Archives du blog

[Avis BD] Le bleu est une couleur chaude, de Julie Maroh

Rares sont mes lectures de BDs. Je lis déjà peu de mangas et d’albums, et les BDs sont encore plus à la ramasse. Alors, mes coups de coeur BD on ne les compte même pas sur les doigts d’une main. En réalité, ils étaient plutôt inexistant… Mais il y avait une petite BD sur ma wish-list depuis bien longtemps. La seule. Une amie m’en avait dit plutôt du mal depuis, et du coup ce n’était plus vraiment une urgence. Mais en allant à la bibliothèque et en farfouillant les rayons, je suis tombée dessus. Alors, je l’ai prise. Tentons !

Le bleu est une couleur chaude
de Julie Maroh

Couverture de Julie Maroh

J’ai ouvert cette BD en début de soirée et j’ai tout de suite été happée par les dessins : j’ai complètement accroché à ce style, en couleur pour le présent, en noir, blanc et bleu pour les souvenirs (plus grosse partie de l’histoire). Avec son trait sûr, ses multiples nuances de gris et ses petites touches de bleu pleine d’espoir, de vitamines et d’amour, cette BD nous emmène sur le chemin des souvenirs laissés dans des carnets de Clémentine.

Extrait

Le message de la BD est un très beau message : message d’amour sans limite, quoique non éternel. Un message qui se veut contre l’homophobie d’une façon belle et merveilleuse. Avec les difficultés, le dénis, le bonheur… Et le tout bien dosé sur une centaine et demi de pages… J’en aurais bien pris plus… Non pas qu’il en faille plus (c’est parfait pour raconter l’histoire) mais parce que j’ai tellement apprécié ma lecture que j’y serais bien restée un petit peu plus longtemps…

Planche

L’histoire en elle-même est belle, elle m’a même arrachée la petite larme (pas courant pour une BD…) : je crois qu’en très peu de pages, je me suis beaucoup attachée aux protagonistes; Clémentine, à la recherche de soi-même, Valentin, le meilleur ami de Clémentine (celui qui reste malgré l’adversité) et Emma, aux cheveux bleus.

Emma en rêves.

Emma, c’est le bleu du roman : elle attire l’œil dans les nuances de gris et, implacablement, on s’accroche à elle tout comme Clémentine.

Les dialogues sont biens gérés, ni trop nombreux, ni pas assez, et des petites indications (extraits de journal intime) viennent complétées le tout. Au final, on a toute l’histoire, on est pas perdu, mais il n’y a pas non plus trop à lire.

Quelques petits passages à garder en tête ?

-Et je crois que c’est tes soit disant amies qui ont un problème.
-Quand je pense qu’on m’a traitée de détraquée sexuelle parce que je suis partie avec toi…
-MAIS ARRÊTE DE PARLER DES HOMOS DE CETTE MANIÈRE!!! ILS T’ONT FAIT UN LAVAGE DE CERVEAU OU QUOI?!
-T’as jamais eu honte d’être comme ça ?
-Il n’y a que l’amour pour sauver le monde. Pourquoi j’aurais honte d’aimer ?

L’amour s’enflamme, trépasse, se brise, nous brise, se ranime… : nous ranime. L’amour n’est peut-être pas éternel mais nous, il nous rend éternels…

Au final, cette BD m’a emportée, m’a touchée, m’a faite pleurer… Bref, c’est un coup de coeur !
Et pour vous ? 

Pleins de kisses !

Publicités

Loin de tout : Road love, de Redmerski

« Natalie se tortille la même méche de cheveux depuis dix bonnes minutes, ce qui commence à me rendre dingue. » J.A. Redmerski, première phrase de Loin de tout, Tome 1

Bannière

Enrobage : Loin de tout, Tome 1, de J.A. Redmerski
Fève : Etats-Unis / The Edge of Never, book 1
Ecadossage : Après avoir perdu son premier amour dans un accident, Camryn, 20 ans, plaque tout pour partir à l’aventure. C’est alors qu’elle rencontre Andrew, qui n’a pas été épargné par la vie lui non plus. Camryn a beau s’être juré de ne plus jamais tomber amoureuse, l’amour se révèle à elle sous de multiples facettes au cours de ce voyage. Un road trip improvisé qui marque le début d’une nouvelle existence exaltante. Mais l’insaisissable Andrew cache un secret qui peut les lier à jamais ou les détruire pour toujours…
Ganache : Roman / New-adult, Romance
Tempérage :  465 pages /2,2 cm / Milady Poche / 8€20

-Tu sais, j’ai toujours détesté l’expression : « regarde autour de toi, il y a pire. » Bien sûr qu’il vaut mieux être borgne qu’aveugle, mais ce n’est pas un putain de concours. Pas vrai ?
Est-ce qu’il me pose la question pour savoir ce que je pense, ou est-ce un moyen de me faire la leçon ?
Je me contente d’acquiescer.
-Souffrir, c’est souffrir ma belle. (chaque fois qu’il m’appelle « ma belle », je l’entends mieux que n’importe quelle autre de ses paroles.) Ce n’est pas parce que les problèmes de quelqu’un sont moins traumatisants que ceux d’un autre qu’il n’a pas le droit de souffrir autant.

J’avais entendu pas mal de bien de cette romance, mais aujourd’hui, je serais incapable de vous dire où. Pourtant, je l’ai tout de même ajouté à ma P.A.L. lorsque l’occasion s’est présenté.

J’ai toujours cru, jusqu’à lire le bon premier tiers du roman, que ce livre était une romance young-adult. Je m’étais bien trompée (enfin bien, pas tant que ça non plus…) puisque c’est en réalité une romance new-adult. Certains diront « pas de différence ». Il y en a quand même deux ou trois : dont surtout des scènes de violence ou de sexe plus explicite.
Donc, vous êtes prévenus, oui, ce roman comporte quelques scènes érotiques. Rien de très choquant non plus, quoique quand on ne s’y attend pas (comme moi au début) ça peut faire un peu bizarre…

Et sinon, quoi d’autre ? Bah, oui, vous vous doutez bien que je ne fais pas une critique que et seulement pour vous dire ça…
Sinon, j’ai vraiment bien aimé cette romance : le road-trip est plutôt très sympa même si pour moi, ce n’est pas le gros plus de cette histoire. Le gros plus viens plutôt du fait que la romance se met en place tout doucement même si les protagonistes finissent par nous avouer qu’ils ont eu plus ou moins un coup de foudre. Très réellement, si vous cherchez une romance avec une héroïne niaise et une histoire d’amour qui démarre au quatre de tour avec grand amour et bisous dès le second chapitre… C’est pas tout à fait le bon livre…
Très réellement, l’histoire d’amour met énormément de temps à se mettre en place (et ça m’a plu !) et même si on retrouve le cliché du « je ne dois surtout pas tomber amoureux/se de lui/elle » il est tout de même très bien exploiter.

Un autre très bon point de l’histoire sont les personnages : même si on nous répète tous les chapitres que se sont des apollons, on ne dit pas qu’ils sont parfaits et on laisse le plaisir au lecteur de leur trouver quelques défauts.
Camryn est légèrement (euphémisme ? au début, oui, à la fin, plutôt hyperbole)  torturé psychologiquement par son passé ce qui offre un petit côté angst à l’histoire. (Pour tous, car je ne pense pas en avoir déjà parler, j’accroche plutôt pas mal au fiction angst, ce qui fait que pour moi, c’était un très bon point de l’histoire mais je comprends tout à fait qu’on puisse ne pas aimé du tout.)
On assiste aussi à une plus ou moins forte évolution des personnages mais qui reste bien amené et plutôt possible.

Pour le style d’écriture, c’est plutôt très plaisant à lire : fluide mais tout de même, il y a indéniablement un petit côté fleuri… C’est à dire que nos protagonistes n’ont pas toujours le vocabulaire soutenu. Mais ce n’est pas non plus dérangeant ou illisible.
Un petit détail assez intéressant, c’est l’histoire est écrite sous les points de vue de nos personnages principaux : un coup Camryn, un coup Andrew.

En bilan (parce que je ne pense pas avoir grand chose à dire en plus), j’ai vraiment bien aimé cette romance. Elle est tout sauf niaise et ça fait plaisir. D’habitude, j’avoue, je déteste les romances, mais celle-ci fait parti de celles qui pourraient me faire changer d’avis…
Pour le tome 2, je ne dis pas que je le lirais, je ne dis pas non plus que je ne le lirais pas. Seulement, je trouve que le tome a une bonne fin en lui-même et je ne pense pas me précipiter pour lire la suite.

Couverture : 1/2 => Sympa mais sans plus.
Ecriture : 2/3 => Une plutôt bonne plume, mais légèrement fleuri…
Personnages : 4/5 => Des personnages qui m’ont plu, notamment par le biais d’une héroïne absolument pas niaise !
Histoire : 4/5 => Un petit road-trip plutôt sympa, une fin à laquelle on ne s’attend pas…
Ma note : 4.5/5 => Un très bonne romance

Bilan :  15,5/20=> Chocolat noir !

¿ Et vous, vous en avez pensé quoi ?

Jamais deux sans toi : Équation à deux inconnues, de Moyes

« Ed Nicholls buvait un café en compagnie de Ronan dans la salle des graphistes lorsque Sidney entra. » Jojo Moyes, première phrase de Jamais deux sans toi

Joyeuse Saint-Valentin !

Bannière

Enrobage : Jamais deux sans toi, de Jojo Moyes
Fève : Angleterre / One plus one
Ecadossage : La vie de Jess est un désastre. Son mari a disparu de la circulation, son fils revient du collège couvert de bleus, et elle n’a pas les moyens de payer à sa fille, petit génie des maths, l’école prestigieuse qui la promettrait à un brillant avenir. Alors qu’elle finit par se faire à l’idée que sa vie n’est qu’une somme de galères, la chance lui sourit enfin. La chance, ou plutôt le millionnaire dont Jess entretient la maison de campagne. Accusé de délit d’initié, Ed est en mauvaise posture : il risque d’être ruiné et envoyé en prison si son procès tourne mal. Soucieux de s’acheter une conduite, il se propose de venir en aide à Jess. Que va donner l’addition de leurs petits et grands désastres individuels ? Une histoire d’amour aussi bouleversante qu’inattendue mettant en scène la rencontre improbable de deux êtres en perdition.
Ganache : Roman / Romance, Contemporain
Tempérage :  479 pages /3,2 cm / Milady / 18€20

Tu sais, tu peux passer ta vie entière à ne te sentir nulle part à ta place. Et un jour, tu entres dans une pièce, que ce soit à l’université, dans un bureau ou dans un club, et tu de dis : « Ah, ce sont eux. » Et d’un coup, tu te sens chez toi.

C’est l’histoire d’une famille pas comme les autres. D’une petite fille un peu geek qui aimait les maths plus que le maquillage. Et d’un garçon qui aimait le maquillage et ne rentrait dans aucune tribu. Et voilà ce qui arrive aux familles qui ne sont pas comme les autres : elles finissent brisées, fauchées et tristes. Pas de fin heureuse ici, les amis.

 

 

3 étoiles

Pour tout vous dire, habituellement je ne lit rien en particulier pour la Saint-Valentin. En fait, c’est une date que je saute presque toujours tellement j’en ai rien à faire… Mais, cette année, je me suis dit que ça pourrais être sympa de faire la critique d’une romance spécialement pour cette date. Du coup, voilà, on se retrouve avec cet article…
Et du coup, avant de commencer, Joyeuse Saint-Valentin à ceux dont cette fête importe.

J’ai très rapidement retrouvé la plume de Jojo Moyes en commençant ce roman. Et c’est un excellent point étant donné que j’adore sa plume… Ce côté simple et juste à la fois. Le bon mot, au bon moment. Avec des phrases ni trop longue, ni trop courte… Juste hâte de relire du Jojo Moyes, rien que pour sa plume ! Et comme, en plus, elle a un magnifique talent dans l’invention d’histoire et plus particulièrement de romance, je vois pas pourquoi je m’en priverais…

Dans ce livre, Moyes nous offre une véritable ode à la joie, au positivisme avec des personnages qui bien que plus ou moins dans la merde trouvent toujours (ou presque) des raisons de continuer à croire au bonheur : quelque chose de bien est en train d’arriver, voilà ce que je retiendrais de ce roman.
On fini ce roman sourire aux lèvres, et forcément avec l’idée que le bonheur est en train d’arriver plus ou moins en courant. Et que sûrement, il est déjà là. Un roman à être heureux.
Et comme dans Avant toi, c’est aussi une ode à la vie, notamment avec le passage expliquant YOLO : « You Only Live Once ». En fait, c’est un roman plein de positivisme dont on ressort heureux et avec une furieuse envie de vivre.

Côté personnages, on découvre Tanzie, la surdouée des maths, pas très sûre d’elle mais tellement attachante; Jess, l’éternelle optimiste qui redonnerais le sourire à un mort; Ed, un peu perdu et en même temps sachant parfaitement où il est; Norman, ce gros chien tout moche mais tellement mignon; et surtout Nicky, un personnage que j’ai juste adoré. J’ai énormément accroché avec ce personnage, qui a été un véritable coup de coeur dès le début du roman.
Nicky est aussi celui qui subit l’évolution la plus visible (quoique tous évoluent significativement) et m’a juste émue aux larmes avec ces articles blogs. Nicky, c’est pour moi un personnage parfait. Je l’ai vraiment adoré, j’ai vraiment trop accroché avec ce personnage. Je me répète, je sais…

Enfin, je n’ai plus grand chose à dire en plus, sauf que c’est à lire ! Je n’ai pas pleuré, il est quand même vachement moins triste qu’Avant toi, mais il est tout de même très émouvant. Et j’ai énormément ri, énormément souri, énormément positivé. J’en suis ressortie avec un sourire immense, et à chaque fois que je me plongeais dedans je me sentais pleine d’ondes positives.
C’est vraiment un roman à lire, que vous soyez en dépression ou non.

Photographie de couverture de Shutterstock

Couverture : 2/2 => J’adore ces couvertures !
Ecriture : 2,75/3 => La plume de Jojo Moyes que j’aime tant…
Personnages : 4,5/5 => De très très bon personnage. Surtout Nicky !
Histoire : 4/5 => Une mignonne romance pas trop rapide, et surtout, pas trop clichée !
Ma note : 4,5/5 => Excellente lecture

Bilan :  17,75/20=> Chocolat noir !

¿ Et vous, vous en avez pensé quoi ?

Coeur de Pierre : Romance à la poésie, de Gauthier & Almanza

« L’enfant au coeur de pierre était né en décembre… » Séverine Gauthier, première phrase de Coeur de Pierre

Bannière

Enrobage : Cœur de Pierre, de Séverine Gauthier (Scénario) et Jérémie Almanza (Dessin)
Fève : France / Cœur de Pierre
Ecadossage : Il est né avec un cœur de pierre, elle, avec un cœur d’artichaut…
Ganache : BD / Romance, Poésie
Tempérage :  32 pages / x cm / Delcourt / 9€95

Elle fut envahie d’une étrange douceur,
sentit ses joues rosir et ses genoux trembler,
tandis que doucement des frissons de chaleur
parcouraient sa peau claire. Elle n’osait bouger.

3 étoiles

Ça ne m’était jamais arrivée, d’avoir un coup de cœur pour une BD, après il faut dire que je n’en lis pas souvent …
Celle-là m’a attiré par sa magnifique couverture qui représente bien deux univers si semblables et pourtant très différents : un univers d’amour et de joie et un univers d’indifférence et de tristesse.

Je m’attendais à une petite histoire d’amour toute simplette, un peu clichée : autrement dit, je n’en attendais rien ou franchement pas grand chose. Et j’ai été drôlement bien surprise.
L’histoire est simple, oui, mais réfléchie et aboutie (pour ce qu’elle peut l’être en trente-cinq pages) avec une fin à laquelle on ne s’attend pas en ouvrant la BD. On nous propose un point de vue sur l’amour plus large et réaliste que ce que l’on nous offre habituellement et même un triangle amoureux extrêmement bien gérer.
De plus, les personnages sont mignons, attachants et suffisamment vivant pour une BD. Ils sont tous bien différents et font avancés l’histoire : une fois que l’on a supprimé les parents et docteurs des planches « passé des personnages », on ne trouve que les personnages principaux.
Quand aux dessins, tout comme les textes, ils sont beaux et poétiques : très plaisant !

En bilan, je dirais que cette BD est une petite perle qui a presque réussi à m’arracher une larme, même si je me suis retenue.
C’est réellement un petit bonbon tout doux pour passer une demi-heure poétique : une histoire doudou !

Couverture de mon édition de Cœur de Pierre.

Couverture : 2,75/3 => La couverture est sublime ! Franchement, elle est magnifique !
Dessin : 6/7 => Les dessins sont très beaux, poétiques et tout doux, créant des univers semblables différents.
Texte : 2/2 => Écris en vers avec des rimes, c’est original et très sympa !
Histoire : 6/8 => Une histoire d’amour, oui, mais avec un petit plus !

Bilan :  16,75/20=> Chocolat noir Supplément orange !

¿ Et vous, vous en avez pensé quoi ?

Les étoiles de Noss Head, Tome 1 : Amour de loup-garous, de Jomain

« Sissi, on est coincés dans les bouchons, sur l’A1. » Sophie Jomain, première phrase de Vertige

Bannière

Enrobage : Les étoiles de Noss Head, Tome 1 : Vertige, de Sophie Jomain
Fève : France / Vertige
Ecadossage : Hannah, bientôt dix-huit ans, était loin d’imaginer que sa vie prendrait un tel tournant. Ses vacances tant redoutées à Wick vont finalement se transformer en véritable conte de fée… puis en cauchemar. Sa petite vie tranquille, ses idées bien arrêtées, ses projets… tout va changer, brutalement. Elle devra affronter l’inimaginable, faire face à ce qu’elle n’aurait jamais pensé croire un jour, car les légendes n’en sont pas toujours… Leith ne s’attendait pas non plus à Hannah. Il tombe de haut, l’Esprit a choisi: c’est elle, son âme sœur. Pourra-t-il lui cacher sa vraie nature encore longtemps ? Osera-t-il lui avouer qu’il n est pas tout à fait humain ? Il n’a pas le choix, leur rencontre l’a mise en danger. Lui seul peut lui venir en aide.
Ganache : Roman / Romance, Fantasy
Tempérage :  489 pages /3 cm / France Loisirs / 19€00

Au lycée, j’avais vu des couples se faire et se défaire, des amours éphémères qui mettaient les filles dans tous leurs états. Des pleurs, des portes qui claquent, des « Je ne pourrai jamais m’en remettre ! ». Ces situations me paraissaient tellement tortueuses. Au début, on se jure de s’aimer toujours, ça se termine, on pleure un bon coup et la semaine suivante, on oublie « l’amour de sa vie » en craquant pour les yeux d’un ou d’une autre. Pff… pathétique. Heureusement, je n’étais encore jamais tombée dans ce piège.

2 étoiles

A peine acheté, déjà en cours de lecture.
Ce livre me faisait plutôt envie, pas tant par l’histoire dont je n’avais aucune idée que par les critiques positives que j’avais lu. La seule chose qui faisait que ce livre n’avait pas encore été acheté était sa comparaison avec Twilight (série à laquelle je n’ai pas accroché du tout)… J’ai pourtant fini par l’acheter et le débuter dans les heures qui suivirent.

Pour parler plus du roman, en lisant la quatrième de couverture, je m’attendais à quelque chose avec plus d’action, une intrigue… Enfin, je ne pensais pas que le roman ferait passer au premier plan la romance entre Hannah et Leith. C’est vraiment une romance. Et il est vrai que je ne suis pas fane de se genre. Mais j’ai tout de même apprécié cette lecture.
Ce n’est pas un excellent tome. Il ne m’a pas donné envie de lire la suite. Mais il rempli son boulot de premier tome, de tome de mise en place : on a une mise en place du lieu, de la romance et une présentation des personnages. On n’a pas réellement d’intrigue ou de gros problème. C’est vraiment la romance qui est mise en avant, mais pas une romance trop simple où tout est parfait.
Cette romance a tout de même de gros problèmes. Si l’on exclu le fait que Leith, le mec est encore une fois « parfait », le plus gros problème est la façon dont ils tombent amoureux : Hannah nous avoue au début du roman n’être jamais tombée amoureuse et surtout n’avoir jamais trouvé un garçon mignon : alors je veux bien que se soit le coup de foudre, mais pas au premier regard… S’il vous plait, pas ça !
La jalousie maladive (ou presque) d’Hannah puis de Leith est aussi difficilement supportable.

Pour parler des personnages, j’ai trouvé Hannah réfléchi et intelligente au début puis extrêmement naïve. De plus, elle connait une évolution difficilement croyable. Ce qui m’a le plus choqué c’est qu’elle n’est pas le moins malheureuse de ne plus jamais revoir ces amies…
Quand à Leith, il est trop décrit comme « parfait » même si on lui colle quelques défauts. Il m’a aussi parut extrêmement arrogant et il y avait des moments où c’étais exaspérant….

Vu m’a critique, on peut penser que ce bouquin est un flop, mais pas du tout ! J’ai trouvé beaucoup de point négatif mais j’ai quand même bien apprécié ma lecture. Il y a des personnages secondaires pas assez développés mais bons, de très bonnes et plaisantes idées et un rythme prenant malgré des scènes qui m’ont exaspéré car trop « romantiques » pour être possible de mon point de vue. Mais réellement, je pense que si l’on cherche une romance, celle-ci est plutôt bonne (dans la limite d’un young-adult). Oui, elle n’est pas plus recherchée que ça et est un peu tirée par les cheveux par moment mais d’autres passages sont excellents !
De plus, même si l’histoire se base surtout sur la romance, il se passe tout de même des petites actions de-ci, de-là qui permette de ne pas s’ennuyer.

Il y a aussi une plume correcte même si j’ai eu beaucoup de mal à mis faire car l’auteure utilise énormément l’imparfait contrairement à moi qui préfère le passé simple quand les deux sont grammaticalement correctes. Mais ceci est complètement personnel et je pense que sa plume est très simple à lire offrant un roman sans prise de tête.

C’est donc plutôt un bilan positif que j’aimerais en ressortir malgré plusieurs bémols. Je pense donc qu’il est à lire si l’on cherche une romance même s’il n’est pas révolutionnaire dans son genre. C’est du déjà vu mais cela marche très bien et l’auteur à tout de même su apporter quelque chose en plus.

Couverture de mon édition de Les étoiles de Noss Head, Tome 1 : Vertige.

Couverture : 2,5/3 => La couverture est juste sublime, elle m’a bien aidé à craquer…
Ecriture : 3/6 => Même si la plume est plutôt bonne, j’ai eu un petit problème avec l’imparfait…
Personnages : 4/6 => Des personnages principaux passables mais de bonnes (voir très bonnes) idées de personnages secondaires ! Dommage qu’ils ne soient pas plus travaillés…
Histoire : 3/5 => C’est réellement une romance qui tire sur le triangle amoureux sans jamais l’atteindre.

Bilan :  12,5/20=> Chocolat au lait !

¿ Et vous, vous en avez pensé quoi ?

Avant toi : Un sourire de larmes, signé Moyes

« Lorsqu’il émerge de la salle de bains, elle est réveillée, adossée aux oreillers et en train de feuilleter des brochures d’agences de voyages qui traînent à côté du lit. » Jojo Moyes, première phrase de Avant toi

Carré Avant toi

Bannière

Enrobage : Avant toi, de Jojo Moyes
Fève : Angleterre / Me before you
Ecadossage : Si le temps nous est compté…
Lou est une fille ordinaire qui mène une vie monotone dans un trou paumé de l’Angleterre dont elle n’est jamais sortie. Quand elle se retrouve au chômage, elle accepte un contrat de six mois pour tenir compagnie à un handicapé. Malgré l’accueil glacial qu’il lui réserve, Lou va découvrir en lui un jeune homme exceptionnel, brillant dans les affaires, accro aux sensations fortes et voyageur invétéré. Mais depuis l’accident qui l’a rendu tétraplégique, Will veut mettre fin à ses jours. Lou n’a que quelques mois pour le faire changer d’avis.
Ganache : Roman / Réaliste, Romance
Tempérage :  475 pages /3,3 cm / Milady Grande Romance / 16€20

Carré Avant toi

Et puis, comme la piste se vidait provisoirement avant la danse suivante, j’ai parlé sans même mesurer ce que je disais.
— Qu’en dites-vous, Will ? Vous ne me feriez pas un peu valser ?
— Quoi ?
— Allez. Donnons à tous ces cons un vrai sujet de conversation.
— Merveilleux, a dit Mary en levant son verre. Voilà une putain d’idée !
— Allez, on y va, pendant que ce sont les slows. Parce que je ne vous vois pas vous lancer dans un pogo en fauteuil roulant.

Carré Avant toi

Ce livre, c’est un sourire de larmes : tout au long, on rit, on pleure ! Ce livre, c’est un bijou ! L’un des plus beau que je n’ai jamais lu !
Là, je le finis, et tout ce que je peux dire, c’est que je souris, les yeux rongés de larmes, parce que ce roman, c’est le plus triste mais aussi le plus beau qu’il m’ai été donné de lire ! C’est une ode à la vie, au choix, au droit !

Ce livre est juste magnifique, grandiose ! C’est une lute, un combat, qu’on ne peut se permettre de perdre. Ne pas lire ce roman, c’est n’avoir rien lu, rien vu. On ne peut pas vivre, on ne peut pas quitter ce monde, sans avoir lu ce roman, ce serait une aberration. J’ai jamais dit ça d’un roman, mais là, c’est vrai.
On est transporté, emmené et surtout, métamorphosé. Celui qui ne verse pas une petite larme est un sans-cœur, il peut en être sûr. Parce que ce livre, c’est un chez d’oeuvre de la littérature anglaise, le plus beau, le plus émouvant qu’il m’ai été donné de lire. C’est indescriptible.

L’histoire pourrait être banale, un riche tétraplégique qui veut mourir car il ne voit pas ce que la vie à de réjouissant. Une jeune fille devient sont aide-soignante et à pour but de lui redonner le sourire. Pourtant, elle ne l’est pas. Écrite avec tant de force, tant de passion, c’est indicible à quel point on est transporté, transformé.
L’histoire est poétique, touchante, émouvante, drôle et irréelle ! Les personnages sont vivants, puissants et encrés dans nos cœurs, on ne peut les oublier !

Sans titre 3

Ce livre est poétique, il y a une certaine beauté dans les maladresses de Lou, les sarcasmes de Will. Will, parlons en. C’est lui, le tétraplégique, avec son nom d’espoir : « will » en anglais, c’est le modal qui signifie le futur, ce qui va arriver, alors pour moi, c’était le prénom de l’espoir. Et à côté, il y a Lou, l’hyperactive, celle qui a de la joie, de l’espoir pour mille. C’est elle qui est accroché à la vie, et pour deux, s’il vous plait !
Il y a aussi tous les personnages secondaires : Camilla, la mère de Will, dure et aimante, décidé à le faire changer d’avis tout en le respectant, cet avis; Treena, la sœur de Lou, énervante mais si importante, même si c’est elle qui casse l’espoir, c’est aussi elle qui le donne; Les parents de Lou, toujours à ces côtés; M. Course à pied, l’amour de Lou, si énervant, si haïssable, que j’ai oublié son vrai nom.
Et il y a aussi, Thomas et ceux qui n’ont pas de nom, les ivrognes, les invités, les amis, les employés… Tous ceux qui font avancés l’histoire, même si on ne les rencontre qu’une fois, tous ont un petit truc, pour eux seuls ou pour le groupe.

Lou et Will, avec Nathan, Camilla et Treena, ont réellement un caractère, un tempérament, même. On s’attache à eux, on les apprécie. On peut vraiment s’identifier, se sentir près d’eux : ils sont réels !

Vraiment, ce livre est magique, magnifique ! C’est plus qu’un coup de cœur : une écriture, des personnages, une histoire, une couverture … EXTRAORDINAIRES ! C’est …. il n’y a pas de mots ! C’est à lire, c’est indescriptible !
Si vous ne devez ne lire plus qu’un seul livre dans votre vie, prenez celui-là ! C’est l’ode à la vie, au choix et au respect qu’il faut lire, qu’il faut avoir lu pour pouvoir vivre pour de vrai !

Couverture de mon édition de Avant toi

Couverture : 3/3 => Cette couverture, la première fois que je l’ai vu, je me suis dit « il me faut se livre », parce qu’elle simplissime mais si belle, si poétique, et si pleine d’espoir; Maintenant, elle est exposée dans ma chambre !
Ecriture : 5,5/6 => Cette façon d’écrire… J’ai été transporté, c’est si beau et si bien écrit : c’est le malheur en poésie et espoir. Magnifique !
Personnages : 5,5/6 => Je me suis attachée aux personnages au point de les pleurer quand j’ai fini le livre : vous auriez du me voir, pleurant, le sourire aux lèvres, répétant leurs noms !
Histoire : 5/5 => Une histoire magnifique qui touche et fait réfléchir sur sa vie. Vit-on assez ?

Bilan :  19/20=> Chocolat noir Supplément orange !
Le plus gros coup de cœur qu’il m’ai été donné depuis un bon paquet de temps !

¿ Et vous, vous en avez pensé quoi ?