Archives du blog

Top 14 de 2014 #1

Hi !

Je me suis enfin décidée à vous faire mon Top 14 de l’année précédente (2014 !!!) sauf que j’ai décidé de le faire en plusieurs parties. Oui. Donc voici les places 14 à 8 inclus !

Couverture des livres cités.

Couverture des livres cités.

Pour ces places là, pas vraiment de rangement, de classement. Ce sont d’excellentes lectures, qui pour la plupart ont été des coups de coeur sur le moment mais qui avec le passage du temps ne reste « que » des excellentes lectures…

Et c’est parti par ordre alphabétique ! (Au passage, tous les « avis », explications, sont fait sur le moment, sans relire les critiques ou quoi que ce soit que j’avais pu écrire sur les livres…)

  • Demain j’arrête, de Gilles Legardinier.
    Rah là là… Début d’année que celui-là…. Quand exactement ? Plus trop de souvenir… Mais début d’année. Je me souviens d’explosions de rire et c’est toujours LE livre que je recommande à ceux qui lisent peu (voir pas) mais qui veulent tout de même lire un livre… C’est plus ou moins la bonne humeur assurée ce livre…
  • Je m’appelle Budo, de Matthew Dicks.
    La fin de ce livre m’avait bouleversée…. Une sorte de destruction du moi intérieur tout en restant correct. Me laissant me relever après… Tout le long du roman, je l’avais trouvé « sympa mais voilà » et la fin, mais la fin, mais cette putain de fin !!!
  • Le chuchoteur, de Donato Carrisi.
    Celui-là, j’ai le très nette souvenir de le lire en juin, au soleil, dans un jardin, en attendant ma cousine. Je sais plus trop comment j’en étais arriver à vouloir lire ce livre mais je l’avais emprunté à la bibliothèque. Là aussi, un livre assez traumatisant par les descriptions horribles, atroces de la mise à mort des fillettes (et pas que)… Mais c’est quand même un thriller que j’avais adoré…
  • Le Cirque des Rêves, d’Erin Morgenstern.
    Plus ou moins dernière lecture de l’année. C’est le type de livre que vous lisez tout tout doucement pour vraiment profiter de la magie, de la poésie, de l’ambiance, de l’histoire, des personnages… De tout ! Une petite pépite…
  • Qui es-tu Alaska ?, de John Green.
    Un livre de la deuxième moitié de l’année, quoique je n’aurais pas de date précise… C’est un livre qui m’avait moins ému que l’autre du même auteur mais que j’avais tout de même beaucoup aimé par son côté « vérité sur l’adolescence » tout en gardant une certaine distance. Et puis tout le récit de l’amitié que crée l’auteur… Franchement, c’est un bon John Green (mais comme j’ai lu que des bons John Green…)
  • The Giver, de Louis Lowry.
    Petit livre dont je n’attendais rien et qui m’a bluffé. C’est exactement le type de livres qui vous fout sur le cul tout le temps. Je sais pas si c’est parce que je l’ai lu en anglais, mais il y avait de ces révélations tout au long du roman… Et en plus des personnages !!! Enfin, surtout Jonas et le Passeur puisque les autres, respectant parfaitement leur rôle, ne sont pas des plus attachants… Mais franchement, ce livre est juste trop !
  • Une larme m’a sauvée, d’Angèle Lieby.
    Un témoignage. L’un des deux seuls que j’ai lu cette année. Mais il m’a tellement bouleversée. C’est juste excellent ! Et ça change vraiment toute une vision sur le coma… Franchement, c’est à lire !

Voilà ! Il y a sûrement des livres qui n’étaient pas en coup de coeur, ou qui, au vu des notes, n’aurait peut-être pas dû se retrouver là, mais c’est vraiment le début du top de 2014. Pour moi, il n’y a pas de doutes sur le fait que ces livres en font parti. Je n’ai pas relu mes critiques et avis pour faire ce top. Je me suis juste dit : « Bon, bidule, tu la fais cette liste ? Il y a bien des livres que tu as aimé en 2014 ! Allez, vas-y, sors en 14. »

En tout cas, vous pouvez me donner vos coups de coeur en commentaire
Et sur ce, Kisses !

Publicités

Pause Movie : The Giver

Hi !

Ayant lu et vraiment bien aimé le livre The Giver (Le Passeur en version française) de Lois Lowry, il me paraissait normal d’aller voir ce que l’adaptation cinématographique valait. Surtout qu’un magazine auquel je suis abonnée lui réserver une double -page !

Je m’attendais réellement à être déçue surtout à cause de la bande annonce (que je trouvais, et continue de trouver, hyper spoilante) mais aussi de l’article. Rien qu’avec ces deux là, je rencontrais déjà des modifications qui ne me plaisait pas vraiment… De plus, je savais qu’il fallait que je m’attende à des modifications des noms donnés aux « emplois » puisque je passerais des noms de la version originale, soit en anglais, à leur traduction en français.

Pour commencer je vais mettre les modifications qui m’ont plu. Du coup, attention ! Cet partie pourrait contenir de petits spoilers ! Tous plus ou moins dans la bande annonce mais tout de même, éviter de lire si vous ne voulez absolument pas être spoiler !

/spoiler\ Il y a donc eu des modifications qui m’ont plu, tout d’abord l’âge des personnages : ils ont dix-huit ans dans le film au lieu de douze dans le livre, ce qui rend les choses grandement plus probables : il faut avouer que changer le monde à douze même avec l’extrême maturité de Jonas…
Dans les modifications qui m’ont plus, il y a aussi la fin qui est plus une vraie fin : on ne s’arrête pas au début de sa quête mais lorsqu’il l’a terminée; on connait la fin même si elle reste très ouverte.

Parmi les modifications, il y en a aussi qui ne m’ont fait ni chaud ni froid : l’âge d’obtention d’une bicyclette, le numéro de Jonas, l’histoire d’amour, le moment de début un peu plus tardif…
J’ai, par contre, été prise de convulsions et d’une horrible envie d’hurler à certains moments, le premier a été le changement de métier d’Asher : lui donner le rôle de pilote lui offre, d’accord, une plus grande importance dans l’histoire, mais tout de même, pourquoi !? C’est à ce moment là que j’ai réellement compris que le livre et le film ne se ressemblerais pas, le film prenant une tournure plus pleine d’actions. Le changement pour Fiona ne m’a fait ni chaud ni froid jusqu’à ce que l’on arrive à la fin et que ce changement minime entraine des modifications énormes . Surtout qu’à cause de cela, on retire une grande part de l’importance du Passeur (l’un de mes personnages favoris) : dans le livre, c’est un personnage quasi-principal, regardez ce qu’ils en ont fait dans le film !!! /spoiler\

Je ne parlerais pas de la fin qui n’est, elle, qu’un énorme changement mais qui m’a bien plu : elle nous propose plus d’action (même si elle a un petit côté impossible, mais c’est un film, que voulez-vous !) et un aboutissement.

En bilan, je dirais que j’ai bien aimé le film à condition que je ne le considère pas comme l’adaptation du roman mais plus comme une histoire fortement inspiré du livre de Lois Lowry : on retrouve les personnages (avec quelques changements), les grandes lignes de la communauté et une histoire qui s’éloigne plus qu’elle ne se rapproche.
Du coup, livre ou film ? Et là, je vais en étonner plus d’un, mais je vais dire film. Car même si j’ai passé un très bon moment de lecture et que le film m’a déçue dans son rôle d’adaptation, si on le regarde sans comparaison au livre, il est très bon : les idées pour nous faire comprendre les « règles » de la communauté sont excellentes et l’histoire est bien plus pleine d’action. Malgré tout, si on par sur le fait que c’est une adaptations, il manque trop d’éléments, il y a donc trop de changements, c’est donc la raison de ma note : 5/10.

Bilan :

Et voilà ! Maintenant, je vous laisse libre de courir aller le voir, ou au contraire de passer votre chemin. Par contre, si vous l’avez vu, dites-moi ce que vous en avez penser !

Kisses !

The Giver : Un monde noir et blanc, de Lowry

Lire en… Anglais #4
Lecture VO Anglais !

« It was almost December, and Jonas was beginning to be frightened. » Lois Lowry, première phrase de The Giver

Bannière

Enrobage : Le passeur, Tome 1, de Lois Lowry
Fève : Etats-Unis / The Giver
Ecadossage : It is the future. There is no war, no hunger, no pain. No one in the community wants for anything. Everything needed is provided. And at twelve years old, each member of the community has their profession carefully chosen for them by the Committee of Elders. Twelve-year old Jonas has never thought there was anything wrong with his world. But from the moment he is selected as the Receiver of Memory, Jonas discovers that their community is not as perfect as it seems. It is only with the help of the Giver, that Jonas can find what has been lost. And it is only through his personal courage that Jonas finds the strength to do what is right…
Ganache : Roman / Dystopie, Jeunesse
Tempérage : 224 pages /1,6 cm / Harper Collins / 6£99 (prix conseillé)
Le P’tit + : Le film sort en France le 29 octobre 2014 !

Attention, de mon point de vue, les bandes-annonces spoilent le livre. A vous de voir si vous souhaitez les regarder ou non !

Juste, avant de commencer la critique, je voudrais dire qu’au vu du trailer, je m’attend plus ou moins a être légèrement déçue par le film. On va dire que ce trailer ne m’inspire pas confiance, mais j’irais quand même voir le film au cinéma, c’est sûr à onze mille pour cent !
La bande annonce française est pire : elle ne se prive pas pour spoiler le livre et j’ai l’impression qu’il vont plus loin que seulement le tome 1…

« Do you love me ? »
There was an awkward silence for a moment. Then Father gave a little chuckle. « Jonas. You, of all people. Precision of language, please! […] you used a very generalised word, so meaningless that it’s become almost obsolete, »

3 étoiles

The Giver n’était pas le livre que j’avais prévu de lire en premier sur les trois VO que je m’était acheté. Pourtant, c’est avec celui là que j’ai commencé. Et j’ai vraiment bien aimé ma lecture.

Je n’avais absolument pas l’intention de lire ce livre, je n’en connaissais même pas l’existence avant de tomber sur un message qui conseiller ce livre pour débuter la VO sur BookNode. Je ne serais pas citer l’auteur, je n’ai absolument pas garder le message. Du coup, je l’ai commander d’abord parce qu’on le disait simple à lire, et deuxièmement parce que le résumé m’attirait. Et franchement, je n’ai pas été déçue.

Même si je ne dit pas que je ne le relirais pas en français pour être sûre de bien comprendre, je pense avoir compris le gros de l’histoire, ou du moins suffisamment pour ne pas me sentir perdue et pour passer un très bon moment. L’histoire fait réfléchir tout en apportant un certaine dose d’action et de suspens plutôt sympa.
Si l’on ne sait rien sur le communauté au départ, on apprend, au même rythme que Jonas ce qui est plutôt un bon point, énormément de chose dont des découvertes qui m’ont laissé sur le cul quand je les ai lues… Par contre, si vous voulez vraiment l’effet de surprise ne regardez pas les bandes annonces : elles spoilent un max ! Surtout la française.
Cette communauté justement nous pose une question plutôt intéressante : que sommes-nous prêts à perdre pour vivre dans un monde sans malheur, sans douleur ?

Si l’on devait parler des personnages, j’ai bien apprécié Jonas ainsi que le Passeur. J’ai par contre moins aimé ses parents (à Jonas) et sa sœur ainsi que tous les autres personnages secondaires que j’ai trouvé trop « pareil ». Je sais que c’est la faute à la communauté, mais j’ai trouvé qu’ils acceptaient trop et qu’aucun n’était indispensable. Enfin, pas pour l’histoire ! Je veux dire, l’auteur a créé des personnages qui collent à l’image des gens que l’on pourrait trouver dans une telle communauté mais ce sont aussi exactement le type de gens qui m’énervent…

Pour la langue, je ne le recommande peut-être pas si vous avez un faible niveau d’anglais, même si ce n’est pas très dur à lire. Il y a un petit peu de vocabulaire mais tout est plus ou moins compréhensible grâce au contexte. Si vous voulez savoir, sur les deux cents pages que compte ce livre, il n’y a qu’un seul mot que malgré le contexte je n’arrivais pas à comprendre et que j’ai donc cherché pendant ma lecture : « fist« , qui signifie « poing« .
Je l’ai lu en une semaine, sans forcément avoir énormément de temps pour lire et je n’ai absolument pas eu l’impression d’être perdue ou de ne rien comprendre. Pour mon niveau, je le placerais dans les environ du niveau B1.

Couverture de l’édition Harper Collins.

Couverture : 2,5/3 => Je croyais que c’était l’affiche du film mais finalement non, d’après ce qu j’ai compris. Mais n’empêche qu’elle est super belle.
Ecriture : 4,5/6 => C’est tout a fait compréhensible et accessible sans forcément être bilingue !
Personnages : 4/6 => Jonas et le Giver sont plutôt sympa mais les autres se ressemblent un peu…
Histoire : 4,5/5 => De ce que j’en ai compris, l’histoire est vraiment super sympa ! Je recommande !

Bilan :  15,5/20=> Chocolat noir !

¿ Et vous, vous en avez pensé quoi ?

Attention, de mon point de vue, les bandes-annonces spoilent le livre. A vous de voir si vous souhaitez les regarder ou non !

Lire en… Anglais #3 : to dico or not to dico

Hi !

Je ne sais pas si vous avez compris ou non le jeu de mot pourri du titre mais en gros, aujourd’hui, on va parler du dictionnaire lorsqu’on lit en anglais.

Bon, donc maintenant que vous avez dû comprendre m’a blague nulle, on démarre !

Donc, dictionnaire ou pas dictionnaire ?

J’ai donc lu The Giver de Louis Lowry en anglais. Pour le niveau, on me l’avais dit simple mais je le mettrais dans le catégorie intermédiaire : il y a un peu de vocabulaires complexes mais dans l’ensemble, ça va.

Avant de commencer ma lecture, j’étais contre. Vous allez vous dire, « dit comme ça, maintenant elle dois être pour ». Et bien non. En réalité, j’ai trouver une « technique » qui pour l’instant serais celle que je conseille quoi qu’il manque la confirmation de plus de lectures. Cette technique est la suivante.

  1. Lire sans s’arrêter un chapitre, une page… Un petit morceau de livre.
  2. Revenir sur les mots que l’on n’a pas compris, ou qui sont nouveau (mot compris grâce au contexte mais que l’on ne connaissait pas avant).
  3. Ecrire ces mots sur un feuille.
  4. Continuer sa lecture
  5. Refaire les trois premières étapes sur d’autres morceaux du livre.
  6. Chercher, une fois la lecture terminée, les mots dans un dictionnaire.

Cette technique est, je pense, utile si l’on souhaite apprendre du vocabulaire et que l’on arrive à lire sans forcément comprendre tous les mots. Il y a des passages que je n’ai pas compris mais je n’ai pas fais un fixation dessus, et je pense que c’est pour ça que la technique me convient.

En gros, pour l’instant c’est ma technique : une utilisation du dictionnaire après coup, une fois la lecture terminée. Je pense bien sûr, qu’elle va évoluer allant sûrement vers la disparition du dictionnaire pour la plupart des lectures même s’il y a de grandes chances qu’il reste à porter de main le jour où je me lancerais dans des lectures plus complexes.

Avec mes deux lectures VO au compteur (Harry Potter and the Goblet of fire / The Giver), je dirais donc que le dictionnaire est un plus négligeable. J’attend tout de même votre avis sur la question et vos techniques d’utilisation. N’hésitez pas à me dire si vous pensez que j’ai tort : j’ai conscience qu’en deux lectures mon avis ne peut pas être excellent.

Juste, avant de terminer cet article, on pourrais penser que je m’y mets un peu tôt pour donner des conseils, mais mon but n’est pas de donner les meilleurs conseils du monde, juste de partager mes lectures et mes « tests », mes techniques qui ont fonctionné ou non chez moi et de voir l’évolution qui pourrait arriver. Peut-être que dans quelques temps j’aurais complètement changé d’avis sur le dictionnaire, mais c’est aujourdh’ui ce que j’en pense.

Voilà, Kisses !