Archives du blog

Will Grayson Will Grayson, de John Green et David Levithan

Lecture VO anglais #6
Lire en… Anglais #9

Will Grayson Will Grayson

David Levithan
John Green

Langue : Anglais
Titre FR : Will & Will
Nmb pages : 308
Éditeur : Penguin books
Épaisseur : 2cm

Je voulais découvrir David Levithan depuis longtemps mais absolument en anglais (une de mes lubies…). Bon, comme peu de ces romans sont traduits, ce n’était pas trop dur…
Je voulais aussi redécouvrir John Green, mais en anglais.
J’avais entendu que ces deux auteurs étaient plutôt simple à lire dans la langue de Shakespeare (ce qui est la pure vérité !)
Ce livre me faisait de l’œil pour la simple et unique raison (complètement superficiel) que la première fois que j’en avais entendu parler, il était en rupture de stock partout et plus publié.

Bilan ? Co-écrit par deux auteurs que je voulais découvrir en anglais, couverture d’un violet sublime, livre dans ma wish depuis longtemps… Quand il est arrivé le temps de ma commande de lectures VO anglais, je n’ai pas beaucoup hésité : je l’ai pris. Puis dévoré. Juste après l’avoir reçu…

Quand je l’ai reçu…

Bon, du coup, j’en ai pensé quoi ?
Et bien, je suis tombée complètement amoureuse de ce bouquin…

Les personnages sont géniaux, je les ai adorés et tout particulièrement Tiny Cooper qui est extraordinaire.

Tiny Cooper is not the world’s gayest person, and he is not the world’s largest person, but I believe he may be the world’s largest person who is really, really gay, and also the world’s gayest person who is really, really large.

Tiny Cooper est de ces personnages remplis de défauts mais qui sont aussi à mourir de gentillesse et qu’on ne peut qu’adorer. Il monte une comédie musicale sur lui-même et ça magnifique vie amoureuse (avec dix-huits ex…). Même s’il n’a pas sont nom dans le titre, c’est l’un des trois personnages principaux (avec les deux Will) et il lie ces deux derniers.

Et même si je n’imagines pas vraiment les deux Will comme cela, je trouve que ça les résume assez bien…

En ce qui concerne l’histoire, je veux bien avouer que c’est légèrement tirer par les cheveux… Mais c’est tellement drôle, émouvant et beau ! L’histoire parle d’adolescence et de s’assumer avec un humour ! On a peut-être le droit à des personnages un peu extrêmes (surtout Tiny Cooper) mais dans l’histoire ils font réalistes et on s’attache à eux.

J’ai juste complètement adoré l’histoire. Oui, l’histoire d’amour est visible à mille kilomètres, mais pour une fois, ça ne me dérange pas. Parce que ce n’était pas le fin mot de l’histoire, ou peut-être parce qu’ils sont justes trop mignons… Ou peut-être parce que la rencontre est hilarante… J’en sais rien, mais j’ai l’impression que tout passe dans ce roman… En fait, on ouvre le livre, on passe un bon moment en souriant, riant et ayant son petit coeur qui se sert : pas parce que c’est particulièrement triste, mais parce que c’est mignon, et que parfois, on a juste envie de tuer certains personnages… Jusqu’à ce que Tiny arrive !

En réalité, je crois que c’est mon John Green préféré… Je ne sais pas… Ce livre n’a pas une originalité du tonnerre, il n’a rien de véritablement extraordinaire… mais, mais  je l’adore ! Je suis tombée complètement sous le charme des personnages, leur histoire est mignonne, drôle, simple, belle et complètement emportante (j’invente des mots…), et puis le style des deux auteurs est hyper plaisant à lire. C’est simple et fluide.

Il faut juste lire ce roman qui amène avec fraîcheur le sujet de l’homosexualité dans la littérature adolescente. Tout vas bien, ou presque, et la bonne humeur de Tiny est communicative alors autant en profiter !

Un roman dont on ressort avec le sourire ! Pour moi, ce sera un 18/20 !

3 étoiles

Oh, et juste un détail : All is about falling !

Les Préceptes de Lire #3

Hi !
Nouveau mois, mêmes habitudes ou presque), voici Les Préceptes de Lire !

Les Préceptes de Lire

Le Principe :
Chaque premier jour de chaque mois, un nouveau précepte, proverbe ou citation est proposé. On a alors jusqu’au premier du mois suivant pour écrire un cours texte (une quinzaine de lignes) sur ce que ce précepte nous inspire. [Ce n’est pas forcément une explication du précepte mais juste un petit texte PERSONNEL ! Je tiens à rappeler que la plagiat est interdit.] 

Je récoltes les liens vers vos textes ! Mettez-les en commentaires !

Le précepte du mois de novembre 2014 :

Le pouvoir, c’est lorsque on a toutes les raisons de tuer et qu’on ne le fait pas.

Oskar Schindler, dans La liste de Schindler, de Steven Spielberg.

Le précepte du mois d’octobre 2014 :

On passe sa vie coincé dans le labyrinthe à essayer de trouver le moyen d’en sortir.
et
Imaginer l’avenir est une sorte de nostalgie.

Alaska Young, dans Qui es-tu Alaska ?, de John Green.

Pas de texte ce mois-ci, aucune inspiration…

Kisses !

Critique Coup de Cœur #1 : Qui es-tu Alaska ?

Hi !

Je n’avais pas vraiment envie de vous faire une critique classique pour ce roman qui s’est révélé être un véritable coup de coeur. De quel roman parle-je ? Mais de Qui es-tu Alaska ? bien sûr !
Premier roman de John Green, ce roman me faisait de l’œil depuis ça réédition. Regardez donc cette beauté de couverture !

Qui es-tu Alaska ? par John Green.

J’ai donc craqué pour cette sublime couverture recouvrant l’oeuvre d’un auteur que j’avais adoré dans Nos étoiles contraires. Ici, j’ai retrouvé le style de l’auteur que j’aimais tant dès la première phrase :

La semaine qui a précédé mon départ de Floride, où je laissais ma famille et ma petite vie insignifiante pour aller en pension dans l’Alabama, ma mère n’a eu de cesse de m’organiser une fête d’adieu.

Même si on sent que son style à évoluer depuis son premier roman, pour rappelle la première phrase de son dernier roman, Nos étoiles contraires, est :

L’année de mes dix-sept ans, vers la fin de l’hiver, ma mère a déclaré que je faisais une dépression.

On retrouve une réelle similarité et la première chose que j’ai pensé en commençant ce roman fut : « On ne m’aurais pas dit que c’était John Green, j’aurais dit que c’était John Green. Parce que c’est John Green. » Oui, ça fait beaucoup de John Green.

Vous l’aurez donc compris, j’ai était charmé dès le début. Dès le tout début même !

Et sans transition, passons aux personnages ! (Et pour faire une pseudo-transition : ) Que j’ai, eux aussi, adoré !

-Le Colonel ?
-Oui. Le Colonel. Et toi, on va t’appeler… euh… le Gros.
-Hein ?
-Le Gros, a confirmé le Colonel. Parce que tu es maigre comme un clou.

Vous venez de rencontrer deux des trois personnages principaux. Deux personnages que j’ai adoré, j’ai nommé Miles Halter, susdit le Gros, et Chip Martin (qui, au passage, à un nom de famille bien français…), susdit le Colonel.
J’ai adoré le côté perdu du Gros puis le voir commencer à comprendre le nouveau monde dans lequel il débarque. Et l’humour du Colonel ! Ah ! Franchement, c’est une personnage qui m’a fait mourir de rire. Peut-être pas autant que Julie mais tout de même…
Le troisième personnage principal, ou plutôt « la » devrais-je dire, que j’ai tout autant adoré est Alaska Young.

Moi, je les regardais, impressionné par la vigueur de la voix qui émanait de cette fille petite (mais aux courbes ô combien voluptueuses) et par les gigantesques piles de livres adossées aux murs.

Mais contrairement à ce que l’on pourrait penser, Alaska n’ai pas une grande lectrice… Elle amasse seulement les livres dans le but de les lire quand elle sera vieille.

D’autres personnages ont une belle influence dans ce roman, mais je vous laisse les découvrir en lisant l’histoire.

En ce qui concerne l’histoire justement, je n’ai pas vraiment envie de trop vous en parler. Personnellement, je n’ai même pas lu la quatrième de couverture avant de commencer le roman car je ne voulais absolument pas être spoilé. Je l’ai donc lu après… et je dirais que vous pouvez la lire sans risque.

La vie de Miles Halter n’a été jusqu’à maintenant qu’une sorte de non-événement. Décidé à vivre enfin, il quitte le cocon familial pour partir dans un pensionnat loin de chez lui. Ce sera le lieu de tous les possibles. Et de toutes les permières fois. C’est là aussi qu’il rencontre Alaska. La troublante, l’insaisissable et insoumise, drôle, intelligente et follement sexy, Alaska Young.

L’histoire est magnifique. Même si les personnages ne restent pas des « enfants-sages » longtemps… En réalité, on observe une magnifique description de l’adolescence, même si c’est une adolescence un peu trop dans l’excès…
Racontée à la première personne par Miles Halter lui-même, on a le droit à seulement ce qu’il sait, ce qu’il ressent, ce qu’il vit, c’est ce qui offre une deuxième partie excellente. Car oui, le roman est divisé en deux parties. Réellement, la séparation est marqué.

En réalité, je n’ai pas envie de m’appesantir sur ce roman, je crois qu’il faut le découvrir. Pour moi, ça a été un véritable coup de coeur. Pas à en détrôner Nos étoiles contraires mais il rentre haut la main dans mon top dix de l’année et je ne pense pas qu’il en sorte…

Et je terminerais pas un extrait qui représente parfaitement Alaska :

Elle a précisé que le fait de laisser la cuisine aux femmes était sexiste, mais qu’il était préférable de manger de la bonne cuisine sexiste plutôt que de la cuisine dégoûtante préparée par des garçons.

Et sur ce, je vous dit lisez ce livre, dites moi s’il vous a plu, et Kisses !

Les Préceptes de Lire #3

Coucou !
Octobre est un mois de peur. Un mois d’horreur. Un mois d’HALLLOWEEN !!!! Mais, j’ai pas l’intention de changer grand chose à mes habitudes livresques…

Les Préceptes de Lire

Le Principe :
Chaque premier jour de chaque mois, un nouveau précepte, proverbe ou citation est proposé. On a alors jusqu’au premier du mois suivant pour écrire un cours texte (une quinzaine de lignes) sur ce que ce précepte nous inspire. [Ce n’est pas forcément une explication du précepte mais juste un petit texte PERSONNEL ! Je tiens à rappeler que la plagiat est interdit.] 

Je récoltes les liens vers vos textes ! Mettez-les en commentaires !

Le précepte du mois de septembre 2014 :

On passe sa vie coincé dans le labyrinthe à essayer de trouver le moyen d’en sortir.
et
Imaginer l’avenir est une sorte de nostalgie.

Alaska Young, dans Qui es-tu Alaska ?, de John Green.

Le précepte du mois de septembre 2014 :

Le rêve est le complément nécessaire de la réalité.

Angèle Lieby, Une larme m’a sauvée.

Le texte du mois de septembre 2014 :

Coma

Le droit de rêver
Est un droit irréfutable
La réalité ne peut l’éreinter
Un rêve doit être rêver

Espérer l’irréel
Rester sans réagir
Et ne plus croire en rien

La rage de rester
La douleur d’une larme

Réanimation.

Voilà, un petit poème inspirer par l’ennuie et ce témoignage magnifique dont est extrait la citation.

Kisses !

Le Jeudi c’est Jeu Livresque #12

Hi !

Vous vous êtes déjà fait tatouer ? Perso, non… Et j’ai pas vraiment l’intention, mais comme c’est le thème de la semaine… Allons jouer le jeu !

Le jeudi c’est jeu livresque !!!

Qu’est ce que c’est ?
Le jeudi c’est Jeu Livresque, c’est un rendez-vous pour jouer avec nos livres,
nos bibliothèques et nos romans préférés.
C’est un rendez-vous organisé par ce magnifique blog !

Et cette semaine, c’est :

Semaine 69 : Tatouage livresque.
Si vous deviez vous faire tatouer une citation, une image en rapport avec un livre, vous le tireriez de quel livre ? (et si vous avez le dessin ou la citation exacte en tête, n’hésitez pas à la rajouter)

tatouage livresque avant toi + nos étoiles contraires

Pour l’image, je pencherais sûrement pour la petite abeille de Lou, dans Avant toi, de Jojo Moyes. J’ai adoré ce roman (mais ça, vous devais le savoir) et je trouve l’idée de l’abeille trop mimi et assez discret ! Pour moi, ça passe !

Pour la citation, j’irais plutôt aller voir chez John Green et plus particulièrement dans son livre Nos étoiles contraires (pas besoin de vous dire à quel point c’est un coup de coeur…) avec celle-ci :

On est jamais sauvé que provisoirement.

John Green, Nos étoiles contraires.

J’aime bien celle-là aussi, d’un auteur que j’aime moins, Stephen King :

Stephen King.

Sur ce, Kisses !

Top Ten Tuesday #24

Hi !

Vous savez quoi ? Ce top tombe super bien, je voulais justement me faire une P.A.L. d’automne…. Donc, voici les livres que je dois lire avant le 21 décembre exclu (premier jour d’hiver)

Les 10 5 livres (en français) à lire cet automne (Votre P.A.L. pour cet automne).

Encore et toujours un petit rappel sur ce qu’est ce rendez-vous, complètement intégrer à mon blog :

Le Top Five Tuesday qui est une version abrégée du Top Ten Tuesday qui est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français sur cet extraordinaire blog ;-).

Oui, comme vous avez pu le remarquer, j’ai rajouter la condition « en français » car j’ai bien l’intention de lire mes trois achats VO (dont vous entendrez sûrement parler demain si j’ai le temps) durant l’automne et que donc je préfère me lancer une sorte de « défi » et voir si je le tiens.

  1. On commence avec quelque chose de simple, un livre que je lirais à quoi sûr : Qui es-tu Alaska ? de John Green. Il me fait tellement envie !
  2. On continue avec un livre d’un auteur qui m’a été chaudement conseiller et qui as une belle couverture je trouve pour l’automne : Le jeu de l’ange, de Carlos Ruiz Zafon.
  3. Ensuite, je pense lire Un avion sans elle, de Michel Bussi qui me fait lui aussi de l’oeil depuis ma P.A.L.
  4. Puis je pourrais enchainer avec quelque chose comme Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, de Jonas Jonasson pour mettre un peu d’humour dans mon automne.
  5.  Et enfin, je vais ajouter à cette P.A.L. un livre de Musso : L’appel de l’ange parce qu’il faudra bien que je lise cet auteur un jour !

J’en lirais bien évidemment d’autres ! Il est impossible de passer trois mois avec seulement cinq livres… Mais j’aime bien piocher au pif au mètre dans ma P.A.L. !

Sur ce, dites moi quelle serait votre P.A.L. et Kisses !

Top Ten Tuesday #23

Hey !

Hier, je n’avais rien à vous dire. Aujourd’hui j’ai encore moins de choses à dire… Du coup, c’est parti pour les choses sérieuses !

Les 10 5 auteurs dont vous n’avez lu qu’un seul livre mais aimeriez en lire d’autres

Encore et toujours un petit rappel sur ce qu’est ce rendez-vous, complètement intégrer à mon blog :

Le Top Three Tuesday est une version abrégée du Top Five Tuesday qui est une version abrégée du Top Ten Tuesday qui est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français sur cet extraordinaire blog ;-).

Hum hum hum…. Voyons, voyons…

top ten 23

  1. John Green
    J’ai complètement adoré Nos étoiles contraires (mais ça, je crois que vous l’aviez compris) et plusieurs de ses livres me font vraiment envie (Le théorème des Katherine, Qui es-tu Alaska ?, Will & Will…) du coup, c’est vraiment un auteur dont j’aimerais lire un autre livre.
  2. Markus Zusak
    La aussi, j’ai beaucoup, beaucoup aimé La voleuse de livres et surtout le style de l’auteur du coup je voudrais bien le retrouver dans un nouveau livre mais je sais pas trop lequel par contre, parce qu’aucun autre ne m’attire vraiment…
  3. Jojo Moyes
    Qui ne sait pas encore à quel point j’ai adore son livre Avant toi ? J’avais tellement aimé ce livre que je m’étais de suite décidé à lire un nouveau livre de cette auteure. Et La dernière lettre de son amant m’attire bien… Bon, j’avoue la couverture joue aussi… Mais j’ai vraiment envie de retrouver la plume de l’auteure !
  4. R.J. Palacio
    Le gros problème, c’est que je crois bien qu’elle n’a écrit qu’un livre, que j’ai adoré, c’est à dire Wonder… Du coup, bah, va falloir attendre et espérer pour avoir un autre roman de sa part….
  5. Jean Failler
    Parce que je me replongerais bien dans Une aventure de Mary Lester….J’ai lu le tome 17, et j’ai plutôt bien aimé alors lire un autre tome… bah, je dirais pas non…

Vous remarquerez que 4 des livres cités font parti de mes plus gros coup de cœur de l’année… De toutes façons, mes coups de cœur de cette année sont quasiment tous écrit par des auteurs que j’ai découvert cette année…

Sur ce, dites-moi quels sont les auteurs dont vous aimeriez lire un nouveau livre (même si vous en avez déjà lu plusieurs, je m’en fiche, je ne vous en tiendrais pas compte !)
et Kisses !

Pause Movie : Nos étoiles contraires, de Josh Boone

Basé sur le livre du même nom, dont vous trouverez une critique ici, Nos étoiles contraires est un film réalisé par Josh Boone, réalisateur que je ne connais pas car je ne connais aucun réalisateur.

C’est chiant d’essayer de présenter un film objectivement… J’ai toujours préféré le subjectif….

« One sick love story. » (Une histoire d’amour de malade, accroche du film.)

C’est magnifique. C’est sublime. C’est une seconde claque. Et, pourquoi pas, le meilleur film de 2014. Pour le meilleur livre de 2014.
L’histoire est toujours aussi belle et parfaitement respectée. Les citations mythiques sont légèrement modifiée mais, surtout, pour faire plus « vrai ». Parce qu’on ne parle pas comme on écrit.

Putain, que ce film est magnifique. Putain que je suis contente de l’avoir vu. Sublime. Je l’ai déjà dit, je sais. Et je sais aussi que l’on sait de quel film je parle. Nos étoiles contraires. Quel autre film pourrait avoir un tel descriptif ?! Oui, il manque deux scènes « majeures » (avec de très très gros guillemets): celle de la balançoire (l’annonce de vente) et les deux des jeux vidéos (celle avec Gus qui se « suicide » et celle avec Isaac), ce qui fait un total de trois, tant pis ! Mais, putain, on s’en fou ! On ne voit pas passer les deux heures tellement c’est génial! Et fidèle, surtout ! Parce que j’ai toujours peur quand je vais voir un film tiré d’un livre que j’ai lu…
En plus, j’avais de tellement grosses attentes pour ce film-là. Putain, elles n’ont pas été déçues ! Le film est génial !

Les plus extraordinaire dans tout ça, c’est que le film m’a fait pleurer. J’en connais peu des films qui m’ont fait pleure. Surtout des films adaptés de livres (que j’ai lu), là aucun : aucun film ne m’a fait pleurer, encore moins quand le livre m’a arraché des larmes, jusqu’à celui-là.

Les critiques disent que c’est une claque. Oui, c’est une claque, tout comme le livre.

Finalement, il n’y a plus qu’une chose à faire : dévorer le livre et courir voir le film (oui, cela fait deux, mais sinon, je n’ai aucun problème avec les maths…).

C’est un peu, beaucoup même, mon coup de cœur de l’année.

Nos étoiles contraires, de Josh Boone, sur le roman de John Green.

Et vous, vous l’avez vu ce film ? Vous en avez penser quoi ?

Le Jeudi c’est Jeu Livresque #8

Hi !

Comme une bonne résolution n’arrive jamais seule, en plus de mettre remis au Top Ten Tuesday, je reprends le petit rendez-vous du jeudi :

Le jeudi c’est jeu livresque !!!

Qu’est ce que c’est ?
Le jeudi c’est Jeu Livresque, c’est un rendez-vous pour jouer avec nos livres,
nos bibliothèques et nos romans préférés.
C’est un rendez-vous organisé par ce magnifique blog !

Et cette semaine, c’est :

Semaine 64 : Vous êtes fangirl sans remord de….
Pas besoin de faire une liste complète, parlez-nous juste deux ou trois séries entièrement publiées que vous voudriez vraiment terminer.

NOS ETOILES CONTRAIRES !!!!

Calme-toi, calme-toi…

Donc, si on doit me trouver un fanatisme pour un bouquin, ça ne peut être que celui-là. Ça doit faire quatre mois voir plus que je soûle tout le monde à propos de la sortie du film et là, je suis en pleine dépression de ne pas avoir pu voir le film hier. Il faut que j’attende samedi, c’est horrible…

Nos étoiles contraires, de John Green

Je suis réellement archi-fane. Tous les prétextes sont bons pour en parler. Voyez à quel point : hier, en faisant de la vinaigrette, je sort l’huile de noisette sur laquelle est marquée « hazelnut oil » (huile de noisette en anglais). J’ai saoulé toutes les personnes qui ont eu le malheur de s’approcher de moi pendant plusieurs heures en leur montrant qu’il y avait écrit « Hazel ». Et quand on me disait « quoi ? », moi j’étais en mode « Non, mais c’est Hazel quoi ! Hazel Grace Lancaster ! De Nos etoiles contraires ! De John Green ! Non mais c’est trop bien ! *Danse de la joie* »

Voilà pour ma folie…

Et puis du coup, je vous fait (pas de) kisses et je vous dit « okay ? »

Les Préceptes de Lire #3

Coucou !

Et nous voici en août, déjà, le temps passe si vite !

Les Préceptes de Lire

Le Principe :
Chaque premier jour de chaque mois, un nouveau précepte, proverbe ou citation est proposé. On a alors jusqu’au premier du mois suivant pour écrire un cours texte (une quinzaine de lignes) sur ce que ce précepte nous inspire. [Ce n’est pas forcément une explication du précepte mais juste un petit texte PERSONNEL ! Je tiens à rappeler que la plagiat est interdit.] 

Je récoltes les liens vers vos textes ! Mettez-les en commentaires !

Le précepte du mois de août 2014 :

Toute erreur assumée devient un choix artistique

Bernard Werber, Troisième Humanité.

Le précepte du mois de juillet 2014 :

Et si c’était ça le bonheur, pas même un rêve, pas même une promesse, juste l’instant.

Delphine de Vigan, No et Moi.

Le texte du mois de juillet 2014 :

Bonheur. Chance. Félicité.Ravissement. Paix. Idéal. Plaisir. Allégresse. Béatitude. Joie. Veine. Euphorie. Gaieté. Sérénité. Volupté. Délice. Extase. Nirvana. Satisfaction. Bonheur. Bonheur. Bonheur.
B,O,N,H,E,U,R. Ces sept lettres ne sont pas grand chose. Du moins, toutes seules. Parce qu’une fois assemblées, elles ont l’air très importantes:  tout le monde leur court après. Elles doivent en avoir mare de temps à autre…
Être heureux. Bonheur. Le bonheur. On peut courir longtemps. Parce que finalement, le bonheur, lui, ne courre pas. Et à force de courir, on risque de le dépasser. Ne dit-on pas que le bonheur, c’est de vivre l’instant présent ? Je crois l’avoir déjà entendu… Et si c’etait plus complexe que ça ? J’aimerais demander à Albus Dumbledore :
« Albus, où peut-on trouver le bonheur ?
-Mais, vous savez, on peut trouver le bonheur même dans les moments les plus sombres. (Harry Potter 3, J.K. Rowling)
-Ah oui ! Mais comment ?
-Il suffit de se rappeler d’allumer la lumière. (Harry Potter 3)
-Merci, Albus. »
Alors c’est simple. Allumer la lumière. Lumos ! 

©LireSansFrontiere
Ce premier texte a été écrit juste
après avoir fini de re-regarder Harry
Potter et le prisonnier d’Azkaban. Vous
comprendrez le forte inspiration…

Et vous, quels sont vos textes ? Donnez vos liens !

Kisses !