Critique rapide : Percy Jackson, Tome 2: La mer des monstres, de Rick Riordan

Hi !

Je tente un nouveau système pour les critiques rapides. Je ne présenterais plus qu’un livre au lieu de quatre mais je vais essayais d’ajouter plus de citations. De plus, je pense en faire plus régulièrement (en gros, à chaque fois que je sentirais trop de retard dans mes critiques…) pour peut-être espérer vous parler de tous les livres que je lis.

Dans chaque critique, pour rester assez rapide, je vous proposerais cinq points (positifs ou négatifs) avant de donner une note sur 5 (0 à 2 pour un chocolat blanc / 2,5 à 3,5 pour un chocolat au lait / 4 à 5 pour un chocolat noir). Et une citation par point, en bonus !

Percy Jackson, Tome 2 : La mer des monstres
Rick Riordan

Illustration de couverture de John Rocco

Jeunesse / Fantasy
350 pages / Le Livre de Poche Jeunesse / 6€90

L’histoire ?

Etre le fils de Poséidon, un honneur ou une cruelle plaisanterie ?

Lorsqu’une simple partie de foot se change en bataille contre un gang de cannibales géants, Percy le demi-dieu a un terrible pressentiment… Comme le lui annonçaient ses étranges cauchemars, les frontières magiques qui protègent la Colonie des Sang-Mêlé sont empoisonnées. Pour sauver leur domaine, Percy et ses amis devront parcourir la mer des Monstres, qui porte bien son nom.

Les plus

  • On retrouve nos personnages tout entier (bien que Grover mette plus de temps à revenir) et rencontrons Tyson, un personnage que j’ai adoré :

-Ach ! a grincé la vieille femme en pointant un doigt osseux vers Tyson. Pas lui ! Nous ne les prenons pas, ceux-là !
Qu’avaient-ils tous ? C’était la journée « Haro sur les gros garçons moches » ou quoi ?

  • L’auteur intègre et revisite une part du mythe d’Ulysse en plus de continuer à nous passer des petites informations sur la mythologie grecque :

-Annabeth, ai-je dit, qu’est-ce que tu racontes ? Les Lesti-quoi ?
– Les Lestrygons. Les monstres du gymnase. C’est une race de géants cannibales qui vivent dans le Grand Nord. Ulysse les a rencontrés une fois, mais je n’en avais encore jamais vu aussi au sud que New York.

  • L’humour  du tome 1 se retrouve dans ce tome 2 :

Le marshmallow s’est suicidé en se jetant dans les flammes.

  • La fin à laquelle on ne s’attend pas. Absolument pas même. Ça promet de très bonnes choses pour les tomes suivants (Attention spoiler) :

Alors, j’ai su. Avant même qu’elle ne me réponde.
La fille a plongé le regard de ses yeux bleus dans les miens et j’ai compris ce qu’il y avait derrière la quête de la Toison d’or. Derrière l’empoisonnement de l’arbre. Derrière tout. Cronos avait fait tout cela pour amener un autre pion sur l’échiquier – une autre chance de contrôler la prophétie.
[…] -Je suis Thalia, fille de Zeus, a dit la fille aux yeux bleu électrique.

Les moins

  • On retrouve toujours (mais bon, on pouvais s’en douter) le point qui m’a dérangé dans le tome 1, c’est à dire que tous les lieux mythologiques sont partis s’installer aux Etats-Unis (normal !). On nous rappelle aussi que les guerres mondiales ont été causées par les dieux… (Comment veux-tu que les jeunes connaissant l’Histoire après…) :

-Ecoute, Percy, la mer des Monstres est la mer que tous les héros parcourent dans leurs aventures. Avant, elle était dans la Méditerranée, oui. Mais, comme tout le reste, elle se déplace quand le centre du pouvoir occidental se déplace.
-Comme le mont Olympe qui est maintenant au-dessus de l’Empire State Building. Et les Enfers qui sont sous Los Angeles.
-Exactement.

Bilan

Une très bonne lecture, un très bon tome 2. J’ai beaucoup aimé, et je me lancerais sûrement très prochainement dans le tome 3.

Je lui mets une note de 4/5. C’est donc un chocolat noir !

Dites-moi en commentaire ce que vous pensez de ce nouveau type de présentation et si vous préférez les anciennes ou nouvelles critiques rapides !

Kisses !

Publicités

À propos de liresansfrontiere

Aïe Aïe Aïe ! Allez voir la page "Si je ne suis pas moi" du blog LireSansFrontière

Publié le 16 février 2015, dans Chocolat noir, Chocovore, Critique Littéraire, Roman, et tagué , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 6 Commentaires.

  1. Yay ! Je l’avais beaucoup aimé aussi !
    Le film lui rend pas vraiment honneur ^^ »

  2. Ton « moins  » est un plus sympathique pour moi. J’ai aimé l’idée de ce déplacement et ça reste dans l’idée de la vision moderne que Rick Riordan donne a toute la mythologie.

  1. Pingback: Quand la mythologie se mêle à l’ère moderne | Formations lir&crire.

Devenez un auteur de talent !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :