélo, caïds belliqueux, night-club douteux, booty shake et… cactus douloureux. Ils oseront tout ! Cette bande n’a qu’une devise : La vie est trop courte pour être petite !

¿ Un petit extrait ?

En extrait, découvrable ici, je vous propose l’élément déclencheur de tout ça ! Peut être pas le moment le plus drôle mais celui sans lequel le film ne serait rien !

¿ Et mon avis dans tout ça ?

Film que j’ai vu au moins trois fois, j’apprécie son humour et sa légèreté même si les personnages sont un peu « clichés ». Sa courte durée est parfaite, car il nous tiendrais difficilement plus longtemps. Malgré tout, je trouve les dialogues sympas avec le langage cliché des cités qui donne son côté drôle au film. Il faut tout de même noté quand regardant le film, on le pense datant d’avant 2013 (je suis pas sûre que l’on utilise encore les mots comme « ken »)

¿ Quelle musique ? ¿ Quel livre ?

Pour la musique, on fait simple, la musique du film, La vie est trop courte pour être petite, j’adore cette musique et son clip aussi ! (C’est pas le officiel, mais c’est pas grave !) A découvrir dans le film, ou ici !

Pour le livre, je vous propose une BD, les profs (c’est pas la BD du film) qui ne reprends pas du tout le même thème mais la première fois que j’ai vu le film j’ai de suite pensé à cette BD. Peut être pour le côté cliché des profs ?

¿ Au final ?

Un film a regardé un jour, comme ça, par plaisir mais pas un grand classique. Il faut peut-être être un peu folle comme moi pour le voir trois fois…