Archives du blog

L’appel de l’ange, de Guillaume Musso

Ce truc aurait dû être publié il y a à peu près douze mille cinq cent ans. Mais, allez savoir pourquoi, cette jolie critique s’est perdue dans les tréfonds des brouillons… Je vous laisse donc le plaisir de la découvrir !

Couverture de L’appel de l’ange, de Guillaume Musso aux éditions XO

Titre original : L’appel de l’ange
Auteur : Guillaume Musso
Version originale : Français (France)
Éditeur : XO

New York. Aéroport Kennedy.

Dans la salle d’embarquement bondée, un homme et une femme se télescopent. Dispute anodine, et chacun reprend sa route.
Madeline et Jonathan ne s’étaient jamais rencontrés, ils n’auraient jamais dû se revoir. Mais en ramassant leurs affaires, ils ont échangé leurs téléphones portables. Lorsqu’ils s’aperçoivent de leur méprise, ils sont séparés par 10 000 kilomètres : elle est fleuriste à Paris, il tient un restaurant à San Francisco. Cédant à la curiosité, chacun explore le contenu du téléphone de l’autre. Une double indiscrétion et une révélation : leurs vies sont liées par un secret qu’ils pensaient enterré à jamais…

2 étoiles

Quand tu aimes quelqu’un, tu le prends en entier, avec toutes ses attaches, toutes ses obligations. Tu prends son histoire, son passé et son présent.
Tu prends tout ou rien du tout.

Je n’avais jamais lu de livre de Musso. Pourtant, on m’en avais dit beaucoup de bien ! Et puis bon, le fait qu’il soit l’un des auteurs français encore en vie les plus lus dans le monde ne présageait rien de mauvais. Et comme ce livre était dans ma P.A.L. Depuis six mois environ… Je me suis laissée tenter.

– Je peux vous aider ?
– Je… euh… oui, je voudrais acheter des fleurs, expliqua-t-il en posant le flight case de sa guitare sur une chaise.
– Ca tombe bien. Vous m’auriez demandé des croissants, j’aurais eu plus de mal.

Rapidement, l’histoire portée par un style fluide m’a emporté. Le passé flou des deux protagonistes me plaisait : je voulais en savoir plus !
Les personnages, justement, sont assez restreint : la plus part on de l’importance dans le passé de nos protagonistes mais ne sont pas s’y important que ça aujourd’hui. L’auteur les a tout de même bien amené, tout comme la rencontre de nos personnages principaux.
Malgré les côtés étranges et pas très probables de la rencontre (une coïncidence comme cela ? Impossible!), on l’accepte vite car malgré tout, le romancier nous donne quelques raisons (et notamment la curiosité).

J’avais un ennemi redoutable à affronter : moi-même. L’ennemi ultime. Le plus dangereux.

Sauf que, je ne peux pas faire que des éloges à ce roman : la fin (mi-deuxième partie et troisième partie) m’a déçue. Bien qu’elle soit excellente, je trouve que l’on est parti trop loin : l’auteur l’amène très bien, mais moi, je souhaitais, au vu du début, autre chose. Quelque chose de moins « course poursuite », de moins épique… Juste résoudre le mystère du passé sans partir aussi loin…
C’est malgré tout une très bonne fin ; et ce serais mentir que de dire que je ne l’ai pas aimé : elle prend une tournure pleine d’action avec les complications et les idées que l’on peut attendre d’un gentil thriller, sauf que, moi justement, en venant de finir deux thrillers, j’en voulais pas d’un troisième : et le côté énigme du passé du début était vraiment excellent et ne me rappelait pas de trop mes deux précédentes lectures tout en restant tout de mêle un léger thriller…

On a tous un avis sur le suicide. Acte de courage ou de lâcheté? Ni l’un ou l’autre sans doute. Juste une décision désespérée lorsqu’on se retrouve dans une impasse. Le dernier recours pour sortir de sa vie et échapper à l’insupportable.

Vous l’aurez compris, j’ai bien aimé ma lecture mais j’aurais préféré que l’enquête reste au niveau du passé des personnages plutôt qu’elle ne les rattrape…
C’est tout de même une plutôt bonne lecture que je ne peux que recommander !

Les plus belles années d’une vie sont celles que l’on n’a pas encore vécues.

[Aujourd’hui] Bref, avec le recul d’aujourd’hui (parce qu’avec près de six mois d’écouler, oui, on prend un peu de recul) je mettrais 13/20 à ce roman qui m’avait fait passer un bon moment, m’avait bien accrochée mais ne m’avait pas non plus transcender…
C’est donc un chocolat au lait pour mon premier Musso…

Publicités

La fin de l’innocence : Bascule, de Abbott

« Elle, entraperçue du coin de l’oeil, vive comme l’éclair. » Megan Abbott, première phrase de La fin de l’innocence

Bannière

Enrobage : La fin de l’innocence, de Megan Abbott
Fève : Etats-Unis / The End of Everything
Ecadossage : Les années 1980. Lizzie, 13 ans, et sa voisine Evie Verver sont inséparables. Un jour, Evie disparaît. Le seul indice : la voiture que Lizzie a aperçue plus tôt dans la journée. Evie aurait-elle pu monter de son plein gré dans la voiture d’un homme ? Lizzie, rongée par la curiosité et le désir de sauver les Verver de l’anéantissement, essaie de comprendre ce qui a pu arriver. Elle passe ses journées avec M. Verver, sous le choc, et ses nuits à arpenter le quartier pour trouver des indices. Hantée par la disparition d’Evie, émoustillée par la place centrale qu’elle occupe dans les recherches, Lizzie découvre qu’elle est loin de tout savoir sur sa meilleure amie.
Ganache : Roman / Thriller
Tempérage :  330 pages /1,2 cm / Le Livre de Poche/ 7€10

Et là, soutenant la porte d’une main pour éviter qu’elle ne tombe, il ouvre le dépose-lait.
Mon coeur s’affole, et je plaque ma main dessus.
C’est ouvert.

2 étoiles

Je crois qu’il va falloir que je relise ce livre.
Parce que la fin apporte un tel éclairage qu’elle change tout.
Ou, du moins, les plus grandes lignes de l’histoire.
Et surtout, l’avis que l’on a pu se faire sur les personnages.
Sûrement qu’il y avait des indices disséminés partout.
Il y en avait, maintenant que j’y réfléchi…
Mais je ne les ai pas vu sur le moment.
Alors, forcément, ça a tout bouleverser.

Ce thriller, tout court, ne me promettais rien. Bon, il était bien dit que les héroïnes ne seraient pas niaises mais quand on attend que cela d’un bouquin, je crois que l’on peut dire qu’on en attendais rien. Je n’attendais donc rien de ce roman. Je me suis lancée dedans comme ça. Parce qu’il me faisait de la peine, sur le haut de ma P.A.L. depuis trop de temps…
Et tout ce que je peux dire, c’est que j’ai été agréablement surprise.

L’histoire est prenante, surtout que jusqu’à la fin, on ne sait pas vraiment ce qu’il sait passer. Plein de scénarios peuvent nous passer par la tête, au fur et à mesure que l’enquête progresse.
Pour les personnages, je vous le dit, ils ne sont pas niais !!! Absolument pas ! Donc, promesse tenue ! Personnellement, j’ai bien aimé l’héroïne et me suis attachée à plus ou moins tout les personnages. J’ai par contre très rapidement détesté Dusty jusqu’à ce que la fin vienne tout bouleverser. Maintenant que j’ai terminé le roman, tout ce que je peux dire c’est que Dusty est mon personnage préféré. Oui.
Pour l’écriture, sans être extraordinaire, elle reste très sympa : fluide et plaisante à lire. Si on y ajoute le fait que l’histoire est prenante et le livre plutôt court, on obtient un livre qui se lit vite et presque tout seul !

Bilan, très sincèrement, c’était vraiment une bonne lecture : j’ai passé un très très bon moment et ne m’attendais vraiment pas à cette fin. Même si, à certains moments, elle m’a paru plausible, je me disait toujours que non, ça ne pourrait pas être ça. Elle est tout de même excellente et l’auteur l’amène très bien !

Couverture : 1/2 => J’ai vu mieux, j’ai vu pire…
Ecriture : 2/3 => Une bonne écriture
Personnages : 3/5 => Et de bons personnages
Histoire : 4/5 => Je ne m’attendais absolument pas à cette fin… Enfin si, un peu mais en même temps non…
Ma note : 3/5 => Un bon thriller

Bilan :  13/20=> Chocolat au lait !

¿ Et vous, vous en avez pensé quoi ?

C’est Vendredi, donnez votre avis ! #6 Semaine A

Coucou coucou !

Il faut vraiment que je vide ma P.A.L. de septembre…

c'est vendredi

Chaque vendredi, plusieurs livres vous sont proposés. Vous pouvez alors voter pour celui que vous voulez que je lise et dont je fasse une critique. Pour les échéances, c’est ici.
D’après une idée originale de Iris.

Livre 1 : Combat d’hiver, de Jean-Claude Mourlevat.

Livre 2 : Au bonheur des ogres, de Daniel Penac.

Livre 3 : La fin de l’innocence, de Megan Abbott.

A vos votes !

Kisses !

Défi : Un week-end à mille : Bilan

Bonsoir !

Et voilà que ce week-end à mille s’achève, du moins pour moi…

Harry Potter, Tome 1 : A l’école des sorciers, de J.K. Rowling.

302/302 pages.

J’ai adoré ma lecture, retrouver Harry, ses amis et tout l’univers de J.K. Rowling a été un vrai plaisir. A tel point que le tome 2 devrait être une lecture très prochaine….

Vamp’in Love, Tome 2 : Saison 2, de Kimberly Raye.

0/318 pages.

Éternels, Tome 1 : Evermore, de Alyson Noël.

342/342 pages.

Les deux-cents premières pages se sont révélées d’un ennui mortel et d’une niaiserie hors du commun, mais la fin a largement rattrapée le tout !

Hantée, Tome 1 : Les ombres de la ville, de Maureen Johnson.

358/428 pages.

Pour l’instant ma lecture est géniale. J’adore l’univers avec une véritable angoisse qui se crée autour d’Aurora et le côté thriller young adult me plaid beaucoup ! J’aime.


Lecture :
1002/1390 pages

Total Défi :
1000/1000 pages
100 %

Temps écoulé :
52/53 heures
98,1 %


J’ai donc terminé avec une heure d’avance !!!! Ce qui me plaid bien !!!

En ce concerne mon week-end de lecture, j’ai plutôt bien aimé les lectures que j’ai faites, surtout si on fait abstraction des deux cents premières pages de Éternels. J’avais un peu peur de lire Hantée, je l’avoue, car j’avais vu pas mal de critique pas terrible et que c’est pas vraiment mon genre de prédilection d’habitude. Mais faut dire que pour l’instant j’adore !
Vous l’aurez remarqué, je n’ai pas lu Vamp’in Love pour la bonne et simple raison qu’il ne me faisait absolument plus envie au moment de m’y mettre. J’ai préféré me lancer dans Hantée.

Pour ce qui est du week-end en lui même, j’en suis plutôt contente et je me relancerais sûrement dedans à la prochaine édition même si je ne referais peut être pas  les milles pages.

Sur ce, je vous fait pleins de Kisses et à demain !

 

Défi : Un week-end à mille : Avancement #3

Hi !

Troisième et dernier avancement du défi avant le bilan ! Au final, Éternels s’est révélé prenant mais il a tout de même fallu attendre deux cents pages. Vous comprendrez que ce n’est pas vraiment un coup de coeur…

Harry Potter, Tome 1 : A l’école des sorciers, de J.K. Rowling.

302/302 pages.

Vamp’in Love, Tome 2 : Saison 2, de Kimberly Raye.

0/318 pages.

Éternels, Tome 1 : Evermore, de Alyson Noël.

342/342 pages.

Hantée, Tome 1 : Les ombres de la ville, de Maureen Johnson.

42/428 pages.


Lecture :
686/1390 pages

Total Défi :
686/1000 pages
68,6 %

Temps écoulé :
40,5/53 heures
76,4 %

Défi : Un week-end à mille : Avancement #2

Rebonjour,

Deuxième avancement du challenge. J’ai terminé Harry Potter (que j’ai adoré, ça fait tellement de bien de retourner à Poudlard par le biais de la plume de J.K. Rowling…) et très très bien commencé (70%) Éternels. Si ce livre s’est révélé être niais à mourir et l’ennuie total sur les 200 premières pages, il est un peu mieux !   J’aime bien la tournure qu’il prend.

Harry Potter, Tome 1 : A l’école des sorciers, de J.K. Rowling.

302/302 pages.

Vamp’in Love, Tome 2 : Saison 2, de Kimberly Raye.

0/318 pages.

Éternels, Tome 1 : Evermore, de Alyson Noël.

240/342 pages.

Hantée, Tome 1 : Les ombres de la ville, de Maureen Johnson.

0/428 pages.


Lecture :
542/1390 pages

Total Défi :
542/1000 pages
54,2 %

Temps écoulé :
25/53 heures
47,2 %

Défi : Un week-end à mille : Avancement #1

Coucou !

Je vous avez dit que je vous direz où j’en suis dans la matinée, voilà donc mon avancement :

Harry Potter, Tome 1 : A l’école des sorciers, de J.K. Rowling.

234/302 pages.

Vamp’in Love, Tome 2 : Saison 2, de Kimberly Raye.

0/318 pages.

Éternels, Tome 1 : Evermore, de Alyson Noël.

0/342 pages.

Hantée, Tome 1 : Les ombres de la ville, de Maureen Johnson.

0/428 pages.


Lecture :
234/1390 pages

Total Défi :
234/1000 pages
23,4 %

Temps écoulé :
17,7/53 heures
33,4 %

Défi : Un week-end à mille !

Hi !

Bon, voilà, Booknode propose un week-end à mille et comme j’ai plein de livre qui me font trop envie dans ma P.A.L. et que j’ai besoin de me requinquer en mangeant quelques bouquins, j’ai craqué : je participe !

Donc, le challenge commence maintenant, vendredi 17 octobre 2014 à 19h00 et ce terminera dimanche 19 octobre 2014 à minuit.

Mais que vais-je lire ?

Bon, j’ai décidé de le placer son le signe du mystère, de la magie… Cette ambiance un peu fantastique, fantaisiste, magique, surnaturelle… Et donc, j’ai choisi :

Harry Potter, Tome 1 : A l’école des sorciers, de J.K. Rowling.

302 pages.

Vamp’in Love, Tome 2 : Saison 2, de Kimberly Raye.

318 pages.

Éternels, Tome 1 : Evermore, de Alyson Noël.

342 pages.

Et pour combler les 38 pages manquantes, on rajoute :

Hantée, Tome 1 : Les ombres de la ville, de Maureen Johnson.

428 pages.

Ce qui fait un total de 1390 pages à lire en un week-end ! Je ne pense pas finir Hantée dans le week-end mais si j’y arrive, je ne vais pas cracher dessus !

S’il est sûr que je lise Harry Potter en premier, et donc vendredi soir, pour  Vamp’in Love et Éternels l’ordre n’est pas encore défini, il est possible que les deux swinguent. Par contre, Hantée sera vraiment pour finir les 38 pages.

Je me permets quand même de rajouter un livre dans cette P.A.L., un au-cas-où pour si l’une des lectures ne me faisait vraiment plus envie ou que je n’arrivais pas à le lire…

Le combat d’hiver, de Jean-Claude Mourlevat.

331 pages.

Et voilà ! Du coup, vous aurez un article « avancement » samedi matin, un samedi soir ou dimanche matin et un bilan dimanche soir. Les heures dépendront de mon avancement.

So, Kisses !

Le chuchoteur : Dieu se tait, de Carrisi

« Le grand papillon l’emportait, se fiant à sa mémoire pour se déplacer dans la nuit. » Donato Carrisi, première phrase de Le Chuchoteur

Bannière

Enrobage : Le Chuchoteur, de Donato Carrisi
Fève : Italie / Il Suggeritore
Ecadossage : Cinq petites filles ont disparu.
Cinq petites fosses ont été creusées dans la clairière.
Au fond de chacune, un petit bras, le gauche.
Depuis qu’ils enquêtent sur les rapts des fillettes, le criminologue Goran Gavila et son équipe d’agents spéciaux ont l’impression d’être manipulés.
Chaque découverte macabre, chaque indice les mènent à des assassins différents.
La découverte d’un sixième bras, dans la clairière, appartenant à une victime inconnue, les convainc d’appeler en renfort Mila Vasquez, experte dans les affaires d’enlèvement.
Dans le huis clos d’un appartement spartiate converti en QG, Gavila et ses agents vont échafauder une théorie à laquelle nul ne veut croire : tous les meurtres sont liés, le vrai coupable est ailleurs.
Quand on tue des enfants, Dieu se tait, et le diable murmure…
Ganache : Roman / Thriller
Tempérage :  433 pages /2,6 cm / Calmann-Lévy / 21€90

Nous les appelons « monstres » parce que nous les sentons loin de nous, et donc nous les voulons « différents », disait Goran dans ses séminaires. Au contraire, ils nous ressemblent en tout et pour tout. Mais nous préférons balayer l’idée qu’un de nos semblables est capable de telles atrocités. En partie pour absoudre notre nature. Les anthropologues appellent ça la « dépersonnalisation du coupable », et cela constitue souvent le principal obstacle à l’identification d’un tueur en série. Car un homme a des points faibles et peut être capturé. Pas un monstre.

Un thriller palpitant.

A chaque page, le doute s’installe un peu plus : et si, finalement c’était lui ? Ah non ! Mais, attend et si… Et puis ce doute ne reste pas seul, la peur (un peu) vous entraîne tout au fond.

Comment décrire ce livre ? Ce thriller ? C’est excellent. S’en détacher est un vrai calvaire, le continuer est dure; parce qu’on a peur de ce qui peut arriver, peur que ce soit pire. Toujours pire.
Jusqu’au bout, le mystère est complet. Et de multiple revirement de situation modifie tout : qui est réellement Albert ? Et la petite fille numéro six ?

Tout le long du roman, « nous fréquentons des gens dont nous pensons tout connaitre, mais en fait nous ne savons rien d’eux« . Chaque personnage a son secret qui modifie, change tout !

Et puis, l’horreur ! Certains passages sont vraiment dur, presque gore. Il faut parfois être bien accroché. Ce qui est fait n’est pas un simple crime. Tout est organisé. Parfaitement organisé. Pour être complètement indevinable. Tout est prévu.
La tension est palpable. L’enquête est un défi. Rien n’est comme on le veut.
Et c’est excellent.

Dès le début, la saveur est donné : c’est un sextuple crime est les détails ne nous seront pas épargné. Il faut savoir.

Quand on finit, on découvre le pire, cette petite phrase : « Un époustouflent thriller littéraire, inspiré de faits réels. » Parce que, finalement, « quand on tue des enfants, Dieu se tait, et le diable murmure… »

Couverture de mon édition de Le Chuchoteur

Couverture : 2,75/3 => Sombre et simple mais représentative.
Ecriture : 5,5/6 => Whaou ! C’est vraiment bien écrit, la plume de Donato Carrisi est excellente !
Personnages : 5/6 => On croit les avoir cernés. On croit les connaitre. Mais finalement…
Histoire : 5/5 => L’histoire est juste excellente : suspense et action ! On est tenu en haleine jusqu’à la fin !

Bilan :  18,25/20=> Chocolat noir Supplément orange !

¿ Et vous, vous en avez pensé quoi ?

C’est lundi, que lisez-vous ? #9

Hola !

Oui, je me suis mis à l’espagnol. Vu que je n’ai pas lu grand chose… (Cela n’a aucun rapport…)

cestlundiquelisezvous

Créé par le blog anglophone One Person’s Journey Through a World of Books sous le nom de It’s Monday, What are you reading ?, Mallou a d’abord reprit ce rendez-vous avant que Gaellane ne prenne la relève.

Je pense que vous connaissez ce rendez-vous mais bon… Le but est de répondre, chaque Lundi, aux trois mêmes questions :

  • Qu’ai-je lu la semaine dernière ?
  • Que suis-je en train de lire ?
  • Que vais-je lire cette semaine ?

Et voici donc ces petites lectures !

lecturedelasemaine

Un seul livre cette semaine-ci :

Le Chuchoteur, de Donato Carrisi : une seule lecture mais une lecture vraiment sympa ! Et assez dure à lire par moment…

J’ai aussi lu quelques fan-fictions et continuer ALE 2100.

lectureencours

ALE 2100 de Sophie G. Winner

650,1/1496 pages 
En sachant que c’est un e-book est que je le lis avec un logiciel sur mon ordinateur qui a recalculer très bizarrement les pages…

Une lecture vraiment sympa : une fois qu’on est dedans, on a du mal à décrocher ! L’idée est très original et si la couverture ne me faisait pas vraiment envie, je suis tout de même super contente d’avoir tenté l’aventure parce que pour le moment, c’est génial !

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
lectureavenir

 

Il me reste une semaine pour finir Miss Peregrine et les enfants particuliers ainsi que L’accro au shopping à Manhattan donc ce seront sûrement mes lectures de la semaine.

Kisses !